Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

18 septembre 2016 7 18 /09 /septembre /2016 17:32
La Meslerie
La Meslerie

Visite du patrimoine sur Saint Julien de Concelles. pendant que les foules du canton s’enivrent de muscadet, de rocks et de twists des années 60, entre les vieilles voitures exposées et décapotées au soleil. J'ai choisi de redécouvrir la gentilhommière voisine de la commune.

Le propriétaire des lieux M. Guillaume Bonnet (assis à une table de jardin) nous accueille à l'entrée de l'allée du château où se trouve la dite chapelle entourée de prés ou paissent des moutons de Bretagne. Très vite on entre dans le vif du sujet avec un rapide rappel historique de la Seigneurie du Gué au Voyer et du château d'origine qui a brûlé avant la Révolution. Il ne reste donc rien sinon les écuries et la "Cour du Château".

C'est le Seigneur Damien de Champenier (ou Chandenier) fils aîné qui hérite du domaine et entreprend de construire sur ses terres une dépendance dite "la Meslerie". Ayant émigré à la Révolution, ce sont ses soeurs qui revendiquent en 1794 leur droits sur les terres (Inventaire de 1794 en atteste) Le domaine appartenait à une fille de la famille Colbert épouse Rochechouart Mortemart et donc Baronnesse du Gué au Voyer.

Une famille de bourgeois nantais les Saint Aignan rachètent le Gué au Voyer en 1719. Un violent ouragan ayant détruit la toiture de l'église de St Julien, c'est la Chapelle de la Meslerie qui servira de 1734-1739 pour les offices de la paroisse.

Lorsqu'on pénètre dans la chapelle, on découvre une charpente d'époque de 1701 qui devait être recouverte d'un plafond de bois. Le retable lavallois inscrit aupatrimoine comporte deux statues rapportées de St Antoine de Padoue et de St Marc (cf photos), un blason aux armes de la famille. Sur l'autel, (dont il existe un dessin de 1860), une console avec une tête d'ange.

Lorsque la famillle de Gérald et Reynald Van der Kemp (d'origine protestante) occupent le domaine au début du siècle, ils délaissent la chapelle qui n'est plus consacrée puisque n'ayant plus de reliques.

L'actuel propriétaire a rajouté un parquet "versailles", des boiseries du XVIIè, une croix de procession de 1760 et divers objets de la famille dont un curieux tableau représentant André Ripoche (marinier de son état au Loroux qui transportait le muscadet sur la Loire) lors de son arrestation à un calvaire du Bas Briacé en mars 1794. Il sera torturé , exécuté sur la route du Landreau par les bleus, attaché à la queue d'un cheval et trainé...devenant ainsi le martyr du bas Briacé.

L'évocation des liens de Mlle Bretonnière avec Gérald Van der Kemp élevé par Mme Bouyer dans les années 20 permet de resituer les deux gentilhommières face aux menues erreurs de Frank Ferrand sur les caves voutées du château et face à un destin historique tourmenté en période révolutionnaire.

Autel de la chapelle Saint Antoine et Saint Marc ; Arrestation d'André Ripoche en 1794  au Bas Briacé.
Autel de la chapelle Saint Antoine et Saint Marc ; Arrestation d'André Ripoche en 1794  au Bas Briacé.
Autel de la chapelle Saint Antoine et Saint Marc ; Arrestation d'André Ripoche en 1794  au Bas Briacé.

Autel de la chapelle Saint Antoine et Saint Marc ; Arrestation d'André Ripoche en 1794 au Bas Briacé.

Chapelle consacrée en 1701 - le manoir de la Meslerie (XVIIIème siècle). Il s'agit d'un démembrement du Gué-au-Voyer. Propriété successive des familles de Mercy, Castonnet et Guille des Buttes. Charles Guille des Buttes y est décédé en 1850. Le domaine, dont dépendait le manoir, est acheté avant la Révolution par le baron Chandenier, propriétaire de la seigneurie du Gué-au-Voyer ;
Chapelle consacrée en 1701 - le manoir de la Meslerie (XVIIIème siècle). Il s'agit d'un démembrement du Gué-au-Voyer. Propriété successive des familles de Mercy, Castonnet et Guille des Buttes. Charles Guille des Buttes y est décédé en 1850. Le domaine, dont dépendait le manoir, est acheté avant la Révolution par le baron Chandenier, propriétaire de la seigneurie du Gué-au-Voyer ;
Chapelle consacrée en 1701 - le manoir de la Meslerie (XVIIIème siècle). Il s'agit d'un démembrement du Gué-au-Voyer. Propriété successive des familles de Mercy, Castonnet et Guille des Buttes. Charles Guille des Buttes y est décédé en 1850. Le domaine, dont dépendait le manoir, est acheté avant la Révolution par le baron Chandenier, propriétaire de la seigneurie du Gué-au-Voyer ;
Chapelle consacrée en 1701 - le manoir de la Meslerie (XVIIIème siècle). Il s'agit d'un démembrement du Gué-au-Voyer. Propriété successive des familles de Mercy, Castonnet et Guille des Buttes. Charles Guille des Buttes y est décédé en 1850. Le domaine, dont dépendait le manoir, est acheté avant la Révolution par le baron Chandenier, propriétaire de la seigneurie du Gué-au-Voyer ;
Chapelle consacrée en 1701 - le manoir de la Meslerie (XVIIIème siècle). Il s'agit d'un démembrement du Gué-au-Voyer. Propriété successive des familles de Mercy, Castonnet et Guille des Buttes. Charles Guille des Buttes y est décédé en 1850. Le domaine, dont dépendait le manoir, est acheté avant la Révolution par le baron Chandenier, propriétaire de la seigneurie du Gué-au-Voyer ;

Chapelle consacrée en 1701 - le manoir de la Meslerie (XVIIIème siècle). Il s'agit d'un démembrement du Gué-au-Voyer. Propriété successive des familles de Mercy, Castonnet et Guille des Buttes. Charles Guille des Buttes y est décédé en 1850. Le domaine, dont dépendait le manoir, est acheté avant la Révolution par le baron Chandenier, propriétaire de la seigneurie du Gué-au-Voyer ;

Gentilhommière  de  LA  MESLERIE ,  à  Saint  Julien  de  Concelles .  Cette  gentilhommière,  typique du style de Seheult (début XIX), est un bel exemple de maison de campagne de  la  région  nantaise  dont  l'originalité  réside  dans  un  salon  circulaire,  débordant  sur  la  façade arrière. L’ensemble est inscrit MH

Gentilhommière de LA MESLERIE , à Saint Julien de Concelles . Cette gentilhommière, typique du style de Seheult (début XIX), est un bel exemple de maison de campagne de la région nantaise dont l'originalité réside dans un salon circulaire, débordant sur la façade arrière. L’ensemble est inscrit MH

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages

Catégories