Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

23 juin 2007 6 23 /06 /juin /2007 08:36
PlaquetteArbres.jpgNe manquez pas l'émission de ce matin sur France Inter dans Rue des Entrepreneurs, on y parle du tiers Instruit cher à Michel serres, de la carte des Compétences et du management des Seniors. ou bien sûr dans l'Entreprise, mais l'Education Nationale n'est-elle pas la 1ère entreprise de France alors on peut rêver.... !
le capital humain ce n'est pas seulement gérer des congés et des vacances , la gestion comptable des gens, mais la DRH devrait aussi prendre en compte les désirs d'évolution et les perspectives de formation des humains.
 Qui connaît les  capacités de chacun dans un bahut comme les compétences en langue ou en informatique ?  
Les propos de Michel AUTHIER de Trivium SA  sur l'économie des savoirs et des connaissances sont décapants et tellement novateurs. 
Je vous livrerai la transcription de ces entretiens et en attendant vous invite à lire  et à podcaster cette émission. 

samedi 23 juin 2007    La matière grise, un gisement à valoriser

Arbre-des-connaissances.jpg
L'’essentiel est invisible pour les yeux » écrivait Saint Exupéry dans « Le Petit Prince ». Une phrase que l’on peut appliquer au monde de l’entreprise.

De plus en plus, la valeur d’une entreprise ne se lit pas que dans ses comptes. L’essentiel ne figure pas au bilan. Et pourtant cet « or caché » va assurer sa pérennité et sa croissance. C’est son portefeuille de marques, c’est la qualité de ses salariés, leurs connaissances, leur capacité à travailler ensemble. Toute une série d’indicateurs, aux contours encore assez flous, plus difficiles à mesurer que la valeur de l’équipement d’une usine ou des murs d’un immeuble, mais qui sont les avantages compétitifs de demain.

Passer d’une économie industrielle à une économie dite « immatérielle » c’est une autre manière de travailler, une autre manière de mobiliser l’intelligence collective. C’est aussi une autre façon de compter.


invités Michel Authier

Directeur scientifique chez Trivium SA  Trivium
Louise Guerre
 Ex-Présidente du Centre des Jeunes Dirigeants, PDG de Serda SA   Serda
Alexis Karklins Co-fondateur du premier observatoire de l’Immatériel, associé responsable du département Evaluation et modelisation financière chez Ernst & Young    Ernst & Young
Didier Lambert  Président du CIGREF (Club Informatique des Grandes Entreprises Françaises) et Directeur des systèmes d’information d'Essilor    Essilor
Frédéric Soussin Consultant chez Ulysseum    Frédéric Soussin
livres Jean-Pierre Bouchez
Manager les travailleurs du savoir : penser le management du futur
Présentation du concept de travailleur du savoir, suivie de propositions pour le management de ces populations qui s'appuient à la fois sur des auteurs et des chercheurs ayant investi ce domaine et sur des pratiques d'entreprises innovantes. éditeur : Liaisons  parution : 2006
Jean-Pierre Bouchez Les nouveaux travailleurs du savoir : knowledge workers
Panorama de ces catégories de travailleurs (ceux qui, selon l'auteur, manipulent et traitent l'information) et professionnels (qui manipulent ou traitent des concepts et des idées) dont l'activité professionnelle est centrée sur le savoir : caractéristiques, activités, rôles dans l'économie de la connaissance, types d'emploi dans les organisations du savoir, pistes et tendances sur leur avenir. éditeur : Ed. d'Organisation  parution : 2004
Pierre Fayard Le réveil du samouraï : culture et stratégie japonaises dans la société de la connaissance Une analyse de la culture stratégique japonaise à partir du Hagakuré et du Gorin-no-sho. La présentation d'exemples d'entreprises japonaises ainsi que des situations de la vie courante au Japon permettent d'entrer dans une logique stratégique spécifique. éditeur : Dunod  2006
Commissariat général du plan La France dans l'économie du savoir : pour une dynamique collective Etat des lieux en matière d'économie du savoir en France : performances globales et propositions pour les renforcer. Parmi les sujets abordés : l'éducation et la formation, la recherche publique et les politiques de la science et de la technologie, la protection de la propriété intellectuelle, la localisation des firmes, la montée des réseaux, la gestion des connaissances éditeur : Documentation française  2002
Revue Le capital immatériel, première richesse de l’entreprise Service d’experts en transactions chez Ernst & Young  mars 2007 par : Service d’experts en transactions chez Ernst & Young
Lien Rapport Levy-Jouyet (décembre 2006) L’économie de l’immatériel : la croissance de demain
Repost 0
21 juin 2007 4 21 /06 /juin /2007 17:38
Merci encore Mlle Giordano pour cette excellentissime choix musical à l'occasion de "la Fête de  la Musique 2007" ! 
Quelle bonne idée en effet de mettre un terme à ce massacre à la flûte à bec en Sixième et d'inviter à votre micro  des  passionnés  de l'éveil musical:
Jean de Saint Guilhem directeur de la musique, de la danse, du théâtre et des spectacles du Ministère de la culture et de la communication et membre du conseil d’administration de Radio France
Jean-Claude Decalonne initiateur du projet Orchestres à l’école, porte parole de la chambre syndicale de la facture instrumentale

Agathe Bioules administratrice et bras droit du directeur musical et chef de chœur de la Maitrise de Radio France Toni Ramon 

Marc-Olivier Dupin Directeur général de l’orchestre national d’île de France, auteur de "Ecoutez, c’est très simple… pour une autre éducation musicale" ed Tsipka dripka 
Jean-Christophe Sellin prof d’école en Zep, fondateur et directeur de Classisco depuis 99 à Toulouse 

Mais quelle mouche vous a piquée de nous bassiner avec Emilie Simon en tournée en Inde, aux frais de la princesse , (je veux parler des missions artistiques de l'AFAA vers les Alliances françaises) et de ressortir ce titre de Roxy Music alors que nous parlions pendant une heure d'éveil musical des enfants et adolescents.

  • > Emilie Simon : Dame de lotus
  • > Roxy Music : Jealous Guy
  • Une fois encore "la Différence" sur France Inter n'est pas à la hauteur et personne parmi vos invités pour s'en étonner. Un laisser aller règne dans les programmations musicales, aucune coordination ni aucune recherche pertinente dans les illustrations musicales des émissions. Je ne demandais pas la BO des Choristes dont on a su à son heure faire une large promo et un battage sur cette même antenne. mais que venais faire ce "Jealous Guy" chez les écoliers d'Orphée ? Giordano.jpg

  Pour l'émission sur les livres pour enfants ,   quel éclectisme volontaire , on nous a infligé la référence par excellence de la chaîne, je veux parler de :  Kate Bush :" Army dreamers" . Merci qui ?

Repost 0
21 juin 2007 4 21 /06 /juin /2007 17:30

Vers une semi-réhabilitation du beauf 
par Michel Houellebecq dans le Figaro du  6 janvier  2003Michel-Houellebecq.jpg

Dans un article récent du Nouvel Observateur consacré aux souffrances de l'homme de gauche, l'excellent Laurent Joffrin commet à mon sens une erreur lorsqu'il déclare que ma phrase selon laquelle "la religion la plus con, c'est quand même l'islam" me rapprocherait des positions du beauf lambda. En France, pays de forte tradition anti-cléricale, la position du beauf lambda serait plutôt quelque chose comme : " pour moi toutes les religions elles se valent, c'est du pareil au même". Pressé de s'expliquer, il détaillerait sans doute par : "c'est rien que des conneries pour opprimer les gens, pour les empêcher de s'éclater et les pousser à s'entretuer, et pour s'acheter des beaux habits dorés alors que le pauvre populot il crève la dalle". Cette position d'ailleurs, comme toutes celles du beauf, n'est pas sans manifester une certaine ressemblance immédiate.

Le beauf lambda étant difficle à détecter, et donc à interroger, tournons-nous pour confirmation vers quelques beaufs célèbres comme Guy Bedos, Siné (dont je rappellerai ici l'élégance des déclarations concernant Catherine Millet), ou mieux encore Cabu, l'inventeur du terme. Etablissons d'abord leur beaufitude : ils n'appartiennent naturellement pas à la catégorie du beauf lambda, et il semble préférable d'appliquer la catégorie du beauf alpha à des personnalités plus charismatiques, comme Jean-Marie Le Pen ; le terme de beauf beta semblerait assez bien lui convenir, mais je préfèrerai, de manière à mon avis plus précise, les qualifier de beaufs incomplets. Ayant eux-mêmes les aptitudes naturelles du beauf, ils n'ont pas su les faire fructifier (un traumastisme s'est produit; quelque chose les a déviés de leur route), et ils n'ont ainsi pu atteindre la pure sérénité beaufienne ; d'où en eux quelque chose de crispé, de mauvais, qui se traduit par un manque absolu d'humour. Le bouddhiste zen est parfois très drôle, le beauf "charcuterie" également ; Cabu, jamais.

Dénué d'intelligence comme d'humour, le beauf incomplet est, plus encore, dénué de sens moral - rappelons qu'une grande part de l'oeuvre graphique de Cabu a consisté à se moquer des handicapés, et à plaider sournoisement en faveur de leur extermination (son acharnement bestial contre Laissez-les vivre, toujours associé à des images de mongoliens et de paralytiques, dissimulant bien mal un Faites-les mourir sous jacent). Incapable de discerner clairement les religions, il sera encore moins capable de les juger, et de dire, par exemple : telle religion est noble, et excellente ; telle autre est médiocre, et de peu de profit ; une troisième est franchement innacceptable. L'examen des religions sur le plan intellectuel, leur jugement sur le plan moral sont pourtant des tâches qui s'imposent à tout être humain. Plaidant une sorte d'innoncence animale, le beauf ordinaire s'en dispense ; ayant souhaité par son reniement s'élever au-dessus de sa condition, le beauf incomplet oblige au contraire à le considérer avec sévérité, et à conclure qu'il s'est en celà, comme en bien d'autres choses, placé légèrement en dessous du niveau normal de l'humanité.

Repost 0
20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 08:12

Rama Yade, graine de star ? Ramda-Yade.jpg

Femme jeune et noire , la belle Rama Yade 30 ans incarne à elle seule trois minorités, donc trois bonnes raisons dêtre appelée au gouvernement par Fillon et Sarkozy.Pour autant, cette Sénégalaise dorigine ne compte pas jouer les « alibis  »au Quai dOrsay (où elle rejoint trois ministres de gauche), à son poste de secrétaire dEtat aux Droits de lhomme. A vec son aplomb et son franc-parler, elle a d'ailleurs insisté pour obtenir un portefeuille générlaiste plutôt que les banlieues ou la coopération (A frique) quelle juge trop marquées « minorités visibles ».Decue par la gauche

Née à Dakar, fille dun ex-conseiller du président Léopold Senghor et dune mère prof dhistoire et « plutôt socialiste » qui la élevée avec ses soeurs à Colombes (Hauts-de-Seine), Rama Yade fait Sciences-po avant de devenir administratrice au Sénat. Remarquée par les sénateurs, elle est propulsée à la communication de la chaîne Public Sénat, milite pour la diversité. Déçue par la gauche, elle est séduite par Sarkozy,convaincue « quavec lui les choses peuvent bouger ».

En à peine un an, elle adhère à lUMP, en devient secrétaire nationale à la francophonie, et fait un véritable tabac le 14 janvier dernier, lors du meeting dinvestiture du candidat Sarkozy. « Quelques jours auparavant, raconte-t-elle, il m'avait proposé de prononcer un discours à la tribune.

Devant 50 000 personnes ai-je répondu impressionnée ? Peut-être même 80 000, a-t-il tranché tranquillement, un cigare à la main. Alors, je me suis lancée. » Depuis,Rama simpose comme la star montante de la sarkozie…et des médias.

Henri Vernet

Repost 0
19 juin 2007 2 19 /06 /juin /2007 22:44
Politique Café nous a concocté une sélection de clips extraits des Guignols où les meilleurs acteurs du casting politico médiatique sont là pour le meilleur et pour le pire :
http://www.politiquecafe.com/videos/

Une photo montage pour décoder la nouvelle équipe et  mieux savoir qui est qui :

 Gouvernement-Fillon2.jpg

http://monmulhouse.canalblog.com/

Bockel-Yade.jpg
Repost 0
19 juin 2007 2 19 /06 /juin /2007 21:42
«La gloire est le deuil éclatant du bonheur.» [ Madame de Staël ] 
Peut-on appliquer cette phrase comme le faisait une commentateur politique sur France Inter ce matin à la nouvelle Mlle Ségolène Royal après sa séparation d'avec M. François Hollande ? Cela mérite d'être médité et développé. 
Un prochain sujet du bac de français, pourquoi pas ?  royal-hollande.jpg s--gol--ne-et-les---l--phant.jpg
Repost 0
19 juin 2007 2 19 /06 /juin /2007 21:17

 

http://www.dailymotion.com/relevance/searc...mp-mobilisation

http://www.evene.fr/celebre/biographie/rama-yade-zimet-29703.phpramayade.jpg

Après le Yacht et le Jogging, venez découvrir le nouvel artifice de l'UMP, une jeune noire qui parle comme les plus belles cul béni du 16e arrondissements de Paris.

J'ai de plus en plus l'impression que Sarko nous fait un remake de la politique de Bush, on joue tout sur l'apparence et dans le fond, on passe des mesures antisociales : augmentation de la TVA, pas de coup de pouce pour le SMIC, durcissement des peines planchers pour les mineurs, durcissement du regroupement familiale, augmentation des expulsions en charter.

Mais ça passe mieux quand c'est dit dans la bouche d'une jeune noire que quand c'est dit dans la bouche d'un vieux blanc.

J'ai l'impression que Sarko nous colle une Condoliza Rice à la française, il doit avoir peur que ça pète en banlieue.

Autant je peux comprendre le rôle de Rachida Dati qui a un minimum d'expérience et de vécu, autant Rama Yade est un pur produit marketing.

Attention, je trouve ça bien que des personnes issues de l'immigration puissent accéder à des postes importants, mais là ça sent trop l'instrumentalisation.

Ne soyons pas dupe, son parcours est d'ailleurs assez significatifs, elle sort d'une grande école (donc formatage) et elle était avec le non objectif Elkabach, elle est issu du monde des médias.

 On a pas fini de la voir.Ce qui me rends fou, c'est le consensus des médias autours d'elle, rien que le fait qu'elle soit jeune et noire semble la rendre intouchable et ça m'énerve parce que dans le fond, on va en payer les frais du manque de courage politique des opposants.
Lu dans : http://www.gamers.fr/forums/index.php?showtopic=11914&st=40
http://www.politiquecafe.com/actualite/banderille-sarko-the-player/

Repost 0
16 juin 2007 6 16 /06 /juin /2007 19:17
Grr.jpgJe ne supporte plus le laisser aller musical sur France Inter et la paresse des programmateurs  qui nous assènent les derniers cris ou chuchotements du dernier inconnu à moins qu'il ne soit le fils d'un chanteur connu (alors là on s'incline) car sur cette chaîne on aime les "fils et filles de..." 
Ex: après "Arthur H"  voici  "Pierre S" . Cette semaine le dernier flop de Tété "Madeleine bas de laine" débile à longueur de journée entre deux remix anglo-marrons.Voilà maintenant qu'on met en avant le pauvre Benjamin Biolay resté jusque là dans les placards d'Inter pour promouvoir son dernier et très formaté  produit "Dans la merco benz " ,pour faire plaisir à une invitée ou plutôt à un animateur de la chaîne, qui "Adore...!' (sic) 
L'arriviste  bafouilleuse et gaffeuse Colombe Schneck  nous balance un nanard qui mérite de retourner dans l'anonymat : 'Lettre' de Renan Luce. 
Quel attaché(e) de presse peu inspiré aura réussi à nous infliger cette programation ?
Même le patriarche JL.FOULQUIER avait donné dans sa capsule ridicule TTC la bien nommée : "Tous talents confondus" dont on attend encore les talents .
La chanson piège à con n'est pas seulement chez Philippe MEYER ( l'animateur du Dimanche matin dans "La prochaine fois je vous le chanterai")  c'est aussi chez VALLI, écoutez plutôt sur ce Blog (Blog Art.com)
Les éternels abonnés aux plateaux de radio- télé qui viennent faire leur promo .Impossible d'y échapper : c'est Kad MERAD , Elie SEMOUN, Mickael YOUN ou l'odieuse Brigitte FONTAINE
On a échappé pour un bon moment à Laurent BAFFIE ouf....! 
On a récupéré et c'est pire, les potes de Djamel DEBOUZE
Un conseil,  après minuit ça s'arrange et les abonnés aux singeries d'un  CAUET sont partis en boîte . 
Service public ou service privé même combat. Il reste fort heureusement la toile qui permet aux curieux et misanthropes de se faire des îlôts de silence ou de se concocter en podcast de vrais plaisirs solitaires. 
Reste qu'il est difficile de les faire partager.
Un bon site pour argumenter contre cette monotonie bien-pensante ou ethniquement correcte du PAF : ACRIMED (comme acrimonie et médias.) Pour Arrêt sur images c'est trop tard !
Repost 0
16 juin 2007 6 16 /06 /juin /2007 10:13
"Voici que les hommes s'échangent maintenant les mots comme des idoles invisibles, ne s'en forgeant plus qu'une monnaie: nous finirons un jour muets à force de communiquer; nous deviendrons enfin égaux aux animaux, car les animaux n'ont jamais parlé mais toujours communiqué très très bien." (p.13) 
Valère Novarina, Devant la parole, éd. POL
Repost 0
2 juin 2007 6 02 /06 /juin /2007 14:38
Le nombre d'enseignants... qui n'enseignent pas, selon la Cour des comptes 
LExpansion.com 11/03/2005 
Dévoilée vendredi par Le Figaro, une étude de la Cour des comptes assure que 97.000 enseignants… n'enseignent pas. En équivalent temps plein, on arrive, selon les magistrats de la rue Cambon, à 32.000 postes, soit près de 5% des effectifs. Remis début février au président de la commission des finances de l'Assemblée nationale, Pierre Méhaignerie, le rapport constitue un véritable réquisitoire contre la gestion de l'Education nationale et détaille les occupations de ces 97.000 personnes : missions ponctuelles, décharges syndicales, surnombre dans les disciplines délaissées comme l'Allemand ou la technologie.                   

Mais surtout, pour l'essentiel, ceux qui sont qualifiés de « remplaçants désœuvrés », c'est à dire des professeurs qui attendent par exemple un congé maladie pour pallier l'absence d'un collègue. 
La Cour des comptes admet que les sureffectifs sont inévitables, mais regrette que 30% de ces remplaçants ne soient « jamais mobilisés ». Cette mauvaise gestion coûte, selon la rue Cambon, 1,5 milliard d'euros par an. 
Le ministère de l'Education nationale n'a pas démenti ces données, mais conteste « la présentation qui en est faite ». Il indique notamment que le chiffre de 32.000 postes « sans classe et sans activité pédagogique » ne tient pas compte de « tous ceux qui travaillent autrement » et enseignent à l'étranger, à distance, qui font de la formation pour adultes ou dans les prisons.
Repost 0

Pages

Catégories