Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 14:43

Le Cochon: portrait d'un mal aimé.
Sale, goinfre, impur au regard de toutes les religions monothéistes, l’animal dont il est question aujourd’hui est méprisé. Le proverbe ne nous enseigne-t-il pas pourtant qu'en lui, tout est bon ? La science ne nous apprend-elle pas qu'il est, de tous les animaux de la ferme, le plus intelligent ? Comment comprendre alors un tel désamour ?
Aujourd'hui, Michel Pastoureau nous raconte : le cochon.
Il y a les zélateurs du cochon, les grecs et les romains et aussi les germains, les gaulois,qui aiment le porc, qui aiment la viande de porc, qui élèvent des troupeaux de porcs,qui glorifient le cochon, certes pour eux il est goinfre, il est sale,mais ça ne suffit pas à effacer ses qualités.
A l'opposé, chez d'autres peuples méditerranéens, notamment ceux dont parle la Bible,le porcs est souvent un animal méprisé, rejeté et même taboué d'où les interdits que l'on trouve dan sle Lévitique et le Deutéronome de la Bible mais il y en a d'autres comme les Phéniciens ou les Egyptiens par exemple.C'est un animal qui n'est pas consommé et dont les produits peuvent même taboué: la peau, les os, dans la culture hébraïque ancienne , même le nom du porc ne doit pas être prononcé, il fait partie d'une liste assez longue d'ailleurs d'animaux qui sont réputés impurs, mais il est pour la Bible le plus impur des animaux impurs puisque le tabou s'étend jusqu'à son nom qu'on ne doit pas prononcer.
Alors on a beaucoup travaillé, soumis des hypothèses, aujourd'hui ce qu'il faut souligner, c'est qu'on a évacué l'hypothèse climatique et hygiénique qui avait longtemps cours à savoir que dans les payx chauds, la viande de porc se conserve mal et apportait à l'être humain qui la consommerait toutes sortes de maladies, on abandonné cette idée là, parce que ce n'est pas vrai comparativement à d'autres viandes comme le boeuf ou le mouton qui ne se conservent pas tellement mieux et surtout dans les mêmes régions avec le même climat, certains peuples mangent du porcs et d'autres n'en mangent pas.
Plus solide est l'hypothèse selon laquelle contrairement aux autres herbivores, le cochon se nourrit d'immondices,charognes, parfois de sa propre progéniture, donc ça du point de vue symbolique c'est assez répulsif.
On a aussi avancé des hypothèses historiques à savoir que le porc aurait été l'animal sacré, l'animal totem des plus anciennes tribus chez les hébreux,ou bien chez le peuple que les hébreux ont remplacé dans la terre promise, les Cananéens,ces hypothèses sont assez fragiles.
De manière plus positiviste, on s'est demandé si dans ces régions où l'eau est une rareté,on n'élève pas de cochon car celui ci a un énorme besoin d'eau,ou pour différentes raisons, il a besoin d'être conduit dans la forêt,ces zones géographiques où les forêts sont rares.
Bref, aujourd'hui deux hypothèses semblent plus solides que les autres: 'une qui n'isole pas le cochon des autres, mais prend en compte tous les animaux taboué ou réputés impurs, ce sont ceux qui sont difficiles à classer, ceux qui sont hors catégorie.
L'autre hypothèse, encore plus solide, ce serait de souligner qu'il y a un cousinage biologique entre l'homme et le porc,et ça es société anciennes le savent, les médecines antiques soulignent cette aprenté anatomique et physiologique,la médecine arabe prend le relai, la médecine médiévale enseigne l'anatomie du corps humain dans les écoles de médecine,en disséquant le cadavre de la truie ou du véra et la médecine contemporaine emprunte beaucoup de produits au cochon, et confirme pleinement cette parenté biologique, anatomique et physiologique.
On le rejetterait parce qu'il nous ressemble. trop: manger du porc c'est presque être cannibale, car la chair de l'homme a le même goût que la chair du cochon. Donc trop grande proximité, c'est un cousin, et cela explique des comportements qui sont rejet mais aussi attrait.
Si on s'arrête un peu sur les religions juives et musulmanes, est-ce que le cochon a le même statut, dans les deux il est rejeté de la même manière ou y a-t-il des différences ?
Pour l'Islam le cochon est un animal rejeté et taboué mais le tabou semble un petit peu moins grand que dans le monde juif,il s'étend aux produits que l'on tire du porc et notamment à la viande mais il ne s'étend pas jusqu'au nom du cochon, comme ça peut-être le cas chez certains rabbins qui refusent de prononcer le nom ou de l'écrire de même que le nom de Dieu.
En revanche, les rabbins et d'autres exégètes essayent de comprendre pourquoi ces rejets alors que chez ls musulmans on pense parfois que les Lois divines ne sont pas faites pour être expliquées, c'est même une sorte de péché de chercher à les comprendre. Donc on a moins de travaux sur le rejet du porc en pays d'Islam que dans le monde Hébreu puis Juif.
Dans le monde chrétien, le porc est aussi considéré comme un animal impur lorsqu'il n'est pas considéré comme un attribut de Satan.L'attitude du christianisme est ambivalente et ambigüe. Les mauvais aspects sont la goinfrerie, la saleté,au Moyen äge on souligne que le cochon a toujours la tête baissée dans le sol et qu'il ne lève jamais la tête vers le ciel c'est à dire vers Dieu, c'est un grand péché. On lui a aussi attribué tardivement un vice de luxure qu'il ne possédait pas dans l'Antiquité et une grande partie du Moyen Age. Il était vicieux mais pas pour la lubricité c'était le chien qui était l'animal luxurieux par excellence ! Le cochon commence enfin à faire des cochonneries à la fin du Moyen Age et au début de l'époque moderne pour débarrasser le chien. Il est lubrique car il transpire mal, et a besoin d'eau qu'il va chercher là où il y a de l'humidité dans les égouts les marécages et dans la boue... de la saleté physique à la saleté sexuelle on a franchi le pas assez aisément.
Lire: "Truisme" de Marie Darieussecq
Ancêtre commun au cochon et au sanglier domestiqué.(6000 av JC domestiqué et sédentarisé)
Lire: Paul Claudel Poème "le Porc" (in Connaissance de l'Est 1900) Cochon porte bonheur comme le trèfle à 4 feuilles.
http://www.franceculture.fr/emission-les-animaux-ont-aussi-leur-histoire-le-cochon-portrait-d-un-mal-aime-2015-08-09

Voir les commentaires

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages

Catégories