Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 21:51
Comment ne plus être victime par Gérard LOPEZ Editions PUF, 15€ (In Valeurs Mutualistes n+ 263 - Novembre/Décembre 2009).
Ce peut-être un proche, un compagnon, un collègue, un chef de bureau, un voisin.....
Il n'y a pas à proprement parler de profil type chez celles et ceux qui utilisent l'humiliation, la maltraitance, les accusations, la torture morale, le secret, la désinformation, le mensonge, le chantage affectif....pour parvenir  à leurs fins.
Ces persécuteurs, le psychiatre Gérard Lopez les appelle "les vampires", faisant un pertinent rapprochement entre le livre Dracula de Bram Stocker et le vampirisme (les victimes du premier étant vidées de leur sang, celles du second de leur énergie).
Directeur  du centre de psychothérapie de l'Institut de victimologie (association fondatrice du réseau http://www.victimo.fr),il s'emploie à dénoncer les stratégies d'emprise et de domination qu'exercent ces individus qu'il considère comme pervertis au plus haut point ( se prétendant sous des apparences trompeuses et n'ayant ni empathie, ni culpabilité).
Pour aider leurs victimes à éviter d'en devenir une proie, Gérard LOPEZ explique comment reconnaître ces tyrans dans son dernier ouvrage, très accessible. Il décrypte leur psychologie (être vampire serait lié à l'éducation et non à la personnalité) et explique comment les combattre. ce qui n'est pas chose aisée, reconnaît-il. N'empêche Gérard Lopez prône le recours à la loi et à la solidarité ne pas rester seul)
Bref, l'entrée en résistance.

NB: Entrée en résistance oui mais quand la hiérarchie soutient ouvertement les vampires: DRH des Rectorats et Médiateurs de l'Education Nationale complices avec les Syndicats compris...que faire ?
Il reste les Assistantes sociales, les médecins de prévention, les psychothérapeutes mais avant de libérer la victime de telles emprises, que de dégâts et quel gâchis.
Au bénéfice de l'âge j'ai pu sortir de cet engrenage infernal, la retraite étant une sortie de secours providentielle.
Mon histoire en est la preuve, preuve vivante il est vrai...
Et pendant ce temps la, le vampire exerce sa domination et son emprise sur d'autres proies quelque part dans une Cité Scolaire du Maroc, promotion oblige......
Partager cet article
Repost0
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 00:02
Voici la transcription de l'intervention d'Alain Finkielkraut dans Ce soir ou jamais de Taddéi du 20 novembre sur France 3 et qui revient sur l'Affaire Raoult-Ndiaye
"Eric Raoult a commis une bévue, une maladresse ridicule, il a fait comme si les déclarartions litigieuses de Marie n'Diaye avaient été proférées après la réception du Goncourt alors que c'était avant et ensuite il a parlé d'un devoir de réserve qui ne peut absolument pas y avoir pour un écrivain mais cette maladresse inexcusable est un témoignage d'impuissance et non une marque de pouvoir. Le pouvoir idéologique est du côté de ceux qui se sont mobilisés contre lui,et  qui a pris prétexte de cela pour dire : "les écrivains sont menacés"; menacés par quoi ? Il n'y a pas de devoir de réserve, il y a cependant un devoir de justesse. Quand on est écrivain on ne doit ni dire ni faire n'importe quoi. C'est faire n'importe quoi que de fuir la France de Sarkozy dans l'Allemagne de Merkel. C'est ce qu'a fait Marie N'Diaye qui est allée s'établir à Berlin et c'est dire n'importe quoi non pas de crtiquer le gouvernement de Nicolas Sarkozy, bien sûr mais de dire que cette France est "monstrueuse", parce que si cette France est "monstrueuse", et nous célébrons les 20 ans de la Chute du Mur de Berlin alors qu'était l'Allemagne de la Stasi,qu'était la Russie Stalinienne et même post stalinienne ,qu'est-ce que la Chine aujourd'hui, qu'est-ce que l'Iran d'Armani Nedjad ?
Il ne peut pas utiliser ce langage et dire que "la France est monstrueuse" parce qu'il se produit des expulsions  sans doute criticables et qui rappellent les rafles des années noires, alors c'est transformer subrepticement, implicitement tous les pays non occidentaux en une espèce de gigantesque Auschwitz, ce n'est pas  tout à fait cohérent de la part de ceux qui se réclament de la décolonisation et de ses succès, voilà pourquoi je ne prendrai certainement pas le parti d'Eric Raoult et je suis très mal à l'aise devant cette représentation là du métier d'intellectuel et d'écrivain parce que vraiment je ne m'y reconnais pas".
Je ne retire aucune ligne de son intervention mais relève l'attitude des autres invités scientifiques sur le plateau venus parler de la Gripe A et qui semblent profondément s'ennuyer...le professeur au Collège de France levant même les yeux au ciel.Mais ce ne sont peut-être pas des intellectuels ni des écrivains ! 
Partager cet article
Repost0
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 19:18

 

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 20:46
l'Université de tous les Savoirs de Montpellier - La leçon inaugurale du 4 novembre-
 Écrivain, journaliste, lauréat du prestigieux prix de Londres (1972), Jean-Claude Guillebaud tient une chronique hebdomadaire sur la vie des médias dans le Nouvel Observateur et sur la politique française dans La Vie catholique.
Pour cette première rencontre de l'Agora, l'essayiste a présenté  le fruit de ses réflexions sur le monde tel qu'il est et tel qu'il va. Il posera certainement aussi la question de la croyance (religieuse, politique) qui peut tout aussi bien renforcer les esprits et leur permettre de grandir, de s'épanouir et s'ouvrir à l'autre ou alors dangereusement les affaiblir et les pousser jusqu'aux actes terroristes les plus extrémistes. Avis à tous : soyez sur le qui-vive car Jean-Claude Guillebaud, lui qui est aussi le parrain de "reporters d'espoirs", partage ici ses réflexions avec bienveillance, sagesse et toute la passion qui l'anime.
Voici les notes que j'ai prises lors de cette soirée

Introduction :

Aujourd’hui les discours sont réductionnistes du fait du corporatisme universitaire qui vous assigne dans une discipline et engendre des savoirs de plus en plus brisés et éclatés.

Comme disait le dicton populaire : « Chacun voit midi à sa porte »

Et donc le quidam  se retrouve face à un autre dicton populaire «  A quel saint se vouer ? »

Mark Twain avait déjà écrit en son temps : « Quand on a la tête en forme de marteau, on a tendance à voir les problèmes en forme de clou. »

Il nous faut donc aller braconner sur les territoires des Savoirs.

Dans le titre du Colloque : « Quel monde préparons-nous ? » il y a une idée volontariste face aux discours d’impuissance qui ont dominé depuis un siècle.  Souvenons-nous de Margaret Thatcher qui disait « There is no alternative » au point qu’on la désignait sous l’acronyme de T.I.N.A.

Les généticiens eux-mêmes parlent de course folle comme si on ne parvenait plus à maîtriser l’avenir.

Il en va de même on l’a vu récemment en économie où la reprise du contrôle de la situation mondiale depuis la crise du système monétaire qui s’est emballé, a eu beaucoup de mal à se mettre en place.

Jacques Ellul (Bordeaux) dans les années 50 parlait déjà en visionnaire de « processus sans sujet »

Que dire des Médias aujourd’hui embarqués dans un crétinisme médiatique à la merci des technocrates mondialistes.

« La politique c’est le goût de l’avenir » disait Max Weber.

Quels sont les traditionnelles menaces sur la démocratie : les dictatures, les totalitarismes, les intégrismes en tous genres. Mais aujourd’hui les menaces sont plus insidieuses avec un « à quoi bon » ou une mélancolie ambiante où le citoyen est consommateur l’après midi et téléspectateur le soir.

 

Quelle sont les cinq grandes mutations du monde actuel ?

 

Il faut conjurer le pire pour faire advenir le meilleur c’est ce que j’ai fait dans mes 7 livres pendant 15 ans.

La fin de l’Empire Romain après 1000 ans de cohésion et d’hégémonie du droit et du militaire a laissé place à la chrétienté féodale plus riche, plus artistique (on a enfin réhabilité ce « Moyen » Age  qu’on aurait du appeler plus justement Chrétienté médiévale).

Le philosophe allemand Karl Jaspers a parlé fort justement de « basculement axial » et Michel Serres dans « Homines-cence » va plus loin puisqu’il pose que la révolution actuelle que nous vivons est semblable à celle du néolithique qui a vu les nomades se sédentariser, les chasseurs devenir éleveurs et les cueilleurs devenir agriculteurs.

La Mutation d’aujourd’hui engendre la frayeur et en même temps la nostalgie de ce qui s’en va, la perte du vieux monde et de ses valeurs. Le Nouveau monde est plus difficile à appréhender car c’est une nébuleuse. 

Gandhi présentait cette image : « Un arbre qui tombe fait beaucoup de bruit, mais une forêt qui germe ne s’entend pas »  

 

 

Donc quelles ont ces cinq grandes mutations ?

La mutation économique : Il y a d’abord la mutation heureuse vantée benoitement par un Alain Minc et puis il ya la mondialisation catastrophe  ‘d’Attac ou du Monde Diplo relayé par un Daniel Mermet )

La mondialisation est à la fois destructrice et constructrice.

On assiste en effet à une déconnexion entre la démocratie et l’économie. Le marché est sorti du coral et cavalcade à travers le monde en se riant des prétentions exigeantes de la démocratie.   

Le marché est un cheval fou et nous sommes comme ces cavaliers qui tentent de le dompter pour lui passer le licol.

L’économiste Jean Paul  Fitoussi parle de « l’idéologie du monde » dans laquelle on entend des assertions démagogiques et fausses telles que :

le marché est rationnel et plus intelligent que la démocratie (Un exemple :saviez-vous que  la Bourse de Tokyo est uniquement guidée par l’horoscope chinois ! )

L’économie est une science  mathématisée qui décide à notre place.  

Le décentrement du monde est porteur de menaces :

Jusqu’à présent l’Occident a été le centre du monde et ce jusqu’au XXè sicècle. L’Europe a été très en retard jusqu’à la fin du XVIè siècle par rapport aux autres civilisations arabes, chinoises ou indiennes. Nous avions presque 8 siècles de retard sur les découvertes de l’Orient et du Monde arabe. Prenons des exemples : les Astronomes indiens avaient découvert8 siècles avant l’Europe ce que Galilée allait proclamer sur la rotation de la terre en en payant le prix. 

 Alors comment l’Europe a-t-elle rattrapé son retard ? Cela reste un mystère à élucider.

La Culture européenne  a fait une échappée par la conquête et la colonisation vers l’hégémonie militaire, économique, technologique et enfin culturelle.

Nous étions jusqu’à présent  propriétaire du « brevet de modernité » mais aujourd’hui tout cela est terminé avec la perte de l’hégémonie militaire et économique et technologique. (les fusées, le nucléaire, l’aérospatiale indienne ou chinoise nous ont rattrapés) Reste le cas de l’hégémonie culturelle ?

L’Ere Meiji au Japon dans le XIXè siècle a été fortement influencée par l’Europe.

Nous allons vers une modernité métissée faite de culturalisme, d’échanges et de rencontres partagées. 

En 2008, nous avons célébré le 60è anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme  de 1948 à l’Unesco. Hommage à René Cassin et Eleanor Roosevelt. Mais tout le monde a oublié les articles 25 et 26 d’une brûlante actualité au point de les attribuer à Besancenot ou à l’aile gauche du PS. !

Les étrangers ont raison de nous renvoyer cette Déclaration que nous avons-nous même pervertie à notre seul profit.

Quand Bush déclarait que nous étions dépositaires du Bien alors qu’autour de nous  sont les Barbares et donc qu’il faut s’armer… (Discours sur l’Etat de l’Union de 2002) Il lance l’Axe du mal et la Croisade contre l’Afghanistan et l’Irak.

Nous sommes rentrés dans une nouvelles séquence de décentration du monde qui sera basée selon l’expression d’Edouard Glissant sur la  « Créolisation du monde »

 

  3) L’apparition d’un Sixième continent virtuel :

Le Web la Toile, toute cette galaxie de l’Internet n’est pas encore conceptualisée. Quand tu es sur internet, où es-tu ? (espace)  Quand tu es sur Internet ,Quelle heure est-il ? (temps) ce continent est impensé à ce jour.

Jusqu’à présent les échanges étaient régis selon 3 règles : la vente en échange d’argent ; le troc en échange d’autre chose (objet ou service) ; le Don en échange de ma reconnaissance.

Aujourd’hui l’échange de films, de chansons, de texte sur Internet est un phénomène nouveau et hors des concepts et des règles habituels.

Pas de Droit sur « nulle part » sur un jungle sans règles.

La Presse écrite d’information va disparaître dans ce maelstrom.

3000 volumes numérisés par mois par Google. Que dire des Dissertations Google en copié/collé malgré les logiciels anti piratages.  L’essentiel de la musique produite dans le monde est disponible. Tout cela amène à une refondation du métier d’Enseignant.

N’oublions pas aussi que l’élection de Barak Obama doit beaucoup au rôle puissant d’Internet.

Gordon Moore a établi une Loi sur les capacités des ordinateurs qui seront doublées tous les 18 mois rendant ainsi obsolètes nos équipements actuels.

JP Dupuy a publié un « Rapport sur les Nano technologies » qui montre que les Micro Processeurs verront leur capacité multipliées par 1,5 M. dans 4 ou 5 ans… avec les conséquences dans les applications militaires et dans tous les domaines. La révolution digitale est en marche avec « l’Internet des objets »

Les menaces seront fortes sur l’Education la Médecine, mais aussi les utopies ouvrent des champs insoupçonnés : la totalité du savoir de l’humanité devenu proche et accessible à toute la planète.

 

4 – La Révolution génétique :  (a commencé en 1950 avec la découverte de Creek et Watson sur la structure de l’ADN : le contenu des gènes. Désormais les hommes qui savaient agir sur ka matière peuvent agir sur le vivant et donc la Vie elle-même.

« des chimères » voient le jour ainsi des truites à qui on a greffé des gènes humains !

Les Structures de la parenté sont ébranlées depuis que l’on peut engendrer à partir de5 parents pour un seul fœtus… vente de paillettes de sperme sur Internet ( 200 $ pour un donneur titulaire d’un PHD mais 100 $ sans PHD !)

Vente de gamètes féminines à l’UCLA ‘Los Angeles) par des étudiantes.

Brèche ouverte dans l’éthique même si le Comité National d’Ethique veille.Lire "Sagesse éthique" Article publié le 07 Mai 2009 Source : LE MONDE

Mais hélas, à l’avenir, avec la mondialisation, « le moins disant éthique » aura le marché et ce sera la fin du protectionnisme éthique.

La capacité d’intervention de l’Europe sera limitée.’l’arbre de la connaissance est déjà vendu à Wall Street » Voir le site « Vivagora » qui traite des grands enjeux de l’avenir par Dorothée Benoît Browaes.

5- Le souci du monde : Jacques Ellul en 1954 avait déjà alerté sur la « sensibilité écologique »  Hans Jonas (1979) avait énoncé le « Principe de responsabilité »  les entreprises menacent la planète entière qui est à sauver en urgence.

JP Dupuy a publié un excellent livre « le catastrophisme éclairé » qui met en garde sur les grands déséquilibres mondiaux. Les Indiens, les Chinois, les Africains et les Latino Américains ne vivront jamais comme nous Européens. Pourquoi ? Et c’est David Cohen qui nous apporte la réponse : Si les 600 M de  Chinois consommaient autant d’automobiles qu’en Occident, il n’y aurait plus de réserves  pétrolières qui seraient totalement épuisées. Si les millions d’Indiens consommaient autant de journaux et de papier qu’en Occident il n’y aurait plus de forêts sur terre car elles auraient disparu !

C’est une course de vitesse : nous allons immanquablement nous appauvrir

Mais un appauvrissement relatif de 15% est à prévoir mais souvenons nous que pendant les « 30 Glorieuses » de 1945 à 1975 nous nous sommes enrichis de 400% !

Même le « Siècle d’Or » espagnol n’a pas fait autant de profit au fait de sa gloire quand les galions espagnols rapportaient leurs trésors des Amériques.

Accepter des sacrifices mais dans une société juste et équitable. Or que voyons nous ? Une société où le spectacle des riches est devenue obscène.

La Taxe carbone est une bonne idée mais mal perçue par le grand public. .

Des années sans croissance posent un problème politique :

La croissance est un anesthésiant social qui permet à la démocratie de se maintenir.

Si la Croissance s’arrête, les inégalités vont devenir insoutenables et c’est la voie ouverte à la dislocation de la société (violence, guerres urbaines, fanatismes…)   

« Les sentinelles du désastre » regroupent des anonymes engagés dans des réseaux sociaux et solidaires invisibles des médias et qui pourtant œuvrent au quotidien pour éviter l’éclatement social. .

La vertu des hommes politiques : le slogan « Tous pourris » est excessif et concerne une minorité d’élus. La Démocratie ne peut vivre sans croissance et sans vertu. 

Thomas Masaryk (1850-1937), le premier président de Tchécoslovaquie [1918-1935]et opposant aux Habsbourg avait cette phrase : « Si tu veux résister à une tyrannie, ne vole pas, ne ment pas. »

 

 

Questions du public :

Quelles proportions du métissage ethnique, politique et culturel est-on prêt à accepter ?

Dans une société inégalitaire il faudrait élever des temples à la vertu et des cachots pour le mal.

En novembre 1989, au lendemain de la chute du Mur de Berlin, qui annonçait celle du communisme à l’Est, un ami de l’écrivain Claude Roy eut cette exclamation au téléphone : « C’est une bonne nouvelle, mais qui va faire peur aux riches maintenant ?  

Le défi démographique de 15 Milliards d’êtres humains non abordé. (la démographie inventée par Alfred Sauvy est incertaine et on a vu les erreurs des démographes sur l’analyse des transitions démographiques)

Sylvie Brunel (Action Contre la Faim et démographe, ex Madame Eric Besson) a montré dans "Nourrir le monde, vaincre la faim " (Larousse) que l’Agriculture n’est pas un problème en soi ni un problème de ressources mondiales mais de simple répartition.

Les jeunes d’aujourd’hui n’acceptent plus nos discours mais sont sensibles à des styles de vie conformes à leurs convictions (« total respect ») On influence plus parce qu’on est que parce qu’on dit. « On a l’impression qu’il croit ce qu’il nous dit » disait un lycéen. Il transmet son savoir, il ne récite pas une leçon.

Pour passer le licol à un cheval fou il faut d’abord l’arrêter.

Lire « la barbarie » de Michel Henry aujourd’hui on a des peuples érudits mais non civilisés  et la barbarie n’est pas forcément là) où on l’attend.

A quoi pouvons nous croire ?

Fable brésilienne de Pierre Rabhi (écologiste de l’Ardèche) Le tamanoir et le colibri. Le colibri répond au tamanoir qui se moque de lui quand il dépose une gouttelette d’eau pour éteindre le feu, «  je fais ma part » répond le colibri au tamanoir.

JC Guillebaud a crée une Fondation 2005-2010 « Reporters d’espoir » pour pousser les Médias à sortir du discours catastrophiste et alarmiste en mettant en évidence ce qui marche et fonctionne.

Un journalisme optimiste en quelque sorte décrié au départ par Laurent Joffrin qui trouvait cette initiative boyscout lors de son lancement à l’UNESCO.

Depuis les Pages de Libé sur « les Reporters d’espoir » ont fait grimper les ventes de 14% leur titre : «  le Libé des solutions »… !

 

 

     

 


Partager cet article
Repost0
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 21:56

Communiqué de presse

Séminaire IRSA/CRI, Equipe d'Accueil EA n°3025

Institut de Recherches Sociologiques & Anthropologiques Centre de Recherches sur l’Imaginaire

École Doctorale « Espaces, temps, civilisations et développement » ED n°060

Département de Sociologie Université Paul Valéry-Montpellier III Sous la direction du Pr. Patrick Tacussel

APOCALYPSE

Une conférence mercredi 14 octobre, salle Rabelais, à 19 h

Notre époque attend sa propre apocalypse,

par le Professeur Michel Maffesoli.

Est-ce que nous approchons de la fin des temps, quelle est la véritable nature de la crise économique actuelle, y a-t-il un

sens à nos problèmes environnementaux, quel étrange moteur se met en route pour une culture du XXIème siècle, quelles

valeurs assurent encore aujourd’hui le lien social, pourquoi l’intelligentsia actuelle est-elle coupable de paresse intellectuelle, sont quelques-unes des questions d’importance sur lesquelles se penchera Michel Maffesoli.

Cette conférence, donnée à Montpellier, Apocalypse, vient illustrer la parution du livre du même nom, publié aux éditions

du CNRS en janvier 2009. Michel Maffesoli est membre de l’Institut Universitaire de France et professeur de sociologie à la Sorbonne

(Université Paris Descartes). Il dirige le Centre d’Étude sur l’Actuel et le Quotidien (CEAQ) qu’il a fondé en 1982

avec Georges Balandier et le Centre de Recherche sur l’Imaginaire (CRI) créé en 1966 par Gilbert Durand.

Michel Maffesoli a conduit de nombreuses recherches autour de la question du lien social « néo-tribal » ou communautaire d’un nouveau type. Il est l’héritier des études de la prévalence de l'imaginaire et de la vie quotidienne dans les sociétés contemporaines.

Contact presse 06 23 10 62 21

On peut trouver ici le compte rendu de sa précédente conférence à montpellier en 2007  sur "le réenchantement du monde "
http://www.msh-m.fr/article.php3?id_article=254
Interview de Michel Maffesoli sur Daily motion :
http://www.dailymotion.com/video/x3oqp0_linterview-de-michel-maffesoli-par_politics link
Partager cet article
Repost0
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 15:24
 Coup de gueule «La France brade son réseau culturel à l'étranger»
Alors qu'un rapport sénatorial met en question l'efficacité de l'action culturelle française à l'étranger, on annonce des restrictions budgétaires pour 2009 :
la coupe est pleine par Dominique Wolton *
Rien de va plus au Quai-d'Orsay, dans l'organisation de son réseau culturel à l'étranger, incomparable maillage de centres culturels, d'Alliances françaises, d'instituts français et d'établissements scolaires à travers le monde dont l'action sur le terrain est peu connue tant elle est peu mise en valeur.
Or voici qu'une réforme préparée à la va-vite se profile tandis que l'utilité des centres et des instituts était récemment contestée par un récent rapport sénatorial (du senateur UMP de la Haute-Loire Adrien Gouteyron).
En 2009, les budgets seraient réduits de 13% à 35%, alors que l'Allemagne annonce une augmentation de l'ordre de 7,5% de son budget pour son action culturelle à l'étranger.
Au lieu de réfléchir à une politique européenne, on ferme des centres au coup par coup en Europe, centres qui, avant la chute du mur de Berlin, furent de hauts lieux de repérage de jeunes talents, d'échange et de formation des élites - artistes, archéologues ou scientifiques.
Quant au réseau des 269 lycées français à l'étranger, son financement est ébranlé par la coûteuse promesse du président de la République d'instaurer la gratuité d'inscription pour les étudiants français. Et sans augmentation de subventions à la clé. Décision qui fait craindre une désaffection des étudiants étrangers. Autant de décisions qui révoltent Dominique Wolton, chercheur au CNRS et auteur de «Demain la francophonie».
«A l'heure de la mondialisation, la France doit mener une grande politique offensive. Non plus en termes de puissance, mais d'influence, et cette dernière réside dans sa capacité à agir sur la culture, l'art, la science et la communication. Or c'est au moment où la mondialisation nous rend indirectement hommage et nous permet d avoir un retour sur investissement - c'est-à-dire de valoriser ce que notre réseau culturel à l'étranger a réalisé depuis un siècle - qu'on réduit fortement la voilure ! Alors qu'il ne dispose déjà que d'un tout petit budget, on diminue encore les crédits de ce réseau, on ferme ses centres. Diminuer les crédits du réseau culturel du Quai-d'Orsay, c'est amputer la France de sa capacité d'action mondiale. Les Chinois, les Russes sont en train d'étudier notre modèle pour l'adapter, et c'est à ce moment-là qu'on l'estime dépassé ? Arrêtons ce masochisme ! Des technocrates et des politiques se demandent si on a besoin d'amener Balzac à Berlin, en Haïti, à Hanoi ou à Ouagadougou ? Eh bien oui, non seulement Balzac, mais aussi du cinéma, de la science, des techniques, pour essayer d apprivoiser cette mondialisation sans âme. Alors que faut-il faire ? D'abord valoriser toutes ces femmes et tous ces hommes - plus de 2 000 personnes - qui assurent la présence française à l'étranger et qui possèdent une expérience extraordinaire, totalement négligée. Il faudrait sortir de cette règle de la fonction publique qui veut que personne n'ait le droit de parler en dehors du ministre. Que le ministre ait le monopole de la parole politique, c'est normal. Mais, pour le reste, que cent fleurs s'épanouissent ! Il faut ne rien lâcher de la culture traditionnelle qui a fait le rayonnement de la France : la langue, les sciences sociales, la littérature, les arts, les spectacles vivants. Mais il doit étendre son périmètre aux sciences, à la technique, prendre pied dans les industries culturelles et de la communication, être créateur de cette fameuse diversité culturelle dont nous avons et aurons tant besoin. Il va de soi que les universités et le CNRS devraient être plus impliqués. Il faudra trouver de l'argent et s'ouvrir aux partenariats privés, au mécénat. On n'y perdra pas notre âme ! Autre masochisme : notre pays est le coeur historique de la francophonie, enjeu essentiel car celle-ci est le plus grand laboratoire de la diversité culturelle mondiale, avec l'Europe. Or la France finance près de 80% de la francophonie en restant entravée par une culpabilité coloniale qui ne correspond plus à rien. Nous devons mieux assumer notre rôle et passer à ce que j'appelle la «franco- sphère». Le français doit être non seulement une langue culturelle et politique, mais aussi la langue pour les affaires, les sciences ou les industries de la connaissance. Bref, une langue de la modernité. Pourquoi ne pas crée rait-on pas une «académie de la francophonie» afin de valoriser cette langue dans toute sa diversité ? Dernier point : les multinationales françaises ont besoin de marcher sur deux pieds pour mieux réussir. La puissance économique d'une part, et ce réseau diplomatique, politique, culturel et scientifique, qui est la traduction du souci de dialogue et de la dimension universaliste de la France, d'autre part
(*) Né en 1947, Dominique Wolton est directeur de l'Institut des Sciences de la Communication du CNRS, et de la revue «Hermès». Odile Quirot -
Le Nouvel Observateur - 2301 - 11/12/2008
Partager cet article
Repost0
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 21:04
ARTE bloque complètement l’accès à ses programmes pour des raisons de droits de diffusion. Ses programmes excellents et uniques ne sont pas disponible par cable, satellite ou autre moyen à l’étranger.
Pour une chaine culturelle émanent de pays en mal de « rayonnement culturel », cela semble un peu dommage, non ?
Certains d’entre-nous (francophones, francophiles, Allemands, Français et Européens expatriés) payent encore des taxes qui financent ARTE (redevance tv en France par ex.)
La pétition suivante est destinée à appuyer une demande à la Direction des Programmes d’Arte pour ouvrir l’accès aux internautes résidant à l’étranger à ses programmes :
http://ohfr-redir.com/3089
Signez et faites passer SVP. --
Dan Nicollet Tel. +1 503 616 4007 Cell +1 503 484 5192
Partager cet article
Repost0
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 18:45
Comment fonctionne la Langue de bois chez d'anciens diplomates qui sont si fiers de leurs fonctions passées et     qui ne vous diront rien sur les secrets du dispositif français face aux Espagnols, aux Anglais et aux Allemands.       Une émission où l'on ronronne et où l'animatrice a bien du mal à éclairer ce débat.... Dommage.... !              
Invités:

 
Philippe Etienne.  Directeur de cabinet de Bernard Kouchner

 
Bernard Faivre d'Arcier.  Ancien directeur du Festival d'Avignon
A réalisé une étude comparative de la situation du réseau culturel français à l'étranger (comparaison le Goethe Institut, le British Council et l'Institut Cervantès)

 
Jean-Marie Borzeix.  Ancien directeur de France Culture
Ancien membre au Haut Conseil à la Francophonie
Président du Festival des Francophonies en Limousin

 
Olivier Postel-Vinay.  Rédacteur en chef de la revue Books
Ancien attaché culturel et scientifique au Danemark

Gaza, Kaboul et Erzil , la Chine et la Russie sont les phares de la politiques Kouchner... Merci il était bon de l'affirmer et ce d'entrée de jeu ...
Oui à quoi sert-ce Réseau Culturel à l'étranger ? Bonne question !
- Diplomatie d'influence ou diplomatie globalisante flatter les amis de la France , artistes et intellectuels ?
- Diplomatie culturelle avec une cotutelle avec le Ministère de la Culture et du ministère de la Recherche 
- Encore une Agence pour une plus grande visibilité des actions extérieures...! Après l'AFAA et les gesticulations d'Olivier Poivre d'Arvor, frère de PPDA)  
Autrefois à Avignon 150 Attachés Culturels avaient l'habitude de se retrouver chaque année autour du Festival. Aujourd'hui rien, un marché de la culture à Lille: les directeurs de Centres chrechant des artistes africains à promouvoir en Afrique...métamorphosés en tourneurs amateurs.  
Oublier ce Yalta entre Ministère des Affaires Etrangères et Ministère de la Culture dans des opérations comme l'Année du Brésil, l'Année de l'Inde....Espaces campus France avec le Ministère de la Recherche 
la demande de france continue à s'exprimer: "beaucoup de poudre aux yeux sur place" dit l'animateur...
D'Arcier s'étonne de la schizophrénie de notre Politique affichée et effective: Et de donner eds exemples: Discours officiel sur le rayonnement de la France et fermeture de l'institut Français de Vienne en même temps; Discours exaltants sur la Francophonie de la part de Sarkozy, quelques semaines, les subventions de l'Etat au Festival des Francophonies du Limousin est réduit de 20%.
Postel Vinay ( fils de...) s'essaye à la langue de bois sur le mot "rayonnement" naturel ou non volontariste.Peu clair et ramenant tout à la recherche, est un bien mauvais communiquant.... 
Alors en bref  de quoi parlez vous dit l'animatrice? Qu'est-ce qu'une politique artificielle et volontariste ? 
Sans doute les invités n'étaient pas les bons et passablement englués par leur titre d' "anciens" du même Réseau et donc plus en prise avec les réalités du terrain mais certes, libérés du devoir de réserve.
On aurait aimé au micro de Brice Couturier entendre les vrais acteurs de ce réseau: les Directeurs d'Alliances, de Centres Culturels et Conseillers et Attachés. Mais par le temps qui court chacun est trop lié par le silence et les mutations quand ils ne sont pas accrochés à une carrière et à des promotions....Dans ce Réseau français, ce qu'on oublie de dire et ce qui le différencie avec les autres réseaux européens, c'est:
1- la stagiarisation et la vacatrisation et donc l'action éphémère
2- l'inféodation à la hiérarchie omniprésente ,
3- l'arrogance mainte fois dénoncée par les destinataires de ce réseau dont on n'a jamais parlé: qui sont-ils ces publics potentiels, ces apprenants ?    
Les Missions des Centres Culturels ne sont-elles pas obsolètes et réservées à un petit cénacle d'habitués ?
Retrouver un sens face à un monde qui change..;  
Il faut une redéfinition des métiers de la diplomatie culturelle dit Philippe Etienne : alors allez plus loin et développez les industries culturelles.
Le Bureau export de la musique géré par les majors du Disque qui redéfinit dans ses Bureaux délocalisés des compétences :le résultat est catstrophique et fait la promotion de la chanson non francophone et promeut le hip hop, le rock et le rap mais refuse de colporter le "chanson à texte" ( dans les centres Culturels c'est ringard et tabou ) 
les Alliances Françaises réseau d'apprentissage de la langue bien pâle par rapport au réseau des Cervantes et de leurs plateformes numériques...   
Un Philippe Etienne bien terne et peu rayonnant qui tente de défendre son pré carré et la politque de son Ministre et nous ascène des vérités connues depuis des décennies sur ce dispositif mal adapté. Son leitmotiv: donner plus de lisibilité...Oui certes...  
Mais comment donner plus de lisibilité au Réseau en Chine des 12 Alliances pour 1Milliard d'habitants ?
Revenons sur le "soft power" et sur le débat "Quand la France disparait du Monde"  . A quoi servent tous ces Attachés et Conseillers Culturels ?
Inquiétant verdict du technocrate froid qu'est Philippe Etienne: En ce qui concerne l'Expertise française et les compétences : à part les écoles d'ingénieurs, pour le reste c'est assez aléatoire et nous n'avons rien à proposer...
Notre faible rayonnement naturel est lié à l'insconscient collectif et aux perceptions collectives : les discours de Bush et de Villepin ont plus fait pour l'image de la  France , le réseau lui n'est qu'un élément diplomatique démultiplicateur de nos actions.
Pourquoi le MAE gère-t-il tous ces Centres Culturels ? Oui bonne question ? Pourquoi pas le Ministère de la Culture.
Etienne récuse la formule : Diplomatie au service de la culture et Culture au service de la Diplomatie.
Et langue de bois à nouveau , ces deux versants sont inséparables et le réseau français à l'étranger c'est le MAE ...
Et l'animatrice de conclure : "parmi les vecteurs de la diffusion culturelle, n'oubliez pas France Culture !" 
( Et la pauvre RFI alors .... ! pas un mot sur TV5, sur France 24 )
En bref on reste sur sa faim... mais écoutons plutôt...

http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/grain/?PHPSESSID=1f538290787dcaa7593197f5875337ce
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 18:33
Lu dans le courrier des lecteurs de l'EXPRESS n° 2992 du 6 au 12 novembre 2008 sous la signature de F.Courbin, ce billet qui en dit long sur la gestion des carrières à l'étranger et sur la chasse aux sorcières dans les couloirs de nos Ambassades. Fallait-il aller soulever cet aspect noir de ces pages pas si blanches que cela.... Je me souviens de ces rapports des agents des RG de Foccart dans les années 70 au Niger, les on dit et la rumeur alimentaient déjà les services du Département. Depuis cette époque et la fin de la Coopération,  un simple "Chef de Mission" dans un SCAC  a des pouvoirs exhorbitants sur la vie de chacun de ses sujets selon ce qu'on dit d'eux "en ville" et de la rumeur . rappelons cette phrase: " C'est pas parce qu'une rumeur ne tient pas la route que ça l'empêche de marcher."
Mais écoutons F.Courbin qui a des choses à nous dire sur le sujet :



" Fonctionnaire depuis plus de quarante ans, marié, père de quatre jeunes enfants, j'appartiens depuis 1976 au Ministère des Affaires Etrangères. Voilà quatre ans consultant pour la première fois mon dossier administratif , j' y ai découvert  la présence d'étonnants documents relatifs à ma vie privée. certaines notes anonymes, non datées, sans en-tête, voire affublées de l'estampille "confidentiel", peinaient à établir mon exact profil professionnel: l'une m'assurait raciste en Zambie; l'autre amateur de Noires à Quito. Ailleurs des documents administratifs  confinaient à la caricature: tant par la forme "confidentiel" , sans en tête ni date ni signature , que par le contenu:
" A fait preuve d'une remarquable instabilité sur le plan privé: marié deux fois, il est  en train de divorcer pour la deuxième fois tout en ayant eu parallèlement  trois enfants de deux liaisons différentes..."
De quoi conclure:
" Au vu  de ces éléments, il apparaît  qu'il est en situation de vulnérabilité et qu'il ne présente pas toutes les garanties  requises."
Je demandai que soient retirés et détruits, comme il paraissait naturel, les documents litigieux.
Le Directeur général de l'Administration répondit :
"
les documents  examinés n'ont pas lieu d'être retirés, car ils intéressent votre dossier administratif ."
Mon insistance ne fut traitée que par le mépris. Il y eut aussi des menaces  disciplinaires, la mise au placard  des seniors , et le rejet soudain de toute candidature à l'étranger à l'un des postes diplomatiques ou consulaires conforme à mon statut.   F.Courbin ( Paris)

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 11:20
Mission lointaine pour l'instituteur
peu de temps avant de prendre ma retraite d'instituteur, j'ai entendu parler de l'association Agir abcd, qui envoie des retraités en mission bénévole dans les payx du monde entier pour qu'ils transmettent leur savoir.
J'ai passé toute ma vie professionnelle dans la même région du nord de Nantes. pendant 25 ans, j'ai été directeur d'école, ma femme était institutrice dans le même établissement. Nous étions logés dans les locaux scolaires. j'aspirais au changement et à la découverte. Avec l'accord de mon épouse, je suis parti pour l'Egypte- la fascination de mon enfance, j'ai passé quatre mois dans une école musulmane (Ecole Internationale Oasis) où l'enseignement se fait en français et où les élèves préparent le baccalauréat international. J'ai été émerveillé par la culture des enseignants égyptiens, par la capacité d'apprentissage des enfants qui étudient adns une langue qui n'est pas la leur. Il m'a fallu m'adapter aux méthodes éducatives locales, fondées essentiellement sur le "par coeur" ... J'ai adoré plonger dans la vie égyptienne, me promener au caire, faire mon marché, rencontrer des gens, visiter les sites touristiques, c'était passionnant. je suis très heureux d'avoir vécu cette expérience, même si j'ai traversé des moments difficiles, dus surtout, à la solitude et à la nécessité de se débrouiller seul dans un univers totalement inconnu.
Gille BOYER, Sucé sur Erdre (Loire Atlantique)
Pour en savoir plus: Agir abcd, 8, rue Ambroise Thomas, 75009 PARIS Tél. 0147701890 
http://www.agirabcd.org
Partager cet article
Repost0

Pages