Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 20:46
l'Université de tous les Savoirs de Montpellier - La leçon inaugurale du 4 novembre-
 Écrivain, journaliste, lauréat du prestigieux prix de Londres (1972), Jean-Claude Guillebaud tient une chronique hebdomadaire sur la vie des médias dans le Nouvel Observateur et sur la politique française dans La Vie catholique.
Pour cette première rencontre de l'Agora, l'essayiste a présenté  le fruit de ses réflexions sur le monde tel qu'il est et tel qu'il va. Il posera certainement aussi la question de la croyance (religieuse, politique) qui peut tout aussi bien renforcer les esprits et leur permettre de grandir, de s'épanouir et s'ouvrir à l'autre ou alors dangereusement les affaiblir et les pousser jusqu'aux actes terroristes les plus extrémistes. Avis à tous : soyez sur le qui-vive car Jean-Claude Guillebaud, lui qui est aussi le parrain de "reporters d'espoirs", partage ici ses réflexions avec bienveillance, sagesse et toute la passion qui l'anime.
Voici les notes que j'ai prises lors de cette soirée

Introduction :

Aujourd’hui les discours sont réductionnistes du fait du corporatisme universitaire qui vous assigne dans une discipline et engendre des savoirs de plus en plus brisés et éclatés.

Comme disait le dicton populaire : « Chacun voit midi à sa porte »

Et donc le quidam  se retrouve face à un autre dicton populaire «  A quel saint se vouer ? »

Mark Twain avait déjà écrit en son temps : « Quand on a la tête en forme de marteau, on a tendance à voir les problèmes en forme de clou. »

Il nous faut donc aller braconner sur les territoires des Savoirs.

Dans le titre du Colloque : « Quel monde préparons-nous ? » il y a une idée volontariste face aux discours d’impuissance qui ont dominé depuis un siècle.  Souvenons-nous de Margaret Thatcher qui disait « There is no alternative » au point qu’on la désignait sous l’acronyme de T.I.N.A.

Les généticiens eux-mêmes parlent de course folle comme si on ne parvenait plus à maîtriser l’avenir.

Il en va de même on l’a vu récemment en économie où la reprise du contrôle de la situation mondiale depuis la crise du système monétaire qui s’est emballé, a eu beaucoup de mal à se mettre en place.

Jacques Ellul (Bordeaux) dans les années 50 parlait déjà en visionnaire de « processus sans sujet »

Que dire des Médias aujourd’hui embarqués dans un crétinisme médiatique à la merci des technocrates mondialistes.

« La politique c’est le goût de l’avenir » disait Max Weber.

Quels sont les traditionnelles menaces sur la démocratie : les dictatures, les totalitarismes, les intégrismes en tous genres. Mais aujourd’hui les menaces sont plus insidieuses avec un « à quoi bon » ou une mélancolie ambiante où le citoyen est consommateur l’après midi et téléspectateur le soir.

 

Quelle sont les cinq grandes mutations du monde actuel ?

 

Il faut conjurer le pire pour faire advenir le meilleur c’est ce que j’ai fait dans mes 7 livres pendant 15 ans.

La fin de l’Empire Romain après 1000 ans de cohésion et d’hégémonie du droit et du militaire a laissé place à la chrétienté féodale plus riche, plus artistique (on a enfin réhabilité ce « Moyen » Age  qu’on aurait du appeler plus justement Chrétienté médiévale).

Le philosophe allemand Karl Jaspers a parlé fort justement de « basculement axial » et Michel Serres dans « Homines-cence » va plus loin puisqu’il pose que la révolution actuelle que nous vivons est semblable à celle du néolithique qui a vu les nomades se sédentariser, les chasseurs devenir éleveurs et les cueilleurs devenir agriculteurs.

La Mutation d’aujourd’hui engendre la frayeur et en même temps la nostalgie de ce qui s’en va, la perte du vieux monde et de ses valeurs. Le Nouveau monde est plus difficile à appréhender car c’est une nébuleuse. 

Gandhi présentait cette image : « Un arbre qui tombe fait beaucoup de bruit, mais une forêt qui germe ne s’entend pas »  

 

 

Donc quelles ont ces cinq grandes mutations ?

La mutation économique : Il y a d’abord la mutation heureuse vantée benoitement par un Alain Minc et puis il ya la mondialisation catastrophe  ‘d’Attac ou du Monde Diplo relayé par un Daniel Mermet )

La mondialisation est à la fois destructrice et constructrice.

On assiste en effet à une déconnexion entre la démocratie et l’économie. Le marché est sorti du coral et cavalcade à travers le monde en se riant des prétentions exigeantes de la démocratie.   

Le marché est un cheval fou et nous sommes comme ces cavaliers qui tentent de le dompter pour lui passer le licol.

L’économiste Jean Paul  Fitoussi parle de « l’idéologie du monde » dans laquelle on entend des assertions démagogiques et fausses telles que :

le marché est rationnel et plus intelligent que la démocratie (Un exemple :saviez-vous que  la Bourse de Tokyo est uniquement guidée par l’horoscope chinois ! )

L’économie est une science  mathématisée qui décide à notre place.  

Le décentrement du monde est porteur de menaces :

Jusqu’à présent l’Occident a été le centre du monde et ce jusqu’au XXè sicècle. L’Europe a été très en retard jusqu’à la fin du XVIè siècle par rapport aux autres civilisations arabes, chinoises ou indiennes. Nous avions presque 8 siècles de retard sur les découvertes de l’Orient et du Monde arabe. Prenons des exemples : les Astronomes indiens avaient découvert8 siècles avant l’Europe ce que Galilée allait proclamer sur la rotation de la terre en en payant le prix. 

 Alors comment l’Europe a-t-elle rattrapé son retard ? Cela reste un mystère à élucider.

La Culture européenne  a fait une échappée par la conquête et la colonisation vers l’hégémonie militaire, économique, technologique et enfin culturelle.

Nous étions jusqu’à présent  propriétaire du « brevet de modernité » mais aujourd’hui tout cela est terminé avec la perte de l’hégémonie militaire et économique et technologique. (les fusées, le nucléaire, l’aérospatiale indienne ou chinoise nous ont rattrapés) Reste le cas de l’hégémonie culturelle ?

L’Ere Meiji au Japon dans le XIXè siècle a été fortement influencée par l’Europe.

Nous allons vers une modernité métissée faite de culturalisme, d’échanges et de rencontres partagées. 

En 2008, nous avons célébré le 60è anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme  de 1948 à l’Unesco. Hommage à René Cassin et Eleanor Roosevelt. Mais tout le monde a oublié les articles 25 et 26 d’une brûlante actualité au point de les attribuer à Besancenot ou à l’aile gauche du PS. !

Les étrangers ont raison de nous renvoyer cette Déclaration que nous avons-nous même pervertie à notre seul profit.

Quand Bush déclarait que nous étions dépositaires du Bien alors qu’autour de nous  sont les Barbares et donc qu’il faut s’armer… (Discours sur l’Etat de l’Union de 2002) Il lance l’Axe du mal et la Croisade contre l’Afghanistan et l’Irak.

Nous sommes rentrés dans une nouvelles séquence de décentration du monde qui sera basée selon l’expression d’Edouard Glissant sur la  « Créolisation du monde »

 

  3) L’apparition d’un Sixième continent virtuel :

Le Web la Toile, toute cette galaxie de l’Internet n’est pas encore conceptualisée. Quand tu es sur internet, où es-tu ? (espace)  Quand tu es sur Internet ,Quelle heure est-il ? (temps) ce continent est impensé à ce jour.

Jusqu’à présent les échanges étaient régis selon 3 règles : la vente en échange d’argent ; le troc en échange d’autre chose (objet ou service) ; le Don en échange de ma reconnaissance.

Aujourd’hui l’échange de films, de chansons, de texte sur Internet est un phénomène nouveau et hors des concepts et des règles habituels.

Pas de Droit sur « nulle part » sur un jungle sans règles.

La Presse écrite d’information va disparaître dans ce maelstrom.

3000 volumes numérisés par mois par Google. Que dire des Dissertations Google en copié/collé malgré les logiciels anti piratages.  L’essentiel de la musique produite dans le monde est disponible. Tout cela amène à une refondation du métier d’Enseignant.

N’oublions pas aussi que l’élection de Barak Obama doit beaucoup au rôle puissant d’Internet.

Gordon Moore a établi une Loi sur les capacités des ordinateurs qui seront doublées tous les 18 mois rendant ainsi obsolètes nos équipements actuels.

JP Dupuy a publié un « Rapport sur les Nano technologies » qui montre que les Micro Processeurs verront leur capacité multipliées par 1,5 M. dans 4 ou 5 ans… avec les conséquences dans les applications militaires et dans tous les domaines. La révolution digitale est en marche avec « l’Internet des objets »

Les menaces seront fortes sur l’Education la Médecine, mais aussi les utopies ouvrent des champs insoupçonnés : la totalité du savoir de l’humanité devenu proche et accessible à toute la planète.

 

4 – La Révolution génétique :  (a commencé en 1950 avec la découverte de Creek et Watson sur la structure de l’ADN : le contenu des gènes. Désormais les hommes qui savaient agir sur ka matière peuvent agir sur le vivant et donc la Vie elle-même.

« des chimères » voient le jour ainsi des truites à qui on a greffé des gènes humains !

Les Structures de la parenté sont ébranlées depuis que l’on peut engendrer à partir de5 parents pour un seul fœtus… vente de paillettes de sperme sur Internet ( 200 $ pour un donneur titulaire d’un PHD mais 100 $ sans PHD !)

Vente de gamètes féminines à l’UCLA ‘Los Angeles) par des étudiantes.

Brèche ouverte dans l’éthique même si le Comité National d’Ethique veille.Lire "Sagesse éthique" Article publié le 07 Mai 2009 Source : LE MONDE

Mais hélas, à l’avenir, avec la mondialisation, « le moins disant éthique » aura le marché et ce sera la fin du protectionnisme éthique.

La capacité d’intervention de l’Europe sera limitée.’l’arbre de la connaissance est déjà vendu à Wall Street » Voir le site « Vivagora » qui traite des grands enjeux de l’avenir par Dorothée Benoît Browaes.

5- Le souci du monde : Jacques Ellul en 1954 avait déjà alerté sur la « sensibilité écologique »  Hans Jonas (1979) avait énoncé le « Principe de responsabilité »  les entreprises menacent la planète entière qui est à sauver en urgence.

JP Dupuy a publié un excellent livre « le catastrophisme éclairé » qui met en garde sur les grands déséquilibres mondiaux. Les Indiens, les Chinois, les Africains et les Latino Américains ne vivront jamais comme nous Européens. Pourquoi ? Et c’est David Cohen qui nous apporte la réponse : Si les 600 M de  Chinois consommaient autant d’automobiles qu’en Occident, il n’y aurait plus de réserves  pétrolières qui seraient totalement épuisées. Si les millions d’Indiens consommaient autant de journaux et de papier qu’en Occident il n’y aurait plus de forêts sur terre car elles auraient disparu !

C’est une course de vitesse : nous allons immanquablement nous appauvrir

Mais un appauvrissement relatif de 15% est à prévoir mais souvenons nous que pendant les « 30 Glorieuses » de 1945 à 1975 nous nous sommes enrichis de 400% !

Même le « Siècle d’Or » espagnol n’a pas fait autant de profit au fait de sa gloire quand les galions espagnols rapportaient leurs trésors des Amériques.

Accepter des sacrifices mais dans une société juste et équitable. Or que voyons nous ? Une société où le spectacle des riches est devenue obscène.

La Taxe carbone est une bonne idée mais mal perçue par le grand public. .

Des années sans croissance posent un problème politique :

La croissance est un anesthésiant social qui permet à la démocratie de se maintenir.

Si la Croissance s’arrête, les inégalités vont devenir insoutenables et c’est la voie ouverte à la dislocation de la société (violence, guerres urbaines, fanatismes…)   

« Les sentinelles du désastre » regroupent des anonymes engagés dans des réseaux sociaux et solidaires invisibles des médias et qui pourtant œuvrent au quotidien pour éviter l’éclatement social. .

La vertu des hommes politiques : le slogan « Tous pourris » est excessif et concerne une minorité d’élus. La Démocratie ne peut vivre sans croissance et sans vertu. 

Thomas Masaryk (1850-1937), le premier président de Tchécoslovaquie [1918-1935]et opposant aux Habsbourg avait cette phrase : « Si tu veux résister à une tyrannie, ne vole pas, ne ment pas. »

 

 

Questions du public :

Quelles proportions du métissage ethnique, politique et culturel est-on prêt à accepter ?

Dans une société inégalitaire il faudrait élever des temples à la vertu et des cachots pour le mal.

En novembre 1989, au lendemain de la chute du Mur de Berlin, qui annonçait celle du communisme à l’Est, un ami de l’écrivain Claude Roy eut cette exclamation au téléphone : « C’est une bonne nouvelle, mais qui va faire peur aux riches maintenant ?  

Le défi démographique de 15 Milliards d’êtres humains non abordé. (la démographie inventée par Alfred Sauvy est incertaine et on a vu les erreurs des démographes sur l’analyse des transitions démographiques)

Sylvie Brunel (Action Contre la Faim et démographe, ex Madame Eric Besson) a montré dans "Nourrir le monde, vaincre la faim " (Larousse) que l’Agriculture n’est pas un problème en soi ni un problème de ressources mondiales mais de simple répartition.

Les jeunes d’aujourd’hui n’acceptent plus nos discours mais sont sensibles à des styles de vie conformes à leurs convictions (« total respect ») On influence plus parce qu’on est que parce qu’on dit. « On a l’impression qu’il croit ce qu’il nous dit » disait un lycéen. Il transmet son savoir, il ne récite pas une leçon.

Pour passer le licol à un cheval fou il faut d’abord l’arrêter.

Lire « la barbarie » de Michel Henry aujourd’hui on a des peuples érudits mais non civilisés  et la barbarie n’est pas forcément là) où on l’attend.

A quoi pouvons nous croire ?

Fable brésilienne de Pierre Rabhi (écologiste de l’Ardèche) Le tamanoir et le colibri. Le colibri répond au tamanoir qui se moque de lui quand il dépose une gouttelette d’eau pour éteindre le feu, «  je fais ma part » répond le colibri au tamanoir.

JC Guillebaud a crée une Fondation 2005-2010 « Reporters d’espoir » pour pousser les Médias à sortir du discours catastrophiste et alarmiste en mettant en évidence ce qui marche et fonctionne.

Un journalisme optimiste en quelque sorte décrié au départ par Laurent Joffrin qui trouvait cette initiative boyscout lors de son lancement à l’UNESCO.

Depuis les Pages de Libé sur « les Reporters d’espoir » ont fait grimper les ventes de 14% leur titre : «  le Libé des solutions »… !

 

 

     

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages

Catégories