Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

/ / /

SYSTEME SCOLAIRE EN GUADELOUPE,
POINT DE VUE EXTERIEUR de Véronique BOUZOU
Dimanche, 18 Septembre 2005 23:06 - Mis à jour Lundi, 21 Janvier 2008 12:56
Personne n'est prophète en son pays. L'auteure Véronique BOUZOU, qui a commis un livre
jugé intelligent sur le système scolaire français, vient d'être mutée en Guadeloupe...
De banlieue morose aux Antilles, voici ses premières impressions.  Comme chaque année, le mois de septembre rime avec rentrée des classes. Alors que nos chères têtes blondes viennent de reprendre le chemin des pupitres, les jeunes des départements d'Outre-Mer s'apprêtent eux aussi, avec quelques jours de décalage, à rempiler pour une année scolaire. Comme à l'accoutumée, les médias se focalisent sur les conditions de rentrée dans les collèges et lycées, avec leur cohortes de problèmes de dernière minute (classes surchargées, refus de certains élèves faute de place, emplois du temps sauvages,?). Il ne faudrait pas occulter pour autant la scolarisation des petits Français du bout du monde que sont les élèves des Antilles, de la Guyane et de la Réunion.
Après avoir exercé pendant cinq ans le métier de professeur de français dans les établissements difficiles de la banlieue parisienne, c'est sous le ciel pluvieux de Guadeloupe ?où c'est actuellement la saison des pluies et des cyclones ? que je m"apprête à enseigner la langue de Molière. Ici, pas de problème de tchador ni d'intégrisme religieux qui pèserait sur la laïcité. Par contre, une extrême disparité sociale que certaines mesures, comme le port obligatoire de la même tenue vestimentaire pour tous, ne saurait effacer. Beaucoup d'élèves vivent dans une grande précarité (faut-il rappeler que le coût de la vie est supérieur à celui de Paris ?) et notamment ceux issus de l'immigration comme les Haïtiens, les Cubains et les Dominicains, pour ne citer qu'eux. Globalement, les enseignants des Dom-Tom ont les mêmes défis à relever que ceux restés en métropole auxquels s'en ajoutent d'autres, plus spécifiques. Citons pêle-mêle la climatisation des salles de classe (encore trop rare), le transport des élèves (aléatoire) ou bien encore la cantine scolaire (souvent inexistante). Les élus et responsables locaux font pourtant ce qu'ils peuvent avec ce qu'ils ont. L' ambition « d'exporter » le système éducatif français sous les cocotiers est louable, à condition d'y mettre les moyens, financiers comme humains?
veronique_bouzou@yahoo.fr  Confessions d'une jeune prof (éditions Bartillat)

Partager cette page

Repost 0

Pages

Catégories