Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 16:10

Sur le marché du travail aujourd’hui, on sait que les personnes peu ou pas qualifiées, ont moins de chance de trouver un emploi que les personnes qualifiées. Le diplôme s’il n’est pas une assurance tous risques, est en tous cas un sésame pour intéresser un employeur.

Sans diplôme, cela ne veut pas dire qu’on n’a pas de savoirs, mais que ces savoirs ne sont pas reconnus, et sans reconnaissance il y a un risque d’exclusion.

En 1991 le philosophe Michel Serres, pensait qu’il fallait voir les choses autrement.  Avec deux philosophes Michel Authier et Pierre Lévy, ils ont défini les principes des arbres de connaissance. Le diplôme a et garde toute sa valeur, mais il n’est pas tout.

Michel Authier, mathématicien, philosophe, sociologue, fondateur de Trivium SA, dont il est aujourd’hui le conseiller scientifique :

«  Il faudrait qu’à côté d’eux, d’autres formes de reconnaissances, s’établissent, des reconnaissances de connaissances, c’est le projet auquel Michel serres s’était attaqué, aui moment où il lançait son livre sur « le Tiers Instruit »c'est-à-dire que c’est une description de l’humain qui  est un composé de ses savoirs , de ses qualités personnelles, de ses expériences personnelles, de ses amours, de ses déceptions, de ses réussites, et que l’on a, le Premier ministre de l’époque, Edith Cresson, lui a confié une mission pour essayer de définir, comment on pourrait mettre en place un système universel de connaissances de toutes ces qualités humaines dans lesquelles, on aurait aussi bien intégré les diplômes, que les témoignages de ses expériences, les connaissances relationnelles, qu’il peut avoir, et les qualités humaines qui existent. A ce moment la on a fait émerger un concept qui est le concept d’Arbre de Connaissances, qui d’une certaine façon est la représentation  globale des richesses humaines d’une communauté.

C’est une carte qui représente les richesses d’une entreprise, d’une école, d’un quartier, d’une région, d’un réseau d’entreprises, et cette carte est d’une certaine façon l’équivalent du Bilan financier de l’économie classique.

Quand vous avez le bilan d’une entreprise, vous avez  quelque part sous forme chiffrée la façon de représenter ce qu’est l’entreprise et ce qu’est sa richesse économique ;

Et l’Arbre de Connaissance est d’une certaine façon une forme qui n’est plus réductible au nombre, mais la forme est porteuse de sens et le sens c’est ce qui permet de diriger l’énergie, de canaliser les richesses humaines cet arbre va donner une représentation globale  de toutes les richesse humaines de ce collectif, et du coup chaque individu pourra positionner son intérêt au sein de cette représentation et savoir qu’est-ce qui est intéressant pour lui, comment il peut évoluer, quel type de formation il peut demander, comment il peut s’intégrer dans une entreprise s’il recherche du travail et évoluer. De la même façon le chef d’entreprise ou ses managers et dirigeants pourront voir quel est le potentiel de richesses, sous quelle forme ils peuvent le mieux exploiter ce potentiel de richesses. Et pas exploiter au sens XIXème siècle, c'est-à-dire l’exploitation de l’homme par l’homme, mais au sens par contre de la culture, et au sens même j’oserais dire de l’agriculture. C'est-à-dire on exploite une richesse, un champ, un espace, pour produire une nouvelle richesse A travers cette culture agraire. Et bien là il y a une culture de la société qui doit exister qui consiste à faire en sorte que chacun  produise la meilleure richesse humaine possible   qui de par les effets de créativité, d’innovation, d’implication des gens, et bien fera en sorte que d’une certaine façon  l’économie classique y trouvera un bénéfice, puisque la richesse produite sera plus importante ».
___________________________________________________________________________________________
 "...on peut dire d’une certaine manière que moins les individus vont être reconnus dans leur entreprise, plus ils vont avoir tendance à donner le meilleur d’eux-mêmes à l’extérieur. C’est pourquoi aujourd’hui les meilleurs blogs et les meilleures communautés que l’on peut fréquenter sont faites par des gens, qui ne sont pas forcément très satisfaits de la façon dont ils vivent à l’intérieur de leur organisation"
Frédéric Soussin - Consultant en TIC au Cabinet Ulysseum (Qu'estce qu'un Wiki ? Vidéo)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages

Catégories