Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 23:51

Chronique littéraire de Clara Dupont Monod dans l'émission de France Inter du 1 février 2015! - "si tu me quittes,j'annule tout"

"Certains esprits sont un peu trop misanthropes pour adhérer à un grand espoir collectif. La littérature est peuplée de ces esprits rétifs à la liesse et justement en voici un exemple savoureux, regardez le titre comme il est beau : "Merci aux ambitieux de s'occuper du monde à ma place" qui sortira le 5 février , on le croirait presque écrit à l'intention de tous les manifestants de Madrid, il est écrit par Georges Picard un philosophe désespéré et très facétieux.Il se présente sous forme de lettres à un ami qu'il n'a pas vu depuis quinze ans alors évidemment ils habitent à 60 kms l'un de l'autre,mais plutôt que de se voir, ils préfèrent s'écrire et c'est tant mieux puisque ça nous donne un livre,un excellent livre.
Alors ce narrateur il a renoncé à la compagnie des hommes, il est loin de tout, vit à la campagne et il observe les sursauts du monde avec une distance d'ermite mêlée de désillusion et il écrit :" les optimistes sont assommants, je n'ai jamais supporté mon propre optimisme, encore moins celui des autres." Aucune chance de voir Georges Picard à Madrid, lui c'est pas "Podemos" c'est "No puedo". et en même temps cette frilosité assumée qui est l'autre nom du pessimisme que l'on a tous un peu au fond de soi,c'est la peur d'être déçu. Pour les misanthropes,c'est le décalage entre l'idéal et le réel, le premier ayant fortement tendance à se fracasser contre le second.Donc en fait ,autant ne rien attendre et puis comme ça au moins on est tranquille, et dans son livre "le Crépuscule des idoles" le grand philosophe Nietzsche l'exprime comme ça: "comment tu cherches, tu voudrais te décupler,te centupler,tu cherche des adhérents, cherche des zéros.Quand il voulait Nietzsche il était énervé. (C'est bien zéros et non héros) On se dit que ce n'est pas avec cette mentalité qu'on va améliorer le monde, on en est quand même loin, cela dit,c'est oublier que le misanthrope ou le pessimiste en tout cas, il a deux choses avec lui, il est pas en colère,et Georges Picard écrit : "je suis curieux des choses qui m'irritent", ( c'est assez noble quand même ) donc il explique qu'il peut regarder un débat sur Itélé sans fulminer mais en s'étonnant sincèrement je cite : "de la pauvreté intellectuelle des arguments" et il demande: "Ces gens là sont-ils sincères ou simplement cyniques ?" C'est pour ça que c'est difficile de s'engueuler avec un pessimiste ou avec un misanthrope,parce qu'il n'est pas dans la colère et Georges Picard le dit : "j'ai fini par penser qu'on ne peut pas se désolidariser totalement des salauds et des imbéciles. le mensonge c'est de penser que nos ennemis ne sont pas pétris de la même manière que nous, qu'ils sont d'une nature différente". A méditer...
Deuxième trait de caractère du misanthrope,c'est que souvent c'est un sceptique, il se nourrit beaucoup plus du doute que de la certitude,alors la grande tradition des sceptiques de Descartes à Montaigne,(le doute il appelait ça "le mol oreiller") et Georges Picard écrit :" la société ne pardonne pas les tergiversations, elle exige de savoir où tu te situes, d'où tu parles,et met assez haut ce qu'elle nomme suavement les hommes ou les femmes de conviction".
Vous voyez ce livre est un plaidoyer pour la lassitude, certains l’appelleront lâcheté, d'autres l’appelleront lucidité, en tout cas,c'est une mise à l'écart volontaire et ce n'est pas un hasard d'ailleurs si Georges Picard se réfugie à la campagne, refuge consolant, et il dit et je trouve ça magnifique: "le vent et la pluie ne sont les voix de personne, pourtant nous les reconnaissons à chaque fois comme des voix intimes".
"Merci aux ambitieux de s'occuper du monde à ma place" de Georges PICARD Editions CORTI (Février 2015)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages

Catégories