Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 17:43

Dans son livre, Franck Renaud entend révéler les coulisses du Quai d'Orsay et les secrets de ceux qui y travaillent. A l'invitation de L'Express, André Janier, un brillant ancien de la maison, a lu l'ouvrage. Qu'il a plutôt apprécié.

 

Abrités sous leurs lustres et retranchés derrière leurs lambris, le Quai d'Orsay et les ambassades ont toujours suscité la curiosité, la suspicion et la jalousie. Reste que la diplomatie a évolué, comme en témoigne l'intéressant livre de Franck Renaud, qui signe une enquête "investigative" et non un récit à sensation encombré d'histoires extraordinaires et de détails croustillants.

Le mérite de l'auteur vient de ce qu'il s'est appuyé sur des faits, des citations et des chiffres précis, puisés à la source de nombreux ouvrages techniques, rapports parlementaires et documents officiels. Les chapitres consacrés aux difficultés financières du "Département", à son mode de recrutement, à ses méthodes de travail et à sa politique culturelle et de coopération reflètent une situation dégradée. Le passage dédié au 14 Juillet la résume bien. Comment faire comprendre à nos compatriotes et aux personnalités locales, dans les pays où l'influence de la France reste significative (il en existe encore!), qu'ils ne seront plus conviés à la réception offerte par l'ambassadeur à l'occasion de notre fête nationale pour des raisons bassement financières? A Abidjan, par exemple, le 14 Juillet constitue une date prestigieuse du calendrier mondain. Etre effacé ce jour-là des listes de l'ambassade équivaut à une quasi-déchéance sociale. Les invités ne comprennent pas davantage que "la grande France" doive faire appel à des annonceurs, comme à la foire ou à la kermesse, pour financer l'achat du champagne et des canapés.

Des conditions de travail de plus en plus précaires

Au-delà de l'anecdote, ces difficultés amènent les fonctionnaires du Quai à oeuvrer dans des conditions de plus en plus précaires, dans l'inconfort, l'improvisation, la précipitation et le stress. Ils en sont réduits à gérer le quotidien, sans prendre le temps de la réflexion et de la prospective.

Franck Renaud a compris que le classement hiérarchique de nos ambassades qui permet de préserver l'universalité de notre réseau, la modernisation de notre politique culturelle et de coopération et l'externalisation des services des visas révolutionnent les méthodes de travail de notre diplomatie, en l'orientant dans le sens du progrès. Qu'il se rassure: nos diplomates sont capables de modifier leurs habitudes, de s'accommoder de ces nouvelles situations et de maintenir leur ministère au niveau d'excellence que lui reconnaissent leurs homologues étrangers, à condition qu'on leur assure les moyens de cette adaptation. On ne pourra pas rogner indéfiniment le budget du Quai, sans risquer de nuire à son efficacité et d'assombrir le rayonnement de la France.

Pour le reste, l'auteur ne résiste pas à la tentation de jeter un oeil inquisiteur "derrière la façade", à la recherche d'anecdotes plus ou moins salées, comme l'ont fait avant lui la plupart de ceux qui ont écrit sur la vénérable institution. Tout y passe, comme d'habitude: la misogynie, l'homosexualité, la pédophilie, l'avidité, la corruption, la cooptation, la rivalité ENA-Orient, le "piston", les réseaux, la politisation, l'amateurisme, la force d'inertie, la tyrannie, l'espionnage... Il oublie quelques clichés bien établis comme l'alcoolisme mondain, l'esprit de clan, la tasse de thé, les petits fours... On pourrait lui reprocher aussi d'avoir axé son étude sur l'Asie et de négliger les autres terrains d'action de notre diplomatie. Mais il a sans doute bien fait de se limiter à ce qu'il connaît.

André Janier

Il a été ambassadeur de France dans six pays (Qatar, Tchad, Yémen, Irak, Liberia, Côte d'Ivoire) - un record parmi les diplomates français. Au terme d'une carrière longue de près de quarante ans, il a fait valoir ses droits à la retraite il y a un an.

Les diplomates sont aussi des êtres humains, présentant les qualités et les défauts de leurs semblables. Ils exercent un métier passionnant, mais exigeant, compliqué, délicat, dans des conditions rendues de plus en plus difficiles par l'émergence de l'Europe, l'apparition de nouvelles puissances, les impératifs de la mondialisation, la multiplication des conflits, la généralisation de l'insécurité, l'acharnement de la concurrence économique. La grande majorité d'entre eux se consacrent entièrement et loyalement à leur mission, au sacrifice parfois de leur vie personnelle. Mais Franck Renaud a raison de se montrer critique et exigeant à leur égard. On se doit d'être irréprochable quand on a hérité de l'immense honneur et de l'énorme responsabilité de représenter la France à l'étranger.

Les Diplomates, par Franck Renaud, Nouveau Monde éditions, 394 p., 21 euros.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages

Catégories