Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

6 novembre 2016 7 06 /11 /novembre /2016 19:41

Planète ibérique : une histoire des sons latins qui ont imprégné le monde

par Véronique Mortaigne (France Culture - 27 Aout 2015 )

Le Boléro est né en Espagne au XVIIè siècle,il a été remis au gout du jour au XIXè  dans la province cubaine de l'Oriente bien avant l'installation de la base américaine de Guantanamo en 1903.
Le premier boléro cubain est écrit en 1883 par Pepe SANCHEZ et il s'appelle "Triteza" , (tout un programme !).
A l'origine danse espagnole dans les bals et les théâtres très académiques, codifié en 1783 par Sebastian SEREZO le maître à danser de Charles III, roi d'Espagne et des Indes.
Puis les escuelas boleras se multiplient en Espagne,le mot "bolero" pourrait faire référence au gilet que portent les andalous mais aussi au surnom donné au fameux maître à danser,el "volero" le danseur volant.  
 Le bolero latino-américain est une variante du boléro espagnol, syncopé et rythmé par la clavé.
 Sur Internet évidemment boléro est invariablement associé au gilet court et cintré mais surtout à Ravel.
 Pour l'écrivaine cubaine Zoé VALDES, le plus beau boléro de la terre est "perfidia" du mexicain Alberto Dominguez, immortalisé aux Etats Unis par Nat King COLE . Pourtant lorsqu'elle construit la bande son de son roman "la douleur du dollar" en 1996, elle choisit d'inclure "Perdoname consciencia" (pardonne moi ma conscience) chanté par Maria Ama Cecada. Elle illustre ainsi ce que les cubains appellent le "feelin" (le feeling) mode de vie et d'expression artistique. Voilà bien un exercice franco-espagnol, il s'agit de Gloria Lasso avec l'orchestre de Franck Pourcel en 1959 : "Tuya" : je serai je suis tienne chante la catalane aux 80M d'albums vendus qui se fit connaître en France par des tubes imparables  tels que " Etrangers au Paradis" (1955) une reprise de "Stranger in Paradise" de Tony Bennet ou encore "Amour,castagnettes et tango" et "Buenas noches mi amor" évidemment.
 Elle s'installa au Mexique par amour du pays,mais il est vrai que le Mexique adopta le romantisme du boléro avec un appétit de gourmet. Agustin LARA en fut un pilier.
"Amor de is amores" par Agustin Lara né dans l'Etat de Vera Cruz,au Mexique en 1897. Pianiste de bar dans la capitale, il s'engage dans les troupes de la Révolution mexicaine qui combattent les troupes du Président Porfirio DIAZ.Il est blessé en 1917 et commence à travailler à la radio.Grand amateur de corridas et de femmes, il est le compositeur du fameux "Piensa en mi". Mais pour l'heure poursuivons notre voyage au Mexique.
Jorge Negrete officiait lui aussi à la radio, et avait commencé à chanter de l'Opéra.Il fut un acteur célèbre , passa par la NBC américaine,il a arrangé le boléro à la sauce ranchera avec l'accent mariachi et il a adoré chanter les compositions de ses contemporains tels que "La que se fué" de José Alfredo Jimenez.
José Jimenez était un garçon  au coeur tendre qui adorait sa femme Paloma, et était porté sur la bouteille mais c'est bien son interprète Jorge Negrete qui mourut d'une hépatite en 1953.
L'univers mexicain en séduit plus d'un, dont un brésilien qui n'était pas porté sur la bouteille mais plutôt sur les herbes naturelles,Joao GILBERTO . En 1970, le guitariste et chanteur Joao GILBERTO inventeur de la bossa nova avec Tom JOBIM et Venicius de MORAES, fait un voyage au Mexique avec sa femme la chanteuse MIOCHA, il l'a rencontrée en 1965 après l'épisode Stan Getz/Astrud Gilberto. Ils sont au Mexique avec leur fille BEBEL GILBERTO née en 1966 à New York.Ici ils se trouvent bien au Mexique et le séjour s'étire sur plusieurs années. Joao GILBERTO est un admirateur du mexicain Agustin LARA mais aussi du Cubain Ernesto LECUONA, dont il a interprété cette "Eclipse" en 1970.
En fait, prêt à tous les vague à l'âme, le Brésil a toujours aimé ces chansons sucrées, désespérément fatalistes telles que Maria BETHANIA peut les magnifier.Pour la bahianaise Maria Bethania, CUBA est un pays frère, avec une seule différence, la langue.
En 1996 elle a monté un spectacle et enregistré un merveilleux disque avec la doyenne du Buena Vista Social Club, Omara PORTUONDO.
Ensemble elles chantent une chanson contemporaine de Juan FORMEL le fondateur du Groupe Los VanVan . Excellente chanteuse de boléros romantiques à la sauce brésilienne, Maria Bethania a choisi de mettre ici du nerf dans ses doutes amoureux, pas encore au niveau toutefois de l'effrontée canteautor gitane  Lola FLORES et de son guitariste de feu el Pescailla son mari.Lola FLORES de Barcelone qui nous chante "Historia de un amor" est sans doute une des chansons les plus utilisées sur les karaoké japonais et autres,elle a été composée par le panaméen, Carlos Eleta ALMARAN.L'homme n'a rien d'un artiste maudit, il n'a jamais été pianiste de bar, fonda même la télévision panaméenne et dirigea le groupe industriel familial et fut ministre du Travail, puis des Affaires Etrangères,et négocia avec les Etats Unis le sort du Canal de Panama dans les années 1960. "Historia de un amor" s'envola vers le succès vers les années 1955 grâce à un film du même nom dont le rôle titre était tenu par Libertad LAMARQUE.
Carlos Eleta ALMARAN l'avait écrite après la mort de sa femme Mercédes, fauchée par la polyo en 1954.Il se remaria. L'influence de ce boléro fut énorme, et se propagea vers les inconscients des artistes juqu'à Cuba où des poètes obscurs finissent toujours par rencontrer de jeunes français. Peintre, mélodiste et sculpteur,dont quelques écrits sur l'art et la peinture ont été publiés dans de rares revues culturelles, le cubain, Miguel Angel RUIZ a confié avant sa mort en 2001 quelques bribes de compositions au musicien français Sébastien MARTEL,rencontré à la Havane. Ce dernier monte un groupe avec son frère et des copains comme Vincent SEGAL,"Las Ondas Martenes" en référence aux Ondes Martenot.Il consacre un album à cet auteur méconnu et dissident en 2003 et ils lancent ce texte qui marque la fin de l'amour  et mis en musique ici par Fred MARTEL dans la lignée des boléros dont Almodovar fera un ample usage avec ses interprètes fétiches,Chavela VARGAS, Caetano VELOSO,et Luz CAZAL.
Luz CAZAL fut souvent invitée au Festival Inerceltique de LORIENT,pour être comme Fidel CASTRO ou Gabriel GARCIA MARQUES, d'origine galicienne au nord de l'Espagne où l'on joue de la cornemuse et des fifres en mangeant des poulpes et des palourdes,(je caricature) Avant d'être la voix de "Talons aiguilles"  le film de Pedro Almodovar réalisé en 1991, elle est une énorme vedette poprock de l'Espagne . "Piensa en mi" (Agustin LARA 1937)  est édité sur l'Album "A contra Luz" énorme succès dans la péninsule.   
 Parfois le boléro glisse vers le tango et inversement,surtout quand la suavité du talent est au rendez-vous. Carlos Gardel, un fils de rien né à Toulouse,en avait audelà de toute raison.  "El Dia que me quieras" est un tango composé par Carlos GARDEL sur un texte d'Alfredo LEPERIN.Il l'a enregistré en 1934, un an avant le terrible accident d'avion sur l'aéroport de Meddelin en Colombie.
Et puisque nous nous sommes écartés du boléro mais pas du romantisme,voici l'une des guajiras cubaines les plus célèbres au monde. Ce n'est pas un hasard si Pete Seeger grand héros du folk militant américain mort en 2014, reprit Guantanamera et il s'en explique longuement d'ailleurs dans cet enregistrement public au Carnegie Hall en 1963. Guantanamera c'est un peu, en plus politisé la Lambada parce qu'on ne sait pas qui l'a volé à qui ? Les experts lui ont trouvé une origine andalouse,estimant qu'il s'agisait d'un air connu au XVIIè siècle à CUBA,mais en 1920 le chanteur et animateur de radio Joselito FERNANDEZ,se l'attribue.La justice cubaine d'ailleurs a donné raison à ses héritiers en 1993. Au départ la chanson raconte l'histoire d'une femme,une jolie femme de Guantanamo, puis,le compositeur espagnol Julian ORBON l'embellit et la pare d'un extrait de versos sencillos du poète José MARTI , héros de la guerre d'indépendance de CUBA en 1895, dont d'ailleurs Pete SEEGER nous a raconté la vie. Le peuple en a fait une chanson d'opposition à la politique américaine lors de la Crise des missiles en 1962.A cette époque la Reine de la Salsa, Celia CRUZ s'était déjà réfugiée aux Etats Unis.  "Kiss me my love,my darling, buenas noches mi amor,Celia CRUZ était originaire de Santo Suarez, un quartier pauvre de la Havane,enfant d'ailleurs elle gagna sa première paire de chaussures en chantant pour un couple de touristes.  En 1950, elle est la chanteuse du fameux groupe "la Sonora Matanzera" surnommée le cafe con leche, elle ne cessera de prononcer ce mot fétiche de ses chansons: "Azucar"(le sucre)   
Il fallait bien y ariver, on ne pouvait pas l'ignorer, c'est bien lui le Bolero del Raval,le Bovélo de Babel enfin bref,vous avez d'abord entendu ce détournement total par ce catalan de France Pascal Comelade puis le scat du farceur gascon André Minvielle deux occitants de France.Le Boléro de Maurice Ravel est une musique de ballet pour orchestre qui date de 1928. La béninoise installée à New York Angélique KIDJO a donné une version chantée en langue FON. Le Boléro de Ravel est un des thèmes les plus joués au monde ce qui fait le bonheur de la SACEM la Société des Droits d'Auteurs français.
Le Boléro est un genre qui inspire,et restons donc en Afrique. Di Dor em Mor Teofilo CHANTRE et  Mariana RAMOS décident d'enflammer une ile du Cap Vert en 2001, tous les coeurs chavirent au son du créole capverdien sous les étoiles du port de Mureo passant de douleur en douleur avec délectation et la transformant en or pur.

France Culture - Planete iberique - 2015-08-27 - Bolero.mp3
Planète ibérique (4/5)   Le boléro

Quote by 27 août 2015 - France Culture - Continent musiques d'été Planète ibérique (4/5)
    Le boléro

    A l'origine, le boléro est une danse espagnole de bal et de théâtre, très académique, codifié par Sebastian Cerezo, le maître à danser de Charles III, vers 1780.
    Puis les "escuelas boleras" se multiplient en Espagne.
    Le mot Boléro pourrait faire référence au gilet que portaient les Andalous, mais aussi au surnom donné à Sebastian Cerezo, "El Volero", le danseur volant.

    Programmation musicale


    + + - Te de la vida entera, Perdoname Conciencia par Mariama Secada, "BOF Zoé Valdes"

    + + - Gloria Lasso
    + Tuya
    "Chante en Espagnol"

    + + - Agustin La
    + Amores de mis amores
    "Lo Mejor de Agustin Lara"

    + + - Jorge Negrete
    + La que se fue
    "El Charron Immortal, Sus Grandes Exitos"

    + + - Joao Gilberto
    + Eclipse
    "Joao Gilberto en México"

    + + - Maria Bethania Omara Portuando, Tal Vez

    + + - Lola Flores
    + + - Antonio Gonzalves
    + Historia de un amor

    + + - Las Ondas Marteles
    + Y despues de toto
    "Homenaje à Miguel Angel Ruiz"

    + + - Luz Casal
    + Piensa en mi
    "BOF Almodovar"

    + + - Carlos Gardel
    + El Dia Que Me Quieras
    "El Dia Que Me Quieras Y Sus Exitos"

    + + - Pete Seeger
    + Guatamera
    "We shall not be moved"

    + + - Buena vista social club
    + Dos Gardenias

    + + - Cela Cruz
    + + - Carlos Argentino
    + Mi amor, buanas noches
    "Mucho, mucho, Bolero"

    + + - Pascal Comelade
    + El bolero del Raval
    "El pianista del Antifaz"

    + + - André Minvielle
    + Bovelo de Babel
    "Vocal Chimie d'erre"

    + + - Angelique Kidjo
    + Lonlon (Ravel's bolero)
    "Djin Djin"

    + + - The Beatles
    + Besame Mucho

    + + - Christophe
    + Dernier Baiser
    "Clichés d'amour"

    + + - Teofilo Chantre
    + + - Mariana Ramos
    + Di Dor em Or
    "La nuit du Cap Vert au Zénith"  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages

Catégories