Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

30 octobre 2020 5 30 /10 /octobre /2020 00:02

La Rose de Marrakech
Extrait du Petit Marocain du 25 novembre 1954
Il faut être poète pour donner suffisamment de vie aux mots qui décrivent la Rose. On ne peut se lasser d'admirer ce chef d'oeuvre de la nature dans toute sa splendeur et on ne peut la définir.
Mais sa beauté n'est pas tout ! Il faut entrer en ligne de compte, sa valeur, sa variété, sa durée, son nom, son parfum, sa rusticité, sa vigueur, la beauté de son feuillage.
Parmi les plus beaux produits d'hybridation, deux variétés splendides, ont été obtenues par Monsieur Maillard à la Targa. Ce qont "Prélude" rose parme et bleutée et "Baccarat" rose luminescente présentée au festival de Cannes et dont la marraine est Madame Bao DAÏ. Ces deux variétés sont visibles chez Monsieur Maillard à la Targa. Sa courtoisie et sa genrillesse mêlées d'une clarté d'esprit et d'une connaissance approfondie de son métier de rosiériste permet de définir avec précision , l'évolution, la vie et le laborieux travail qu'est l'obtention de produits nouveaux par hybridation. Dans quel milieu, dans quelle terre le rosier vient-il dans les meilleures conditions ? Il lui faut une terre profonde, argilo-siliceuse, mais il faut abandonner l'idée d'une plantation dans des sols uniquement argileux ou uniquement sablonneux et secs.
On obtiendrait alors des rosiers rachitiques dépourvus de vigueur au feuillage chlorotique.
Depuis 1929, des essais sur"Rosa Laxa" et sur "Polyanta" n'ont donné que des résultats insuffisants au point de vue longévité.
Mais rapidement on s'est aperçu que les meilleurs portegreffes étaient "l'Indica-Major".
Puis Monsieur Maillard expérimentait des porte-greffes originaires du Texas qui donnèrent d'excellents résultats.


Au point de vue variétés, la rose est infinie. Plus de 12000 variétés ont été mises en commerce. Certaines variétés ont acquis une bonne réputation au Maroc et en Afrique. Il n'est pas possible de mettre au commerce une variété reconnue bonne dans les pays du Nord. Il y a donc lieu de procéder sur place à l'étude de toutes les variétés. C'est le rôle que Monsieur Maillard s'est fixé à Marrakech. Pour avoir une idée de grandeur et de l'importance d'une telle tâche, Monsieur Maillard commence son étude sur environ 1000 semis pour ne mettre cinq ou six ans après que deux ou trois variétés au commerce.
A citer entre autres, comme variétés éminemment industrielles: "Rouge Meilland, Dame Edith Hélène, Comtesse Vanda¨,Eclipse, Texas, Monique, Virgo, Madame A.Meilland". A côté de grandes productions, il y a toute une gamme de coloris plus éclatants, plus riches mais qui ne donnent pas le rendement des grandes variétés industrielles à savoir : "Grand Gala, Tzigane, Symphonie, Charles Mallerin, Altesse, Eden rose, Monte Carlo, Hélène de Roumanie, etc..."
Toutes ces roses représentent des grandes fleurs. Dans ces espèces ont fait la la petite fleur en grappe et en beaux massifs toujours fleuris pour égayer les jardins. Il y a aussi l'espèce naine que l'on emploie pour la décoration des tables, des rocailles. Elle est très difficile à obtenir au début. Par la suite elle a été magnifiée par l'altitude dans les Grandes Alpes.
Marrakech est l'un des plus gros centres marocains de production de roses coupées.Cependant, il convient de signaler des efforts non négligeables de rosiéristes de la région de Casablanca qui ont entrepris la culture de rosiers sous serres pour la commercialisation de la "rose coupée". Ces roses Marocaines de qualité égale à celles de France, représentent sur ces dernières  l'avantage de la fraîcheur et de la durée supérieure en vase. Mais le Maroc ne peut supporter la comparaison avec la Côte d'Azur. La production marocaine suffit à peine à la consommation locale et les exportations sont insignifiantes.


Cet exposé sur la "Rose Marocaine" et plus particulièrement sur la Rose de Marrakech a été réalisé grâce à l'obligeance et à la gentillesse de Monsieur Maillard qui exploite un domaine à la Targa au nom de "Roseraie de Marrakech" où l'on a pu admirer tous les spécimens des variétés citées et comprendre l'amour que cet hybridateur a apporté à l'accomplissement d'une tâche si dure, mais en compensation, en compagnie de fleurs si belles.

 


Michel TAKIS
 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages