Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

19 octobre 2020 1 19 /10 /octobre /2020 17:30

"Une des plus séduisantes promenade que l'on puisse faire dans les environs de la capitale du Sud est la visite de la "Roseraie de Marrakech". Là , les plus belles espèces de la fleur chère à Mahomet sont sélectionnées avec amour par un homme qui s'appelle lui même un "piqué de rose". La reine des fleurs exige bien des soins mais la création d'espèces nouvelles, plus difficile encore, demande la précision du savant et le goût de l'artiste. Il y a dans le monde quatorze sélectionneurs groupés dans une société française "Universal Rose Selection" ayant son siège à Antibes, créée par un grand hybrideur, M. Meilhan, afin de recueillir les avis des pays participants sur les variétés de roses.(...)
Les sélectionneurs sont répartis en Allemagne, Belgique, Canada, Danemark, Espagne, France, Grande Bretagne, Hollande, Italie, Norvège, Suède, et... Maroc car le Maroc a son sélectionneur, c'est le "piqué de la rose" M.Maillard.


Grand, massif, volontairement bourru, il parle de son oeuvre avec une passion contenue et les noms de roses viennent à ses lèvres comme ceux de femmes aimées. Lorsqu'en 1929, M.Maillard arriva à Marrakech, il constata qu'il n'y avait que quelques pieds de belles roses importées. La décoration des jardins se faisait alors avec des jasmins et des géraniums. Dans tout le Maroc on ne cultivait de roses qu'à Kelâa des M'Gouna, et encore uniquement pour la fabrication des parfums. Résolument, parce "qu'il y croyait", il s'installa au Targa. Mais il n'y avait encore ni villas, ni jardins, ni clientèle. En 1934, son premier client fut S.M. Mohammed V qui commanda des rosiers pour les palais royaux et donna ainsi son essor à la Roseraie de Marrakech . Puis une clientèle naquit et la vente devint peu à peu intéressante. Au début, un hectare  fut consacré à la culture des roses: aujourd'hui 23 hectares et le Maroc est devenu specialiste et juge des variétés de roses destinées aux pays chauds et des plants de fleurs coupées de serre en pays froids. Afin d'assurer au maximum la multiplication des variétés nouvelles. M.Maillard a formé depuis 1930 plusieurs cultivateurs marocains qui sont devenus spécialistes de la rose. Actuellement une centaine d'ouvriers travaillent dans la roseraie. Il s'est engagé à former encore de nouveaux élèves pour augmenter la quantité de roses exportables car les roses de Marrakech sont exportées.


Les premières roses sélectionnées il y a quelques années, furent " Général Supérieur Arnold Janssen" carmin foncé rouge, "Laurent Carle" carmin cramoisi, "Mme Albert Chatenay" rose carmin, ombré de vermillon, légèrement nuancé de saumon, "Mme Pierre S.du Pont", globe jaune sur fond or, "Angèle Pernet" coloris superbe, rougeâtre nuancé de jaune chrome, extérieur des pétales jaune d'or vif. Ainsi pourrions-nous actuellement en nommer 200 car il y a 200 variétés de roses sélectionnées au Targa qui vont fleurir les salons de Rome, de Paris, de Bruxelles. Les nouvelles variétés viennent de treize autres pays appartenant à "L'Universal Rose Selection" centralisées auparavant à Antibes où M. Meilhan en a "hybridé" la majeure partie pour sélection. Chaque année sont ainsi examinés et visités à Marrakech 250.000 plants. Les variétés de roses dont M. Maillard est le plus fier sont : "Papa Meilhan" rouge vif, 1er prix du parfum à Bagatelle; "Soraya" rouge géranium à revers cramoisis, "Carina" rose rose, "Bettina" orange saumon, "Baccara" minium lumineux, "Romantica" rose rose... Faut-il souligner que pour mettre au point une nouvelle variété sept années de travail sont nécessaires. Cette année 450.000 plants sont exportés vers l'Italie, la France et la Belgique.

"La Roseraie de Marrakech". est pour le Maroc une source de devises mais aussi de rayonnement. "

Jean DELAGE

Un article plus récent  est paru dans Salam Marrakech N°151  de Mai 2018 sur "la Roseraie de Marrakech" par Michel TAKIS.

 

NB: Dans les années 1980 les Roseraies ont été réquisitionnées par la famille royale sous SM. Hassan II et la famille Maillard fut dépossédée de tous ses biens. Aujourd'hui la célèbre Roseraie de Marrakech citée dans la Revue Salam Marrakech de Robert LUCKE et connue de tous à la Targha est abandonnée et livrée aux herbes sauvages.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages