Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

/ / /

Le rire libérateur de Philippe MURAY  Entretiens entre Fabrice LUCCHINI et Alain FIKIELKRAUT (Répliques - France Culture)
" La doxa est absolument étouffante et se pare des plumes de paon de la rébéllion, de l'indignation, du transgressif,le subversif, on est toujours dans l'insoumission.ils sont ytoujours du côté des pauvres et de la Bourse immonde comme si on était  du côté du CAC 40 avec les couilles remplies d'or, parce que c'ets le Bien et c'est le Mal.je ne les nommes pas, parlons d'autre choses que d'eux..."
 
 "La thèse du Débat c'est l'idée assez nietzchéenne de Muray qui dit qu'il ne faudrait jamais débattre, parce que plus il ya de débat et plus il y a de perte de réel et parce qu'aucun débat ne pourra produire plus que la réalité et au contraire le Débat pârt de l'illusion que c'est une réunion de gens grégaires et en même temps ensemble,qui frottent leur psychisme comme d'autres frottent leurs babouches, pensant que ce frottement va créer une idée de génie !"

 p.163-165: lecture par Fabrice Luchini:
"Il ne faudrait jamais débattre, le débat comme le reste dans notre univers d'intransitivité galopante a perdu son complément d'objet; on débat avant de se demander de quoi, l'importante est de se rassembler, le débat est une manie solitaire que l'on pratique à dix, à cent, un stéréotype solitaire en même temps que grégaire, une façon d'être ensemble, un magma d'entre gloses, qui permet de se consoler sans cesse de ne jamais atteindre seul à rein de magistral; il ne faudrait jamais débattre" (...)
"Et ceux qui font partie du débat se rendent-ils compte qu'ils sont dans un faux débat et quand ils sont dans un faux débat , ont-il droit de sortir en portant plainte pour faux et usage de faux ou ils espèrent que c'est le prochain débat et la succession du mot débat prend une dimension immense, ça devient du Raymond Devos inspiré, c'ets à duire qu'il arrive à ditre que ceux qui font des débats se rendent-ils compte qu'ils sont dans un vrai débat et que ce sera le bon et quand ils sentent qu'ils sont dans le mauvais débat, on-il droit de porter plainte" etc... et là on voit que c'est du très grand Muray"
C'est même mieux que Raymond Devos car cela dit quelque chose du monde réel et de l'intoxication par le débat.
" Les mêmes qui réclament de vrais débats,se félicitent aussi dans le même temps que des choses de plus en plus nombreuses ne fassent plus débat. La multiplication extatique des débats s'appuie sans le savoir sur l'accroissement perpétuel de tout ce qui au fur et à mesure que se multiplient les inventions les plus montrueuses ne fait plus débat.Paris Plage ne fait plus débat, la Nuit Blanche non plus,pas davantage que la gay pride, la techno Parade,et dans d'autres monstruosités qui devraient être des objets de pensée et des objets de risée et alors là je pense à une réalité beaucoup plus actuelle qui nous ramène aux amuseurs, je les laisse de côté rassurez-vous, l'identité nationale.On a voulut faire "débat" sur l'Identité Nationale, Mediapart a publié un texte qui était vraiment une offrande à Muray."Nous ne débattronspas" 45 000 signatures d'intellectuels et de citoyens en colère.L'Identité Nationale ne fait pas débat et là nous sommes au coeur de la pensée de Muray car me semble-t-il,il a mis le doigt sur la grande équivoque démocratique qu'est la démocratie, c'est la mise en forme de la coexistence humaine telle qu'aucune opinion  ne prévalent par nature ou par statut et donc on disute de tout mais d'un autre côté la démocratie c'est une dynamique, un mouvement, c'est l'égalité et "le développelment graduel de l'égalité des conditions" (Toqueville),c'est à la fois une scène et un processus et alors aujourd'hui les cavaliers du processus occupent la scène et donc, ils nous disent ce qui est démocratique et ce qui n'ets pas démocratique et l'Identité nationale n'est pas démocratique, l'hostilité au mariage homosexuel n'est pas démocratique,l'opposition à l'entrée de la Turquie dans l'Union Européenne n'est pas démocratique,et je me souviens, d'un débat si j'ose dire,d'une conversation télévisée entre Edwy Pleynel et Daniel Lindenberg, celui qui a écrit "les Nouveaux Réactionnaires", et Philippe Muray était dans la liste et il lui a répondu dans le débat Modernes contre antimodernes,les "Nouveaux Actionnaires" et il s'étrangle d'indignation car on avoulu créer un débat poli autour de cette question de l'intégration de la Turquie à l'UE au lieu de s'indigner qu'on puisse mettre en cause,cette indignation qui démocratiquement va de soi et ça, Muray l'a vu admirablement et c'est pourquoi il parle de "Démocratie terminale" on va vers l'indifférenciation, le mélange,le métissage, un des grands mots du jour, et Muray pointe l'absurdité ultime de cette obsession du débat dans une société qui est de plus en plus sectaire et de plus en plus dogmatique. 
Lucchini: Ce qui serait intéressant c'ets que des professionnels de l'événementiel lisent Muray, imaginons Martine Aubry ou Bertrand Delanoë face à Muray, d'abord ils n'auraient peut-être pas la richesse,le temps,le nihilisme nécessaire car quand même quand on relit sérieusement Muray, y plus de réel, c'ets la fin du monde, c'est fouttu et c'est pourquoi je le mettais souvent en parallèle avec Cioran parce que pour moi, Cioran est très intéressant car il veut faire mourir en lui tout espoir, à un moment Cioran dit: "je ne suis absolument pas réactionnaire , je suis pour toutes les réformes, tous les systèmes, tout ce que vous voulez,tout ce que vous désirez, il n'empêche, l'Homme n'en a plus pour longtemps".
Et vous savez la grande dialectique entre gauche ou droite qui fait que souvent,dans un parcours comme le mien, j'ai parcouru, Céline, Flaubert,Baudelaire bientôt,que c'est plutôt des penseurs, négatifs, tristes,parce que c'est la réalité, que la bonne, bienveillante pensée, les bons sentiments ne produisent jamais de grande littérature,c'ets un lieu commun mais c'est très important de le dire.mais ce quikm'intéresserait c'est qu'à ce spectacle là sur muray viennent des gens comme Delanoë, Jack Lang, Parce qu'il y a tellement d'arguments aristocratiques (pas au sens hiérarchique, pas au sens politique) mais c'ets tellement brillant qu'ils ne pourraient plus agir. Lire Muray, ne peut plus faire de toi un homme politique. Quand j'ai lu au Président de la République dans ma loge la phrase de Paul Valéry: " Que de choses il faut ignorer pour agir", ça aurait pu être un président de gauche ou de droite peu importe, il est évident que des penseurs comme Muray sont des penseurs de la suspicion absolue sur les mythification, un homme politique ne s'occupe que de mytification, la pauvre Martine Aubry il le dit lui même, et si on donne dans toutes les écoles du Muray, du Baudelaire, du Rimbaud et un peu de Nietzche, y aura plus de manifs mais y aura des suicides, donc les créateurs d'événementiels sont bien obligés d'inventer du sens, et le génie de Muray c'est: "un Roman qui n'opère pas une trouée du réel dans la propagande du réel à quoi ça sert ?" Tous les hommes politiques sont obligés de créer de la propagande qu'elle soit marxiste, capitaliste ou libérale et ce qui est merveilleux,dans les grands écrivains c'est qu'ils font une trouée  à l'égard de la "doxa",ils sont à l'opposé de la "doxa"; oui il y en  a qui disent Muray c'est un réac, tu as vu son rapport à la Culture...mais pauvres cons, il aimait l'Art,et même profondément, il détestait le socio-culturel et ce sera le moment de lire ce petit texte sur Malraux". 

Attention à la Médiathèque de Montpellier (Zola) les textes de Philippe Muray, sont consultables sulem sur place au 4è au Patrimoine (trrop subversifs aux yeux des Conservateurs ?)

En revanche Daniel Lindenberg (PS) et son Rappel à  l'ordre des Intellectuels (Seuil)  et Alain Finkielkraut et Philippe Meyer sont encore au 1er étage en libre accès dnc pas encore subversifs !

Partager cette page

Repost 0

Pages

Catégories