Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 12:02

L’évasion fiscale est généralisée en Grèce, tout comme la corruption des agents du fisc.

«Payer l’impôt, c’est être un con» Georges Papaconstantinou,ministre des Finances grec s’interrogeait depuis longtemps sur l’insolente prospérité du très chic et très cher quartier de Kolonaki. Un havre situé sur le flanc du mont Lycabette, en plein centre d’Athènes ; là où les boutiques de luxe le disputent aux 4x4 allemands ; là où l’expresso et les loyers atteignent des prix que l’on s’attend davantage à trouver sur les Champs-Elysées. Sommé par l’Union européenne et par le Fonds monétaire international de mettre de l’ordre dans ses comptes, il a donc voulu faire un exemple. Et demandé à ses services de lui fournir les revenus des médecins du quartier.
Pourquoi eux ? Parce qu’ils ont la réputation de mener grand train. Le fisc n’a pas pu lui fournir de liste précise. Il a fallu passer par l’annuaire pourmettre la main sur les 150 médecins de Kolonaki. Papaconstantinou a ensuite envoyé ses contrôleurs visiter les cabinets. Surprise: les médecins ne déclaraient que 10000 à 15000 euros de revenus annuels. En réalité, ils gagnaient de trois à dix fois plus. Tout cet argent noir leur permettait d’acheter voitures, bateaux, résidences secondaires dans les îles huppées d’Hydra ou de Mykonos.
Les médecins de Kolonaki ont été redressés.
«Magouillocratie». Mais c’est toute la Grèce qu’il faudrait redresser: «Désigner ces seuls médecins à la vindicte, c’est du populisme, tout lemonde fait lamême chose», s’emporte Spyros, chef de clinique dans un hôpital public. Car la fraude fiscale tient du sport national. Pratiquée avec la complicité du fisc.
«Les agents du fisc sont totalement corrompus, c’est la mafia», juge Electra, propriétaire de plusieurs magasins sur la très chic rue Ermou et qui,dit-elle, se fait racketter.
«En Grèce, payer ses impôts, c’est être un con», confirme Pedros, patron d’une PME de cosmétiques.
Rares sont ceux, en Grèce, qui croient donc en la capacité del’Etat d’appliquer les mesures d’austérité (30 milliards d’euros d’économie sur trois ans) exigées par l’UE et le FMI et que le Parlement grec a votées hier. «Augmenter la TVA, c’est bien, mais il n’y a personne pour la récolter», s’amuse,un rien désespéré, Yannis Pretenteris, chroniqueur vedette. La Grèce ressemble à un «pays sans Etat», explique-t-il. Ou plutôt un pays dont l’Etat est au service de grandes familles (les Papandréou à gauche, les Karamenlis à droite) qui l’utilisent pour s’assurer une clientèle. «Un système féodal, dénonce le journaliste Athanase Papandropoulos, une magouillocratie». D’où le nombre de fonctionnaires qui seraient plus de 1,1 million –toutes catégories confondues et clergé inclus– pour 11millions d’habitants? «L’Etat n’a aucune idée précise de ses effectifs,raconte un diplomate européen, pour qui l’Etat ne sait pas non plus combien gagnent ses fonctionnaires.» Ce qui est certain, c’est qu’ils sont mal payés.D’où l’inefficacité. «Un vice-ministre raconte que seuls les jeunes et 15% du personnel travaillent», rapporte Filios Stangos, journaliste à la télévision publique. Cela explique-t-il la corruption généralisée? Ici, on ne dit pas «bakchich», mais fakelaki («enveloppe»). «Tous les secteurs de l’Etat sont touchés : santé, éducation, justice, police, urbanisme, fisc», assure Spyros au salaire de chef de clinique de 4000 euros net (sur 14 mois).
Dans son bureau, à l’hôpital, il a épinglé une affiche: «Je n’accepte pas de fakelaki.» Mais «la plupart des médecins acceptent ces enveloppes qui permettent aux patients d’avoir l’assurance d’être bien soignés. C’est le système. Les citoyens ne comprennent d’ailleurs pas qu’on ne se plie pas à cette corruption généralisée». Les médecins multiplient ainsi leur salaire officiel par quatre,cinq, dix…« Enveloppe ». Les inspecteurs du fisc n’échappent pas à la pratique,bien au contraire. Car lemoteur de la fraude, ce sont eux. «Ici, on parle, comme au foot du 4-4-2 :l’inspecteur du fisc prend 4 pour lui,vous en laisse 4 et en donne 2 àl ’Etat », se désespère un patron. «L’inspecteur du fisc négocie directement avec le comptable de l’entreprise, raconte Electra. Il lui donne une enveloppe pour que le redressement soit minime voire inexistant.
L’inspecteur du fisc multiplie son salaire par trois ou quatre au minimum.» Et pas question de le dénoncer. «Son supérieur est dans le système, tout comme le policier qui sera chargé de l’enquête, s’indigne Pedros. Donc on paye en silence sinon on sait qu’ils nous empêcheront de travailler. C’est comme la mafia

Un diplomate l’avoue : «Evidemment, ce n’est pas avec les baisses de salaire que l’on va avoir des contrôleurs plus intègres
C’est ce qui explique la colère des Grecs contre cet Etat corrompu et clientéliste. Ils craignent que les petits soient les seuls victimes du plan d’austérité, faute pour le gouvernement d’avoir les moyens humains –ou la volonté– de chercher l’argent des fraudeurs. Car il y a de l’argent en Grèce, dans l’économie noire qui représente entre 30 et 40%du PIB grec selon les chancelleries européennes.On évalue jusqu’à 30milliards d’euros l’évasion fiscale.
Ce ne sont pas les quelques exemples récents qui vont convaincre les Grecs que l’Etat a changé. Ainsi, le fisc vient d’utiliser Google Earth pour compter les piscines dans le nord huppé de la capitale (Kefalari,Kastri, etc.). Le chiffre final ? 16974. Le nombre de bassins déclarés? 324… Mais la corruption de l’administration n’a pas disparu comme par enchantement. «Il faut changer tout le personnel du fisc»,estime Electra.Un avis partagé par la majorité des Grecs qui pensent même qu’il faut recréer un nouvel Etat. Pedros, lui, se veut optimiste: «Cette fois, on n’a plus le choix. Toutes nos magouilles sont sur la place publique.On est dévoilés.» Un optimisme guère partagé ces jours-ci à Athènes.
Envoyé spécial à Athènes JEAN QUATREMER

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages

Catégories