Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 14:28
Calvaire de la Crétinière
Calvaire de la Crétinière

Ce monument édifié sans doute à l'initiative de la famille BOURET habitant à la Crétinière (1799), sur le bord de la route de Saint Julien de Concelles au Loroux Bottereau date du milieu du 19è siècle, si on se réfère à la date inscrite à son fronton (10 mai 1850) date qui indique sa bénédiction par Monseigneur Jacquemet alors évêque du diocèse de Nantes.

Il faisait face au village de la CRETINIERE, cet endroit alors désert est maintenant entouré de lotissement de maisons récentes (qui ont été bâties sur les terres viticoles du domaine entre rue des Fauvettes et rue des Roitelets devenues le Port Egaud)

C'est une importante construction en maçonnerie et tuffeau formant une grande niche pour une statue de la Vierge.

Elle était surélevée par rapport à la route, on y accédait par six marches. De petits murets formant enclos entouraient l'ensemble.

Quatre grands piliers avec châpiteaux encadraient le terre plein du haut des marches et devaient donner fière allure à ce monument surmonté de la croix.

Pendant longtemps il fut sur fond de verdure, des sapins ayant été plantés à l'arrière.

Très abimé par l'âge et le temps. Il fallut un jour envisager sa restauration.Celle-ci eut lieu en 1956 à l'occasion d'une mission prêchée dans la paroisse.

Confiée à l'entreprise Joseph Mainchain (qui entretenait aussi la Crétinière) elle nécessita la consolidation de l'ensemble par l'arrière, une réfection du socle, et de son accès (on ne conserva que trois marches) Des quatre piliers très abîmés il ne resta que les bases que l'on garnit de sphères en ciment.

Des dons et des offrandes permirent de couvrir les frais de cette restauration.

L'inauguration et la bénédiction par le curé de l'époque Joseph PETIT clôturèrent cette mission de 1956. La statue actuelle n'est pas l'originale. celle-ci représentait la Vierge avec l'enfant Jésus sur sa droite, étendant les bras dans un geste d'accueil., malheureusement et malgré la protection d'une vitre et d'une grille, cette statue fut victime dans les années 1950, d'actes de vandalisme; non réparable, elle fut remplacée dans sa niche par une autre statue de la vierge se trouvant à la cure et propriété de la paroisse.(Vierge écrasant un serpent)

A noter le petit poème gravé sur une plaque au pied de la Vierge:

Si l'amour de Marie

En ton coeur est gravé

En passant ne t'oublie

De lui dire un Avé.

Ce quatrain avait été composé par le Père Grignon de Montfort lorsqu'il évangélisait au diocèse de Poitiers vers 1703.

Il était donc connu dans la paroisse, propagé sans doute par les missions qu'il donna dans les environs.

Ce lieu fut toujours l'occasion de rassemblements de prières, notamment aux fêtes de la Vierge (mois de Marie ou du Rosaire) Mais maintenant, sur le bord d'une route de plus en plus fréquentée ils deviennent quasi impossibles et ne subsiste que la réunion du 3è dimanche de Rosaire (en Octobre)

Concernant ce monument, il existe un testament de Mademoiselle BOURET , de la Crétinière en date du 24 décembre 1863, dont j'ai extrait ce passage:

Devant Maître Alfred LE SANT, notaire à la résidence de Saint Julien de Concelles et en la présence réelle de quatre témoins

"Je veux que celui qui aura le pré dans lequel est élevé un monument à la Vierge, entretienne ce monument à ses frais; et pour cela, il donnera chaque année au curé de la Paroisse de Saint Julien de Concelles la somme de vingt francs;le curé ar suite de ce paiement sera chargé de faire lui même les réparations nécessaires."

dont acte fait et passé à la Crétinière, commune de Saint Julien de Concelles en la demeure de la testatrice le 24 décembre 1863 à six heures et demi du soir.

Suivent les signatures de la testatrice et des quatre témoins.

René Laurent; A Duranceau; A. Bénureau et Janneau.

D'après Pierre TERRIEN Croix et calvaires - Saint julien de Concelles- Patrimoine architectural concellois. (Mairie St Julien)

NB: Le calvaire passera donc à la mort de Mlle BOURET dans la famille GUICHETEAU Juge à Nantes puis la famille TREBUCHET (Joseph Marie Trébuchet oncle de Victor Hugo et frère de Sophie Trébuchet) puis aux frères Théophile et Alphonse BRETONNIERE originaires de Vallet respectivement Directeurs d'école, instituteurs et Maire de la Commune jusqu'en 1963 . (Mlle BRETONNIERE (fille unique de Monsieur Théophile Bretonnière Maire de Saint Julien de Concelles) devient nouveau propriétaire du domaine en 1963 et lègue ce calvaire à la commune et vend les terres viticoles environnantes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages

Catégories