Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 21:39

"On est dans une époque qui marque la fin de toute exigence de l'intelligence. C'est à dire que, en quelque sorte, la démocratisation de masse, la scolarisation absolue et l'accès aux loisirs, à la culture ont fait de la culture une pseudo-pensée qui n'est en fait que l'acquiescement généralisé à tout ce qui se fait.

Les victimes,minorités, comme par exemple, les femmes, les Noirs, les pauvres ou les homosexuels, par exemple étaient devenus le prétexte à une autosatisfaction démocratique où l'intelligence finissait par se confondre avec le Bon Sentiment lâche ou totalitaire, c'est à dire le fait de dire oui à tout ce qui avait été dominé, et de donner raison à ce qui s'était jugé lésé dans les temps  prédémocratiques.

Par exemple il fallait aimer le rap, et on devait considérer que c'était de l'art.

La pensée unique, la tolérance par défaut, par paresse et bien sûr l'expression "pensée unique"  allait faire florès.Salut-Fredo.jpg

La pensée unique c'était la démocratie qui disait qu'il fallait être tolérant  et accepter tout ce qui existait, bref, toutes les valeurs étaient dissoutes, il n'y avait plus de hiérarchie. Et juger, classer, c'est être intelligent.La démocratie avait dit Tocqueville, avait abouti, en bout de course, à un échec de l'intelligence, parce que dans l'intelligence, il ya quelque chose de pas démocratique, il y a de l'inégalité, du classement.

La gauche politique, avec l'effondrement du communisme, repliée sur le Bon Sentiment, était en partie responsable, je me souviens plus exactement pourquoi, mais ça avait beaucoup à voir  avec Mitterrand et Jack Lang, son ministre de la Culture, et l'idée de Fête de la Musique, avec tout le monde qui grattait sa guitare dans la rue".

D'après Tristan Garcia, la meilleure partie des hommes - Gallimard NRF 2008

Aujourd'hui 2 ans après les propos du chapitre 17 de Tristan Garcia, il faut se pâmer devant les inepsies de la Brigitte Fontaine, les sussurements d'un Vincent Delerm (fils de Philippe) les gesticulations d'un "M" (fils et petit fils Chédid) présenté comme le nec plus ultra de la chanson française pour le public chinois, applaudir aux matraquages promotionnels d'un Franck Dubosc venu vendre son dernier "Camping 2"et bien sûr succomber aux principaux chants des sirènes médiatiques que sont "Le grand Journal" de Canal Plus où un Ali Badou transfuge de France Culture joue le porte voix des nouveaux ringardisables Michel-Houellebecq.jpgali-baddou.jpg ,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"On n'est pas couché" passage obligé pour toute promotion dans les griffes complaisantes d'un Eric Naulleau autoproclamé censeur ou encenseur malgré les hauts cris d'un Francis Lalanne. A la radio pas moyen d'échapper deux aux prescriptions matinales d'un Vincent Josse ou Pascale Clark qui court après l'Actu et promeut le néant d'une Loanna et du dernier inconnu en quête de reconnaissance avec un applomb et une arrogance rarement entendue.

Côté musiques, le bilan est encore plus navrant si l'on fait le bilan d'une programmation muiscale sur France Inter due aux grands prescripteurs de la culture musicale que sont les obscurs Jean Michel Montud, Cyril Sauvageot et Djoubaka puisque le patriarche Jean Louis Foulquier s'est retiré en laissant la place à sa fille Ambre Foulquier (un peu comme Jean Marie cède le pas à Marine, on reste en famille...) Le seul à s'en émouvoir est Thiérry Séchan dans "Nos amis les chanteurs" Tomes 1 à 4 (Les belles Lettres)

Côté Humour, la vague hystérique qui starise la pauvre Anne Roumanoff dans ses chroniques de bistrot du Dimanche chez Michel Drucker est des plus significative sur la baisse de niveau du public à qui l'on sert à tout va, du Bigard ou du Cauet puisqu'il en redemande.  

Mais sommes nous encore dans la Culture ? "Oui" clame bien fort Jack Lang, "peut-être" chuchote Frédéric Mitterrand...

Un remède à la pensée unique: la culture générale dit Roland HUREAUX .

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages

Catégories