Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

/ / /

Notes prises lors de la conférence de M.MIAILLE professeur à l'Université de Montpellier dans le cadre du cycle 2010 de l'UTT: "Sociologie de la culture":

la Société baroque, société de transition - Mercredi 28 Avril 2010 - 14h30 

D'abord la définition de l'adjectif "baroque" pour rappeler que le terme vient du portugais "barroco" qui désignait une perle au contour irrégulier ,et au delà tout ce qui est étrange, bizarre, non conforme, toute chose curieuse et mal maîtrisée.

A ne pas confondre avec "rococo" qui désigne ce qui est contourné par des plis et replis.

La valeur est  toujours péjorative lorsqu'elle est appliquée à une personne.

La deuxième acception désigne une manière de vivre  dans une société aujourd'hui disparue.

Celle du XVIIè au sens large mais dès 1580 (avec Henri IV) et jusqu'en 1750 (donc au milieu du XVIIIè)

On condidère qu'il y a le 1er baroque de 1580 à 1680 et le second baroque de 1680 à 1740.

La France elle, n'a connu que l'âge classique et jamais le baroque à tel point qu'on désigne la musique classique, l'architecture classique ou la peinture classique entre le XVIIè et le XIXè siècle en France.

En revanche, on parle du baroque pour l'Italie, l'Espagne, le Portugal, le Mexique, le Brésil et l'Allemagne du Sud.

Une anecdote significative à cet égard: lorsque l'on décida de refaire la façade du Louvre, Louis XIV reçu de Gian Lorenzo Bernini une proposition baroque avec une façade en forme de vague... puis une statue équestre de Louis XIV pour Versailles jugée trop baroque pour l'époque et reléguée au fond du parc près de la pièce d'eau des Suisses.

A Paris dans la Cour carrée du louvre on peut voir une statue de Louis XIV d'après le Bernin près de la Grande Pyramide.

Comment nous convaincre que nous avons bien été nous aussi baroques au même titre que toute l'Europe ?

I - la société baroque est une société en crise, comme celle d'aujourd'hui. 

A n pas confondre avec la crise romantique du XIXè avec ses élans et enthousiasmes.Le romantisme s'esquisse par la revendication des poètes du « je » et du « moi », qui veulent faire connaître leurs expériences personnelles et faire cesser cet aspect fictif attribué aux poèmes et aux romans. Le romantisme se caractérise par une volonté d'explorer toutes les possibilités de l'art afin d'exprimer les extases et les tourments du cœur et de l'âme : il est ainsi une réaction du sentiment contre la raison, exaltant le mystère et le fantastique et cherchant l'évasion et le ravissement dans le rêve, le morbide et le sublime, l'exotisme et le passé. Idéal ou cauchemar d'une sensibilité passionnée et mélancolique, ses valeurs esthétiques et morales, ses idées et thématiques nouvelles ne tardèrent pas à influencer d'autres domaines, en particulier la peinture et la musique.

Cette crise qui traverse le XVIIè désigne ce qui ne se reproduit plus, la reproduction des gestes, des habitudes ne se produit pas pour se réordonner autrement mais expérimente différemment.

- organisation institutionnelle

- sphère des "représentations"

On doit parler d'une société en crise car on assiste à une transformation d'une structure d'ordre à une structure de classes.

La société d'ordres de type médiéval etait fondée sur la pyramide figée par les Francs (dynastie chevvaleresque) qui ont dominé les Gaulois (roturiers)

On pouvait cependant passer de la roture à la chevalerie et aussi se promouvoir par l'Eglise.

Ce modèle est un triptyque indoeuropéen basé sur ceux qui prient, ceux qui combattent et ceux qui cultivent.

Dans la société de classe qui apparaît on n'est plus enfermé dans un ordre crispé mais dans une système fluide grâce au développement des villes du XVè au XVIIè.

Le meilleur exemple est l'ascension de la famille des Médicis agriculteurs qui ont pu en 4 générations épouser le Roi de France grâce à leur richesse accumulée par leur travail.

Au centre il n'y a plus Dieu mais l'Homme et donc le passage devient possible d'un statut à un autre.

Le monde est renversé et cela génère de l'angoisse face à ces transformations.

Tout s'achète: un office, un mariage, une place militaire. Autrefois on disait "tout est perdu sauf l'honneur", (le tout est perdu for l'honneur, n'est plus une devise française. Propos apocryphe.
Après la défaite de Pavie, François 1er prisonnier écrit à sa mère Louise de Savoie : "de toute chose ne m'est demeuré que l'honneur
et la vie qui m'est sauve".  Ce que la postérité transformera )il fallait "soutenir sa gloire". Exemple le Bourgeois gentilhomme qui pense qu'avec l'argent il pourra acheter les honneurs et les titres.

Les Bourgeois, les nouveaux riches calculent face à des Aristocrates qui déplorent et se lamentent.

"la distinction" c'est la courtoisie, l'art de se distinguer, de se mettre en valeur. D'où les conflits de classe et l'apparition de fables racistes sur les uns ou les autres.

II - Nouvelle organisation politique vers une concentration et une extrême centralisation du pouvoir.

Ce n'est plus la protection d'homme à homme (homme lige) d'un Guillaume de Montpellier envers le Comte de Toulouse lequel rend hommage au Roi de France.

Le Suzerain et son vassal jusque là se promettaient loyauté et devoir d'host à savoir 41 jours d'obligations militaires.

Henri IV récupère pas à pas don royaume et petit à petit auprès des Comtes de Bretagne, de Bourgogne, de Provence, de Toulouse (Rappel de la rivalité des Rois Maudits) et des prétentions de féodaux avides de pouvoir et de conquêtes.

Le Roi doit agrandir son pré carré les armes à la main comme les Chevaliers alors que les Bourgeois achètent leur territoire (Louis XIV  achète bien Dunkerque)

Du XVè au XVIIè la stratégie militaire des Capétiens est doublée par une statégie matrimoniale (Ex: le rattachement de la Bretagne à la France par le mariage d'Anne de Bretagne avec Louis XII puis Charles VIII jusqu'à l'annexion par François Ier.

Jusqu'en 1789, on parle encore de "Royaume de France et de Navarre"

Autre exemple, Saint louis (Louis IX) a imposé le mariage du Comte Raymond VI de Toulouse à Eleonore la fille de Pierre d'Aragon. Montpellier était aragonais et a été vendu à la France.

La "RES-PUBLICA" la chose publique

Le mot "gouvernement" est un mot écclésiatique réservé à ceux qui gouvernent leur diocèses ou leur épiscopat comme on gouverne un navire pour amener les brebis à bon port c'est à dire vers Dieu. Le gouvernement des âmes, la direction morale, religieuse qu'on donne aux âmes.

Seul Dieu est juge et est représenté de face alors que les Rois étaient en effigie de profil. Désormais on représente les Rois de face dans leurs atours et leurs costumes.

III - Les représentations de la société en crise c'est à dire la manière dont les hommes se représentent  au XVIIè

1- Crise de la vérité qui permettait jusque là de se justifier et de justifier l'ordre établi de l'église et de la royauté. 

a) la réforme protestatnte met la France face à sa réalité catholique (fin de la lithurgie , des clercs, fin des apparences et retour à la conscience individuelle augustinienne sans intermédiaire.) les vieux réflexes catholiques de la papauté vont chercher à rouer les pasteurs et à brûler leurs écrits et leurs temples.Erreur fatale des dominants (1561 - Colloque de Poissy de Catherine de Médicis qui aurait pu déboucher sur une église gallicane en France opposée à l'Eglise de Rome) 

Louis XIV parle des protestants dans ses Mémoires il a 22 ans (1638-1660)

"Les réformateurs disaient vrai"sur la Divinité et le mariage des prêtres....

b) le jansénisme est la bête noire de Louis XIV car ils portent en eux l'esprit de liberté et de la responsabilité personnelle.

c) la vérité scientifique et la lumière naturelle de la raison vient combattre la nature divine (Richelieu en 1636 et Descartes "Chaque homme est raisonnable"

La raison d'Etat s'oppose désormais à la raison de l'individu.

d) Crise de l'éthique, du vivre ensemble.

Comment continuer à faire des élites guerrières basées sur la violence et la rustrerie des hommes chevaliers.

Baltasar Gracian Imagen_Gracian_photoshop.jpg(Jésuite espagnol) pose dans "l'Homme de Cour "la question d'abandonner les armes pour des armes sociales, du langage de cour,l'art de la conversation et  du savoir vivre en bref, l'étiquette royale avec ses carrosses, ses fauteuils, ses tabourets et ses  espaces réservés, le peuple lui reste debout ou à genoux.

cf. Saint Simon  qui analyse les usages de cour et les transgressions de certains.

La Cour est une école de la dissimulation "Celui qui montre son jeu risque de perdre" 

cf. Le Bréviaire de Mazarin qui préconise la simulation, la dissimulation, dire du bien de tout et prévoir avant d'agir.Mazarin.jpg

 

 

 

 

 

 

Pour ce qui est des préceptes de gouvernement, on peut faire confiance à l'homme qui, sachant gagner les bonnes grâces des puissants, a su éliminer ses ennemis, accéder à la première place et la conserver, pendant deux règnes, jusqu'à sa mort. On trouvera donc en ce Bréviaire - suite de maximes et de prescriptions qui jalonnent l'action de l'homme public - une " leçon pragmatique " qui peut, aujourd'hui encore, constituer le vade-mecum de tout homme de pouvoir. " Vous y trouverez, écrit Umberto Eco, plein de gens que vous connaissez pour les avoir vus à la télé ou rencontrés en entreprise. " Contrairement à Machiavel, Mazarin n'est pas un théoricien. Lui importe avant tout l'efficacité. Il ne s'encombre ni de morale, ni, il faut bien le dire, d'équité. " Nous avons là, poursuit Umberto Eco, un modèle de stratégie "démocratique"- à l'âge de l'absolutisme ! Mazarin nous donne une splendide image de l'obtention du pouvoir grâce à la pure et simple manipulation du consensus. "

 

 

 

Les citations de Baltazar Gracian y Morales in l'Homme de Cour (Mille et une Nuits)

«Il y a des gens qui n'ont que la façade... L'entrée sent le palais, et le logement la cabane.»
 

«Il y a deux choses qui abrègent la vie : la folie et la méchanceté.»

«D'être mécontent de soi-même, c'est faiblesse ; d'être content, c'est folie.»

«Vis aujourd'hui avec tes amis comme avec ceux qui peuvent être demain tes pires ennemis.»

«Les jours de réjouissance sont les jours de faveur, parce que la joie du dedans rejaillit au-dehors.»

«Le sage tire plus de profit de ses ennemis que le fou n'en tire de ses amis.»

«C'est faire en homme sage de ne parler jamais en superlatifs, car cette manière de parler blesse toujours, ou la vérité, ou la prudence.»

«On ne doit point abuser de ses amis, ni rien exiger d'eux au-delà de ce qu'ils accordent volontiers.»

«Dissimuler est le principal moyen de gouverner.»Gracian.jpg

«Les passions sont les humeurs élémentaires de l'esprit.»

«Le sage sait que le nord de la prudence consiste à se conformer au temps.»

«Ceux qui parlent sont payés de l'applaudissement qu'on donne à ce qu'ils disent ; et ceux qui écoutent, du profit qu'ils en reçoivent.»

«Très souvent, le mal vient du remède même. Ce n'est donc pas la pire règle de la vie que de laisser aller les choses.»

«Le mépris est la forme la plus subtile de la vengeance.»

«Une partie du monde se moque de l'autre, et l'une et l'autre rient de leur folie commune.»

Partager cette page

Repost 0

Pages

Catégories