Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 21:39

Alain BADIOU et Ivan SEGRÉ
Qu’appelle-t-on penser Auschwitz ?

Les philosophes Alain Badiou et Ivan Segré dialogueront et débattront des deux essais d’Ivan Segré  : Qu’appelle-t-on penser Auschwitz qui est le premier volet du diptyque qu’il forme avec La Réaction philosémite (tous deux publiés aux éditions Lignes ).Jeudi 10 juin 2010, Entrée libre

- 19h30 : Débat public entre Ivan Segré et Alain Badiou.
Salon du Belvédère - Terrasse du Corum - Montpellier

La singularité du crime nazi dans l’Histoire est aujourd’hui connue sous le nom d’Auschwitz. Mais qu’en est-il exactement de cette singularité, qu’en est-il de la pensée de cette singularité ?
Le propos de Qu’appelle-t-on penser Auschwitz ? est d’interroger des textes théoriques contemporains - philosophiques (Philippe Lacoue-Labarthe et Alain Badiou, mais aussi Martin Heidegger et Hannah Arendt), mathématiques (Jean-Yves Girard), psychanalytiques (Daniel Sibony), idéologiques ou antiphilosophiques (Éric Marty, Alain Finkielkraut, Jean-Claude Milner) - dans lesquels est abordée la question de la singularité d’Auschwitz.
Alain Badiou écrit dans sa préface à Qu’appelle-t-on penser Auschwitz ? : « Ivan Segré organise une scène intellectuelle à trois termes : la philosophie, la rhétorique et l’étude juive. La tension historique créatrice se déploie entre la première et la troisième, la deuxième, ramenant la pensée au jeu des opinions et à leur inscription propagandiste dans le langage, est ce en quoi toute pensée se dissout au profit de la propagande pour ce qui domine et dévaste le monde commun  ».
Dans son deuxième essai, La réaction philosémite, l’auteur s’attaque à la campagne menée en France par des intellectuels se présentant comme philosémites, tels Y.-C. Zarka, S. Trigano ou A. Adler, dans laquelle il pressent une trahison politique et non une fidélité à l’universalisme juif. Cette campagne est à ses yeux la pièce maîtresse d’une opération idéologique visant à imposer le mot d’ordre d’une défense de l’Occident

Ivan Segré est docteur en philosophie. Il vit aujourd’hui en Israël, où il poursuit ses recherches.

Professeur émérite à l’École normale supérieure, Alain Badiou est philosophe, dramaturge et romancier.

Lire mes notes prises lors de la Conférence dans les Pages sauvegardées à gauche.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages

Catégories