Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

31 janvier 2020 5 31 /01 /janvier /2020 19:04

A l'heure où les états majors de campagne fourbissent leurs programmes et sonnent l'heure des bilans, il est tentant de dresser une cartographie des enjeux pour une ville et pour une métropole surtout si elle est dans le classement de tête des 10 premières de France.

Un bilan d'abord d'un mandat de six ans peut laisser des traces amères ou non pour une équipe qui a mené la Surdouée, voulue par le grand timonier Georges Frêche avec ses qualités de girondin visionnaire et ses défauts d'Imperator romain. Ses successeurs ont tenté de poursuivre le grand oeuvre en matière de bâtisseurs et de communicants mais confrontés au désengagement de l'Etat et au démantèlement de la Région Languedoc Roussillon dont les porte flambeaux à l'international furent les Maisons du Sud de France à l'étranger et les Festival de Radio France Montpellier.

L'héritière directe a poursuivi sans éclat particulier le grand oeuvre et les deux adjoints à la Culture ou à l'Urbanisme se sont relayés et gargarisés de projets qui hélas ont été malmenés au fur et à mesure des nominations cahotiques ( 7 au total pour la Culture durant ce mandat)

Citons pour mémoire un Festival de Radio France Montpellier à la charge de la Région et de  la Métropole malgré le retrait sensible de Radio France et la gestion dénoncée par la Cour des Comptes et la Région abandonnée à un tandem d'électrons libres ingérables et sans aucun controle artistique. Un Orchestre Opéra National qui a eu a subir de plein fouet la crise Scarpitta et l'opposition de fonctionnaires d'état qui faisaient la loi au point que même les meilleurs chefs européeens ne voulaient reprendre le navire. Aujourd'hui on assiste à 2 orchestres nationaux pour une Région hypertrophiée et bicéphale sauf que l'Opéra de Toulouse est géré avec les sponsors et mécènes alors que celui de Montpellier continue une politique de clans et de copinages dont la programmation se fait ressentir chaque jour. L'argent public est dépensé dans des projets DEMOS  pour quartiers populaires, Opéra Junior laboratoire à petit budget pour le recrutement de solistes, enfin des opérations coups de poing en région avec une politique résolument tournée vers les scolaires et les étudiants. La clientèle seniors et Association des Amis de l'Opéra ayant fui des mises en scènes contestables ont soldé leurs abonnements et se tournent vers Nimes, Avignon, Marseille ou Toulouse voire Barcelone. 

Quand les adjoints claquent la porte selon les humeurs de l'édile, on assiste à un repli des opérateurs culturels à qui on laisse totale liberté. Une adjointe placardisée depuis au Belem aux cantines scolaires, annonçait la règle municipale: " Nous ne donnons pas l'impulsion, on vient nous voir et nous appuyons les projets initiés, c'est cela notre rôle." On connaît la suite , le démantèlement de l'Agora des Savoirs, les soubresauts de la Comédie du Livre livrée aux copains, le Festival Cinémed qui a perdu toute originalité et épuisé ses festivaliers: La Méditerranée comme crédo , l'Algérie, la Tunisie, le Maroc, l'Italie enfin au retour du Maire de Palerme avec son homologue.

Oui, la politique est annoncée fièrement lors d'un événement symbolique qu'est l'Accueil des nouveaux arrivants au Corum en grande pompe en septembre chaque année ; les powerpoint défilent à vous donner les tournis , le champagne coule à flot et puis les nouveaux venus de toute l'Europe avec leur vécu, leurs expériences, leur maîtrise des projets , leurs compétences sont jetés en pâture vers les centaines d'Associations lors de la Journée des Assos qui suit. Les Seniors plus chanceux  bénéficieront des cérémonies des voeux et de la traditionnelle galette du CCAS

Et puis, et puis, rien, tout se dissout dans la Communication municipale appuyée par des Bulletins, et relayée par la presse aux ordres: la Gazette et Midi Libre.

Tout ce réseau culturel unique qui a fait la force de cette ville surdouée en effet a vu se succéder au théâtre national des Treize Vents 2 équipes politisées  et des gouvernances aux antipodes qui ont perturbé les spectateurs .Le Domaine d'Ô lui aussi est très inféodé à la volonté du Prince et balance entre le Jazz, le Théâtre, la musique et le "tout se vaut" cher à Philippe Murray. Il faut dire que la DRAC et le réseau actif des Médiathèques sont dans les mêmes mains.

Quand il s'est agit de donner un sens au Musée de la France en Algérie voulu par Frêche au Parc E. Roblès, le Maire d'alors a vu le risque pour son électorat de bas et a voulu un énième Musée Soulages ! Las après Rodez et la collection du Musée Fabre, il a fallu se rabattre sur le mal nommé MOCO dont on a pu juger des 2 expositions orchestrées par le recalé de l'Ecole des Beaux Arts de Paris. Chacun rit sous cape à Paris et attend le prochain événement de portée internationale.

Fort heureusement la Ville possède un tissu riche de galeries d'arts privées comme la Serre ou le Réservoir et des clubs de mécènes parfois éphémères qui n'attendent pas la manne de la plus grande Mairie de France dont la silhouette de kaaba vantée par son créateur Jean Nouvel ,impressionne encore quelques touristes.

Quand j'ai proposé à Mickael Delafosse , alors adjoint à la Culture avant qu'il ne cède sa place à Saurel, je luis ai suggéré de voir grand, pour ressouder cette communauté éclatée et finalement isolée culturellement dans ses Maisons de Quartiers fers de lance de la politique municipale. Nantes a sa "Folle Journée" et ses Machines de l'Ile qui ont parcouru le monde et regroupent chaque année tous les habitants de la ville . Un peu comme les Illuminations de Lyon reprises à Montpellier, ce sont ces manifestations tout comme la série "Un si grand soleil" sur France2 qui donnent une marque et imposent une image plus que des slogans vides. 

Le concept de Festival de Radio France voulu par Frêche et Koering a su à un moment catalyser les énergies et attirer les musiciens et créateurs pour des concerts en plein air Place de l'Europe. Mais au lieu d'offrir la IXè de Beethoven pour cette année 2020 sur la place de l'Europe , on nous rebat les oreilles avec "Beethoven et la Mediterranée" sans que les têtes d'affiche ne suivent et ce,  par frilosité et copinage habituel.

Un vrai travail de mise à plat s'impose donc avec les acteurs du réseau culturel pour envisager l'impossible : faire revenir vers les lieux de culture les montpélliérains , la nouvelle équipe municipale donnant l'impulsion là où elle le juge bon, mais selon des critères à définir . Les 7 adjoints ont pu faire le bilan de leur action écourtée et ont tiré les conclusions de leur action: non reconnaissance par le milieu, audaces non perçues comme telles, dysfonctionnements internes, blocages institutionnels .

Comment a-t-on pu abandonner se secteur culturel , essentiel à la vie d'une métropole à un compagnon de route amateur de flûte traversière ou épouse d'un galeriste local.Le management culturel a aujourdhui ses professionnels tout comme les directeurs artistiques et on peut mesurer de l'ampleur des effets produits sur la production du Châtelet à Paris, de l'Opéra Bastille ou la Philarmonie de Paris à l'aune de ceux qui y ont été nommés.

Une équipe gagnante dans ce domaine est jugée sur des résultats concrets et pas seulement sur la manne  des subventions qui le consacrent ou le nombre des festivaliers massés sur l'esplanade de la Mairie.

Il y a beaucoup a retenir des auteurs et acteurs qui ont écrit sur les politiques culturelles dont on sait qu'elles sont éminemment politiques comme la programmation d'Avignon  ou  d'Aix en Provence. Les Ministres de la Culture eux, passent et laissent ou non leur marque sur une époque. Nul doute que les "Nuits" chères à Christophe Girard dans l'équipe Hidalgo auront marqué Paris mais aussi auront été des caricatures de happening pour des apprentis de la Com à la grande satisfaction de l'homofestivus.

Les réseaux sociaux dans le domaine de la Culture sont essentiels et parfaitement structurés, ils relaient des actions et des événements même confidentiels: quelle place auront la Mairie de demain et la Presse locale et régionale dans cet interface très réactive.Des plateformes culturelles existent en Occitanie et servent à diffuser les initiatives originales qui méritent d'être généralisées.

Montpellier "la surdouée" mériterait de s'inspirer des autres et de sortir de sa béatitude, de son inertie  caractérisée par la rubrique hebdomadaire de ces six derniers mois: "Je représente Ph Saurel, TU représentes Ph.Saurel, Nous représentons Ph Saurel....photos et tweets à l'appui.

"On vit avec un coeur trop plein dans un monde trop vide"    Chateaubriand

Références :

Pratiques culturelles des Français (Ministère de la Culture http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/

https://labo.societenumerique.gouv.fr/2017/07/17/reedition-en-2017-de-lenquete-pratiques-culturelles-des-francais-par-le-ministere-de-la-culture/

https://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Grand-Est/Democratisation-et-industries-culturelles/Action-culturelle-et-territoriale/Culture-et-Politique-de-la-ville

https://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Occitanie

l'Histoire des politiques culturelles des villes :

https://www.persee.fr/doc/xxs_0294-1759_1997_num_53_1_3603

Qu'est-ce qu'une politique culturelle territoriale ? 

http://www.culture-territoires.org/contextualisation/politique-culturelle/definition

Politique culturelle locale: pertinence et réalité sur la transversalité.

http://www.observatoire-culture.net/fichiers/files/rapport_sur_la_transversalite_des_politiques_culturelles_par_4_etudiants_de_l_inet_telecharger.pdf

Etudes de cas : ARRAS

https://www.arras.fr/fr/mes-loisirs/culture/projet-culturel-2016-2020

La Communication culturelle de l'actuelle Mairie de Montpellier

https://www.montpellier.fr/3759-culture.htm

Bilan culturel de la Métropole Montpellier Mediterranée 2020

https://www.montpellier3m.fr/vivre/culture

Formation Master2 en Direction de Projets culturels  à Montpellier3

https://www.univ-montp3.fr/fr/formations/offre-de-formation/master-lmd-XB/arts-lettres-langues-ALL/master-2-direction-de-projets-ou-etablissements-culturels-program-master-2-direction-de-projets-ou-etablissements-culturels-parcours-direction-artistique-de-projets-culturels-europeens.html

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2018 4 18 /01 /janvier /2018 22:30

Il y a dans ces petits moments de vie ramassés entre quatre fauteuils autour d'un café allongé du matin, toute une part de plaisirs minuscules où chacun vient confier qui ses bobos, qui ses ressassements , qui ses attentes et parfois ses bonheurs enfuis... Il y a là,au cœur de ce quartier de Montpellier qui n'intéresse ni les politiques du "Château Nouvel", ni les étudiants en sociologie trop pressés de répondre à leurs tweets ou impatients de surveiller leur page Facebook. Et pourtant dans cette cérémonie du matin qui a ses règles propres que connaissent bien Chérifa et Assia, officie tout un petit monde qui ne raterait pour rien ces rencontres furtives et innocentes.

Il y a ceux qui guettent la presse matutinale de la bayletterie où l'édile local ne manquerait lui non plus pour rien de figurer à la Une dans ses autocélébrations ou effets d'annonces sans surprises. Ceux qui cherchent du regard la voisine et ses chiens dont chacun s'enquiert de la santé et puis il y a  Fanny qui joue le soir le rôle de figurante dans le Genèse de l'argentin Rodrigo Garcia au HtH : (Humain trop d'humain ) pas n'importe lequel puisqu'elle est pour quelques minutes Marie Madeleine , grimée et perruquée pour l'on ne la reconnaisse pas. Il ne manquerait plus que ça que ses voisines de la résidence la découvrent nue sur scène entre deux apôtres lithuaniens et polonais !

Il y a aussi les juifs pieds noirs  qui toisent les voilées de l'Ecole Jaurès, en maugréant et regrettent l'âge d'or où dans le  Casa des années 50 ils ont laissé leurs plus beaux souvenirs. Voilà les handicapés du Lez qui lancent leurs chaise à toute allure sur la place pour attraper le dernier tramway pour Garcia Lorca. Les anonymes enfin qui ont poussé à Paris mais on posé leurs valises à Castries ou Jacou et rejoint les radicaux de gauche  pour faire la nique aux francs maçons frêchistes. Celles qui ne parlent pas et récupèrent leur baguette ou le pain de la veille avant de disparaître vers la passerelle de Caravètes. Toujours à l'heure le retraité jurassien qui emmerde les actifs et veut son pain de seigle à 12h45 à l'heure de pointe quand mon neveu profite lui de sa pause pour s'offrir la formule quotidienne (qui soit dit en passant a augmenté de 1€ en ce début d'année !)

Comment ne pas  oublier la maman des jumeaux que l'hélicoptère a sauvé en les emmenant à la Timone à Marseille et nous a fait des frayeurs, ou cette anonyme qui remplit sans relâche ses petits carnets en marmonnant  tandis que l'autre récupère ses sacs de pain de la veille pour ses chiens, ses chats ou ses migrants.

Dans ce tourbillon de vie commune, on n'entend pas le bruit des pièces de monnaie qui consacrent ce patrimoine de l'Humanité qu'est la sacro sainte baguette du Pétrin.

Soudain sortis d'on ne sait où voilà deux colosses sortis de StarWars qui pénètrent dans la boutique après avoir abandonné leur moto de service, je veux parler de la police municipale qui elle aussi fait une halte au Pétrin rue des Barques. après avoir coursé quelque jeune receleur.

Et c'est ainsi chaque jour que Dieu fait même si Myriam la boulangère arrive plus tôt que d'autres dès 5 heures pour ses petites salaisons, et que la deuxième équipe elle arrive vers 15 heures quand tous , étudiants retraités et chômeurs ont laissé place nette mais la ritournelle reste changée: " Je vous la coupe ? " , "Autre chose" ," Bonne journée", Formule panini ?

L'équipe municipale ignore ces rituels et ferait bien de se rapprocher de ses administrés et pas seulement pour la cérémonie des vœux du vendredi 19 janvier dans ce Hall glacial et sans âme où l'on en viendrait à regretter de payer ses 1600€ de taxes d'habitation.

Le Pétrin des Barques
Le Pétrin des BarquesLe Pétrin des BarquesLe Pétrin des Barques

Le Pétrin des Barques

Partager cet article
Repost0

Pages