Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 11:38

Régis Debray invité des Matins de France Culture au micro de Brice Couturier le 4 janvier 2013 pour son livre : "Modernes catacombes" (Gallimard)images-copie-1.jpg
* Voir aussi ;le Figaro du 5/6 janvier 2013 p27 critique par Sébastien Lefol
La littérature
Entendons par littérature ce qui est digne de rester, entendons ce qui transcende l'instant et puis aussi le mot juste.La littérature a aussi à voir avec la vérité.
"L'écrivain, c'est l'accoucheur de vérités enfouies, c'est l'homme qui fore en profondeur, ce n'est pas l'homme qui s'étend, c'est l'homme qui plonge de façon critique et acerbe dans une certaine vérité...."
La politique
"J'ai cru que la politique obéissait à une logique d'idées, et j'ai trouvé qu'elle obéissait à une logique de forces tout simplement.Quand on sait ça, on a pour les idéologues, un petit sourire en coin car l'idée c'est le marche pied, ce qui sert à arriver au pouvoir, et une fois au pouvoir, foin de l'idée, calculons les rapports de force et faisons ce qu'il faut pour y rester au pouvoir, pas dans l'Histoire mais au pouvoir mais après tout  c'est vrai que l'Histoire est une valeur fugitive, c'est à dire que si l'on entend par Histoire: postérité, c'est une valeur précaire".
Je suis resté à l'Elysée jusqu'en 1984 avec l'arrivée d'Hubert Védrine mais j'ai quitté quand je ne me suis plus reconnu dans la politique qui était menée.
L'échec politique c'est le ressort de la bonne littérature au fond.Prenez le cas de Chateaubriand puisqu'on en parlait avec Marc Voinchet: Chateaubriand commence très mal, comme un petit ambitieux, style pompeux,qui veut se placer auprès du premier Consul, il ne dit pas cheval, il dit "coursier", il ne parle pas du vent, il parle de "l'aquilon". Bref, style noble, c'ets à dire pas de style et puis l'échec et l'amertume et là vous avez l'âcreté, le halètement, la férocité des Mémoires d'Outre Tombe avec beaucoup d'humour en plus.. C'est ce qui fait de l'écrivain un mélancolique professionnel.Et vous avez un certain genre d'écrivain..
L'écrivain
Vous avez remarqué qu'un écrivain est bien meilleur dans le rétrospectf que dans le projectif. Prenez De Gaulle,grand écrivain latin,très bien traduit en français.De Gaulle est magnifique dans les "Mémoires de Guerre" il est beaucoup moins bon dans les "Mémoires d'Espoir".Disons que le programme, l'utopie, l'avenir, c'est le vague,le convenu. Un écrivain se déploie dans la rétrospection, c'est pourquoi la nostalgie est une grande vertu littéraire je crois.
Houellebecq ce n'est pas de l'égo littérature c'est de la photographie c'est très diférent.Appeler ça de la littérature c'est une convention heureuse pour lui mais ce n'est pas une imposture, disons un changement d'époque, un nouveau type de littérature, c'est ce que Baudelaire a vécu avec l'avènement du daguerréotype c'est à dire qu'on enregistre, on n'évoque plus, nous sommes très près du style d'information et non plus du style d'évocation.Il disait: "Ca va détruire le goût de la beauté et de l'imaginaire" et c'est vrai que Houellebecq prend de bonnes images, il les met en mots...mais ce sont plutôt des images photographiques que des images d'imagination.Sallenave.jpg
Danièle Sallenave : Vous n'avez pas besoin de mon soutien,nous sommes tous deux de la même génération et sommes tous deux dans une Académie mais j'en reviens à Maurice Druon de qui on disait: "Mais vous êtes un conservateur !" et Druon de répondre:"Et quoi il n'y aurait donc rien à conserver ?"Est-ce que vous accepteriez d'être un conservateur de cette sorte ou est-ce que vous souh"aitez , ce que je souhaite aussi, sortir de ce faux antagonisme entre conservateur et progressiste ?
R.D: Je reviens un peu en arrière: deux Académies, les Goncourt c'est une société littéraire qui se définit comme telle, devenue Académie.
"screugneugneu", absolument pas, j'espère n'être ni solennel ni grave. Un "screugneugneu" n'a pas le sens de l'avenir et aujourd'hui d'ailleurs, je constate que quiconque exerce sa négativité critique envers le présent est taxé de "screugneugneu" , c'est une véritable dictature conformiste  qui consiste à faire adhérer les gens à leur présent et moi je dis "Merde au présent", je me réserve le droit de le juger, oui au nom d'un passé que l'on appelle la "culture".

*Sur le même sujet lire l'entretien entre Alain Finkilekraut et Michel Serres sur" papa ronchon" et "Petite Poucette".
La bonne éducation est réactionnaire par définition, puisqu'elle consiste à faire revivre les morts. La culture c'est le culte des grands morts et oui par conséquent on commence par absorber de l'Histoire, du révolu et puis quoi de plus fortifiant que l'évocation des grands moments du passé ? Ce en quoi la nostalgie c'est du dynamisme, c'est une façon de se réconforter, de se réjouir, de se régénérer avec tout ce qui est à conserver et puis qu'estce que c'est que l'Histoire humaine ? Valéry disait : "L'Histoire humaine ça s'édifie sur des restes"  A l'inverse des animaux qui communiquent mais ne transmettent pas.Transmettre c'est passer la culture du grand père chez le petit fils, donc vient les grands pères et cessns de nous agenouiller devant les jeunes parce qu'ils sont jeunes, ce n'est pas leur rendre service.
B.C: Mais faut-il absolument regretter d'être "né trop tard", on naît comme on naît Régis Debray ?
R.D:  Ecoutez ça fait 3000 ans qu'on se plaint d'être né trop tard dans un un monde trop vieux, je reconnais le caractère parfaitement stéréotypé de cette remarque mais tout de même,pour ma défense, le XXè siècle a été le siècle de la guerre, etil me semble que la guerre a été un formidable décapant, la guerre est une mise à nu de l'Humanité et comme je parlais de l'écrivain qui va traquer les vérités enfouies, je pense que la guerre et l'écriture a va beaucoup ensemble..Beaoup de mes textes tournent autour de la Guerre, pas la Grande Guerre mais 39-45, la Guerre d'Espagne aussi,et ce sont les guerres civiles du XXè siècle, donc,j'ai fait la guerre à ma façon mais c'était de la guerrilla.
Danièle Sallenave: je pense que la méditation sur le passé, n'est pas la contemplation morose du passé,mais l'instrument avec le quel nous pouvons peut-être débarrasser les marécages tellement scintillants du présent pour imaginer l'avenir.Elle était déjà chez les hommes politiques dont on a un peu perdu la trace, je pense à Guizot qui derrière son "enrichissez-vous !" médite sur l'Histoire pour inventer la politique de demain. On ne peut inventer l'avenir qu'en méditant sur les leçons du passé, ce qui ne veut pas dire qu'on s'y enferme dans une contemplation morose.Il y a chez Chateaubriand ce tragique d'inventer un avenir à partir d'une méditation sur des ruines.Le passé, ce n'est pas des ruines, c'est quelque chose de vivant.
B.C: Le passé ou l'Histoire c'est ce qui fait défaut aux politiques d'aujourd'hui ?
R.D: le propre du conservateur c'est de s'enfermer dans le présent.Le consevateur est l'homme de l'actualité au fond. Si vous prenez les Révolutionnaires, vous verrez que cesont tous de grands mélancoliques hantés par les exemples du passsé,que ce soit Vladimir Ilich Lénine qui le 101è jour de la révolution Bolchévique se met à danser dans ma nef du Kremlin parce qu'il a un jour de plus que la Commune, que ce soient les Communards qu ne rêvent que de 93, ou ceux de 92 et 93 qui ne rêvent que des Grecs ou de la Rome républicaine.Et même Mao Tsé Toung a fait un poème devant la Mer de Chine en l'honneur d'un Empereur ... Bref, on peut dire que le Révolutionnaire est un réactionnaire en ce sens là, c'est d'ailleurs bien cela que lui reprochent les conservateurs. Les Conservateurs veilent nous river au présent en traitant de "screugneugneu" tout ce qui n'est pas d'accord.Décrier le passé c'est le préjugé, c'est la règle fatale au progrès.
B.C: Ceci dit que penser des régimes qui ont réussi, si on parle des régimes cubains ou du Vénézuéla ? Le bilan n'est pas franchement formidable !
R.D: Qui disait que "la vie est processus de destruction", c'est Schumpeter Schumpeter.jpget je pense à un écrivain américain..;Oui, durer au pouvoir c'est se dégrader par définition disons que le principe d'anthropie fonctionne à fond pour les révolutions.

B.C:Disons que votre ami Che Guevara y aura échappé et vous avec.
R.D :Tous les produits culturels sont formidables et c'est ce qui aujourd"hui est insupportable. On peut vouloir fermer une époque mais on peut aussi vouloir en ouvrir une autre ? Vousnous dites, tous les écrivains sont des nostalgiques professionnels, je vous répondrai, RabelaisRabelais-copie-1.jpg, Diderot n'étaient sûrement pas des mélancoliques professionnels, au contraire,si on applique le schéma de la critique marxiste à l'idéologie, on peut dire que les classes ascendantes, sont par nature optimistes parcequ'ils ont le sentiment d'ouvrir une époque.Ceux qui se réfèrent au passé, y compris ce qu'il a de plus déplaisant dans le présent,sont des gens excusez moi du peu, qui  semblent condamnés par l'Histoire.

B.C: Alors si vous appliquez le marxisme de votre jeunesse à votre propre comportement, vous vous classerez d'office dans ces classes déclinantes qui ont le sentiment que Histoire leur échappe.
R.D: Il en va de la nostalgie comme de la frontière , la mauvaise chasse la bonne.Et oui c'est vrai qu'il ya deux formes de nostalgie: la nostalgie du féodal de l'hidalgo et "venido a menos" qui réclame des égards et puis la nostalgie dynamique du révolutionnaire. Disons qu'il y a la nostalgie de Ratapoil, bonapartiste croqué par Daumier et puis celle de Jules Vallès.Ne confondons pas les deux choses, bien entendu je vous concède que Diderot n'a cessé de réfléchir sur l'histoire romaine mais c'est vrai qu'il y a  des écrivains qui ouvtrent les portes mais on oublie toujours de dire que ceux qui ont ouvert les portes ont fait beaucoup de chemin avant. Rimbaud.jpgJe pense à Rimbaud qui a mis 3 ans à écrire des vers latins,(et je ne pense pas qu'il y ait un auteur français qui ait écrit autant de vers latins que Rimbaud) et nous sommes tous d'accord qu'il a ouvert les portes de la poésie moderne.Donc cessons d'opposer le passé et l'avenir.Ceux qui ont tout oublié n'ont pas d'avenir voilà.
Daniele Sallenave: ce qui m'a beaucoup plu dans votre livre c'est l'éloge de la géographie. Vous notez p.234 que la France a pratiquement disparu des manuels de 1ère comme Louis XIVLouis-XIV.jpg ou François Ier des programmes d'Histoire parce qu'ils n'avaient pas l'esprit démocratique et que ce n'est pas la peine de les enseigner à nos enfants.Comment échapper à cette idée que ce sont des souverainistes qui font les programmes et on voit JP Chevènement qui pointe le bout de son nez dans ce débat . J'attends évidemment de vous une réponse sur cette double entité de l'Histoire et de la géographie françaises .
R.D: Oui, c'est à propos de Julien Gracq que je fais l'éloge de la géographie: Gracq écrivain du géo , écrivain du paysage et des morphologies du sol.C'est vrai que Histoire-Géographie avec un trait d'union c'est ce qui a fait toutes nos Humanités classiques et pas seulement avec le grec et le latin. Vidal de la Blache a disparu, il a laissé la place à Michelet et maintenant les deux ont disparu.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

snoring mouth guard 03/06/2014 14:22

The political failure was a major setback. Anyway, the present project looks really positive. I’m really impressed with Houellebecq’s thoughts on literature and photography. He has beautifully explained the co-existence of both. Thank you so much for sharing this informative article.

Pages

Catégories