Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

/ / /

La modernisation contre la modernité

par Bernard STIEGLER Bernard-Stiegler.jpg
AGORA des Savoirs de Montpellier .

Séance de clôture  du 16 juin 2010.


Allocution de Michaêl Delafosse  adjoint à la Culture Remerciements à Régis Penalva (animateur de séance) , Jean Marie Sevestre (Dir de Sauramps), JM Servan (Direct de Montpellier Plus)
Maison des Sciences de l'Homme qui filme les séances et retransmet grâce au réseau Pégase
Divergence FM retransmet en direct
Mes NOTES personnelles:
On assiste à une situation nouvelle avec le XIIIè siècle qui voit l'avènement de la modernité basée sur la raison. 
Au XXIè siècle on assiste à une crise de la modernité qui était engagée depuis 5 siècles selon un processus basé sur un projet social, idéologique, religieux et politique.
Aujourd'hui, la modernisation est devenue un processus aveugle, ce que certains appellent "la réaction en chaîne" (Tchernobyl,marée noire BP dans le Golfe du Mexique,les pollutions, le réchauffement du climat..)

Les mutations autodestructrices engendrent des régressions sociales, communautaires, anti modernes. . le "passage aux limites" développé par "arsindustrialis" montre que le système doit se détruire lui même pour continuer à exister.
Cela ne peut pas durer !
Il faut élaborer une autre ou une nouvelle modernité sur un projet planétaire. Ulrich Beck avait déjà écrit en 1985 "la société du risque".
Les penseurs britanniques de la 3ème voie ont conclu à un blocage du système actuel.
 On assiste à un processus d'hyperdésajustement ou de réajustement.
 Sans confiance, il n'y a pas d'évolution ni d'action possible mais seulement des réactions, des crispations, des régressions.
 Bertrand Gilles a dit : "la modernité est créée par l'Etat moderne lequel sert à réguler" selon le modèle napoléonien à l'origine de l'ecole des Ponts et Chaussées, de l'Ecole Normale Supérieure à l'instigation du projet éducatif de  Condorcet.
C'est donc la fin des systèmes sociaux, politqiues, juridiques, de parenté, technologiques, humains, atmosphériques, géologiques, , géographiques, biologiques et même psychiques.
Maiscela avait déjà  été prédit par Margaret Thatcher en 1979 : pas d'alternative à la faillite de l'Etat et Londres doit devenir la capitale de la finance privée.
Ronald Reagan aux USA avait lui aussi conclu en 1980 que l'Etat était le problème.
Le credo était qu'il fallait laisser jouer le marché à plein grâce à une modernisation sans puissance publique mais basée sur le marketing (61% des achats sont prescrits par les enfants et grâce à leurs pulsions consuméristes.)
La libération des radios et des télévisions vont liquider le projet moderne de l'Etat.
Jean François Lyotard en 1979 annnonçait "la fin des grands récits" et annonçait la post-modernité.Jean-Francois_Lyotard.jpg
En 1920, Walter Benjamin l'avait déjà pointé: "les psycho-pouvoirs ou psycho-technologies (Médias et pharmakon)  se substituent à l'Etat.
Il est assez cocasse de voir que le concept de l'hégémonie culturelle" élaboré par Antonio Gramsci en Italie pour dénoncer  Mussolini et l'hégémonie fasciste, s'applique aujourd'hui aux médias italiens et aux penseurs et philosophes qui inspirent le système Berlusconi .
Le système financier est usurier de l'Etat alors que jusque là les Etats étaient souverains car ils avaient le privilège de battre monnaie depuis la Lydie en grèce.
 L'enjeu véritable repose sur les "externalités négatives" qui ruinent les Etats (cf la situation actuelle en Grèce )
Alan Greenspan qui a dirigé pendant 15 ans la Réserve fédérale américaine  ne comprenait rien aux  finances et Bernard Madoff lui dirigeait le NASDAQ !
Les machines d'aujourd'hui gèrent des situations à la nano seconde et sont donc ultra court-termistes alors qu'il faudrait gérer dans l'ultra long terme !
Comment mettre en place des mécanismes ou processus à long terme ?
La Modernisation fut un processus enclenché par une bourgeoisie du XIIIè siècle: avec l'invention de l'horloge et un système technique dynamique qui va entrer en conflit avec les systèmes sociaux au XIXè avec l'industrialisation (machine à vapeur, réseau ferré, métropolisation urbaine)
Jusqu'au XVIIIè siècle le monde ne changeait pas: on vivait 40 ans en moyenne dans un paysage stable , sans conscience historique.
Au XIXème le progrès de droite comme de gauche accompagne le projet napoléonien qui adapte les structures, les compétences.
Ce processus du changement est typique de l'homme moderne qui cherche toujours à anticiper.
Les philosophes de Lumières avec Diderot, suivis par Kant et Franklin amorcent un débat critique par une élévation du niveau intellectuel et ce, par l'Education (cf.le projet de Condorcet et celui de Kant)
Ce dynamisme rassemble et s'était déjà mis en place avec la première bourgeoisie du XIIIè siècle et surtout avec l'économie de la Renaissance (Imprimerie accompagne le développement du capitalisme et la réforme - Lire Max Weber)
Le processus d'individuation psychique se transforme avec la société et la technique.On a hélas saucissonné les sciences et cloisonné comme le fait remarquer Gilbert Simon en notant que le spirituel est très lié à l'ecrit: voyez le Chaman, le Griot, le Prêtre Roi (basileus dans la Grèce, antique ou le Pharaon en Egypte)
L'accélération de la modernité ("aufkarer" pour les philosophes allemands) est portée au XVIIIè par des citoyens critiques car éduqués.
Descartes fonde la philosophie moderne en opposant sujet et objet.
Husserl développe la conscience objective de la nature.
Mais la technique dépasse la conscience. Derrida, Deleuze et Lyotard remettent en cause "la théorie et pratique" de Kant. Pour eux,"la technique est constitutive du sujet" alors que pour Descartes, "le sujet est constitutif de la technique".
  N'oublions pas que Husserl a été traduit et préfacé par Derrida pour son "origine de la géométrie". sans écriture il ne peut pas y avoir de philosophie. cette thèse a été confirmée par JP Vernant.
  La critique des processus de modernisation a été entreprise par l'Ecole de Francfort dans "la Dialectique de la raison" et Theodore Adorno.
La technique n'est ni une fin ni un moyen mais un milieu qui nous dépasse comme la mer...le projet moderne est dépassé en tant que philosophie et en tant que projet politque d'Etat nation moderne mais doit ressurgir dans l'émotion, l'affectif, le désir, le coeur, la raison c'est la sublimation des désirs.
N'oublions pas que pour Aristote dans son "Traité de l'Ame" il développe ce qu'est le rapport d'émotion c'est le logos ému par le beau et le vrai. FREUD a visé juste en plaçant l'insconscient au centre de tout avec sa théorie du "surmoi" et du "ça" et LACAN avec le signifiant verbal.
Il n'y a hélas pas de prise en compte de la technique par la psychanalyse.
Donald Winnicott (GB) donne l'exemple du doudou de l'enfant qui est un objet transitionnel  entre le sein de la mère et l'objet désiré et donc qui  n'existe pas et pourtant est sacré et a des pouvoirs secrets car il sert à extérioriser ses désirs même pervers.
Il n'y a pas d'alternative à la liquidation de l'Etat et seul le marché doit faire la loi etle Citoyen homme désir pour acquérir le "kléos" (la célébrité, pas celle immédiate d'Andy Warhol:"a l'avenir chacun aura son quart d'heure de célébrité")
 "La seule reconnaissance est celle du regard de l'autre"
 "Le désir du désir de l'autre" est ce qui nous meut.
 Mais détourner le désir de l'autre par un désir de marchandise aboutit au "grand désenchantement du monde" selon la formule de Marcel Gauchet (1979) Max Weber Weber.jpgavait lui montré que le capitalisme naît avec le protestantisme. Luther était avant tout un moine dégoûté par la paputé et qui voulait remédiatiser  la parole du Christ grâce à l'imprimerie: chacun pouvait enfin lire ses paroles à la source et sans intermédiaire.
On peut ainsi dire que le protestantisme est un méliorisme;
Souvenons nous du sermon de Benjamin Francklin "Time is Money" et que dire de la devise qui orne le Dollar américain: "In God we trust" En Dieu nous faisons confiance et nonpas en Dieu nouis croyons qui se dirait In God we believe. Sans oublier son verso : " others pay cash" les autres paient comptant.
Max Weber qui a traité de ce désenchantement du monde  ne faisait que développer le nihilisme de Nietszche qui se traduit par "tout se vaut"
Ce désenchantement trouve toujours un objet de réenchantement relatif:
- l'Humanisme avec la naissance de l'Honnête Homme du XVIIè  
- Le réalisme bourgeois avec l'Art moderne.
- La technicité du XXIè siècle  elle ne débouche sur rien....
Plus d'engagement politique, plus de croyance en la science, et plus de foi en l'art moderne.
LIRE: "Réenchanter le Monde" de Bernard Stiegler ( Association Ars Industrialis")
Plus de bourgeoisie pour cultiver les choses nobles te belles telles que l'art nouveau, et l'art moderne car aujourd'hui nous sommes les champions de la vulgarité, norme qui détruit le désir et fait de nous des objets de pulsions, des bêtes !
Nous assistons à la perte du beau langage, de la politesse, de la psyché, de la raison, de la motivation.
Certes les technologies nouvelles avec leurs réseaux sociaux oeuvres de bénévoles, contributifs, d'abnégation, d'engagement militant peut faire éclore des "motivé(e)s" selon la sympathique mouvance élue au Conseil Municipal de Toulouse.
Face Book est à ce titre à la fois un poison et un remède.
Quelle thérapeutique voulons nous élaborer pour remplacer la Citoyenneté, l'Art Moderne, l'Etat Nation ?
Le néo-libéralisme ne mène nulle part ! Il faut changer les modèles industriels, politiques  et intellectuels doivent coopérer et élaborer une "vulgarité (vulgate) sublimée comme l'a voulu Luther en son temps qui a créé des écoles pour que paysans accèdent à la Bible ! Il a su transformer le plomb en or!

Questions de la salle :

Comment s'extraire du marécage dans lequel nous sommes englués ? Comment le sujet doit se situer par rapport à son objet ?
l'epokê technologique produit de la sublimation et donc de la liberté et de l'autonomie/hétéronomie à la fois.
Il faut réinventer la liberté et la volonté après Platon mais sous condition "pharmacologique" comme à Marmottan avec Claude Olivienstein.
le poison peut devenir un remède selon Foucault. Théorie de l'alcoolisme est une technique de soi et sur soi.
Souvenons nous de l'allégorie d'Aristote : "le poisson ne verra jamais l'eau , nous si".
Il faut respecter l'ordre des questions comme le préconise Descartes:
 La question prioritaire est de désamorcer le marketing qui dicte nos comportements actuels dans des codes occidentaux stéréotypés.
Revenons aux thèses de Jean Claude Guillebaud énoncées dans la séance d'ouverture de l'Agora en Octobre 2009 qui prônait un métissage culturel,  seule issue pour  notre régénération;
Il faut lire Marc CREPON "La politique de la peur" contre le conflit des civilisations annoncées par Samuel Huntington.
La culture c'est ce qui organise le métissage (culturel et/ou linguistique)
Les êtres vivants ont besoin d'absorber les autres corps vivants et l'homme doit se nourrir aussi d'autres espèces et d'autres que lui même.

Le métissage est-il une chance ?

Partager cette page

Repost 0

Pages

Catégories