Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

3 mai 2021 1 03 /05 /mai /2021 14:27

Ce titre provocateur il est vrai fait référence aux Dix ans des Guignols de l'Info aujourd'hui moribonds et retweetés ici ou là ou en mode replay sur Youtube. Toute leur vivacité et leur insolence n'a pas pris une ride dans le contexte actuel pré électoral.

Mais revenons à ce qui fait le quotidien d'un habitant du #Clapas en mode confinement depuis un an , ainsi désigne-t-on la métropole endormie d'une bouillonnante Occitanie restée dans les mains des cénacles socialistes à la mode Rabelaisienne où s'écharpent "les hypocrites, bigots , matagots, marmiteux boursouflés que l'on a vu s'invectiver, fustiger et persifler" lors des Municipales de juin 2020 et qui reprennent du service pour les Cantonales et Départementales avec l'indéboulonnable Kléber Mesquida Seigneur ou saigneur de l'Hérault disent les mauvaises langues de @Mesquidout..Tout cela sent le cassoulet de Castelnaudary et comme dirait De Gaulle :"les petites soupes sur les petits feux"

J'avais rédigé des chroniques du piéton de Paris, puis de Buenos Aires, de Montevideo , de Lima et de Cartagène de las Indias et me voilà poussé à transcrire les chroniques de dix ans d'un piéton du Clapas, moins colorées, moins exotiques et plus acides. Il faut dire que l'insécurité culturelle qui gagne chaque jour du terrain en lisant les chroniques de JC Aubert (ex Agglo reconverti en faits Divers sur Metropolitain) , ou les entrefilets plus laconiques du MidiLibre de Montpellier par Yann Marec ou Olivier Biscaye vous invitent être prudent dans les rues sombres passé le couvre feu de 19h toutes terrasses éteintes. Je me souviens être allé dans un théâtre des quartiers nord Jean Vilar ou Beaux Arts Tabard  écouter Annie Lebrun au milieu  de ses fidèles adorateurs et m'être remémoré cette phrase de Tristan Bernard " Venez armé car le lieu est désert "; aller en tramway au Domaine d'O écouter une amie Rebecca Finet est une expérience et le retour vous laisse vers minuit des souvenirs mitigés... On passera sur les mésaventures du Théâtre National des  Treize Vents au Parc Gramont confié au Sergent Rodrigo Garcia qui exécutait des homards vivants sur scène et autres happenings picaresques dont j'avais pu apprécier il y a 50 ans à Nantes son Dieu et inspirateur espagnol Fernando Arrabal puis Armand Gatti à Avignon. (j'ai chroniqué ici sa prestation calamiteuse qui lui a valu son éviction)

Si le coeur vous en dit, la Gazette de Montpellier  ( toujours friande d'annonces insolites dès le Mercredi) signale qu'on donne des lectures dans une boulangerie de la Paillade dans l'esprit des Arabesques et parents et enfants y dégustent les pâtisseries orientales faites maison.

Si vous avez opté pour la randonnée de 11 kms vers les plages de Maguelone ou de Palavas, sachez qu'il vous faudra lutter avec les engins électriques et les marathoniens en tous genres, adeptes du forcing : personne ne doit entraver leur performance entre Lattes et Antigone:  timing oblige ! Les marcheurs parlent peu et tiennent aussi la cadence quelque soit leur âge et forme physique. Reste aux piétons du bord du Lez à s'exclamer sur ce bel Eurasier ou ce ShowShow entre des centaines de York et Chihuahuas en veillant à leurs déjections nombreuses. J'ai pu en faire l'expérience en promenant mon Labrador dans sa poussette lors de sa fin de vie entre le Parc Méric et son Centre de balnéothérapie de Près d'Arènes.

Rester regarder les enfants dans les parcs aménagés du Port Marianne c'est connaître les horaires où le "vivre-ensemble" prôné par les municipalités écolo-socialistes, n'existe pas : à chacun sa tranche horaire et ses coutumes.Le français y est incongru et l'arabe dialectal marocain très prisé dans les bars à chichas , sauf en période de Ramadan où le bassin Jacques Coeur a des allures  de Jardin des Tuileries .

Les pique niques de l'Association de Quartier Port Marianne montrent bien que la mixité là encore ne s'est pas opérée et que le woke et la cancel culture ne passe , pas pas plus que le verre de Sauvignon

Ceux qui profitent le plus de cette métropole polyglotte et festive sont sans compter les étudiants qui désertent le vendredi soir pour retourner en  famille en Lozère ou dans les Cévennes, et surtout les étudiants Erasmus de toute l'Europe et quelques étudiants en FLE que j'ai pu héberger en AirBnB d'Amérique Latine , d'Asie ou de Scandinavie.On les croisait jadis à l'Espace Jacques d'Aragon où des Assos comme Théavida promeuvent les échanges linguistiques et culturels. Le souvenir que leur laisse Montpellier est surtout un sens de la fête dans les discothèques aujourd'hui fermées comme la Villa Rouge ou DanceFloor de la Grande Motte.Même les Maisons de Quartier soigneusement subventionnées et  encadrées par la Municipalité  accueillent des cours de danses pour seniors et des soirées colombiennes ou mexicaines comme partout ailleurs. Les résultats PISA de l'Université Paul Valéry ne valent pas qu'on s'y éternise tant l'atmosphère y est peu propice à la recherche et aux performances. Le télétravail a sûrement changé la donne .

Les soirs d'été approchant et le couvre-feu élargi en juin à 23h verra les Milongas de l'Esplanade et la terrasse de l'Insensé s'animer les vendredi d'après Ramadan pour quelques happyfew qui étalent leur grâce provinciale dans un cercle de l’entre-soi où se saluent le Juge, l'Avocat, le Chirurgien et la Baronne de Caravète. Si vous voulez profiter de l'esprit Tangolero que vous avez connu à San Telmo , essayez l'esplanade des Droits de l'Homme où des étudiants latinos ou lozéro-cévenols vous accueillent et vous invitent pour le simple plaisir sur des pistes bien choisies. La majorité restante se contentera des Estivales et de leurs beuveries occitanes où même un ami chinois de Shangaï trouva les crus au verre fort médiocres.

Mais me direz vous quelle insécurité culturelle dans tout cela: la description bon enfant des vagabondages du piéton du Clapas semble une promenade de santé au soleil et pour peu qu'on y retrouve les ami.e.s marocains, brésiliens, colombiens, chiliens ou estoniens... rien ne laisse entrevoir le climat d'insécurité propre à toutes les métropoles que nos élus se gardent bien de commenter. Il aura fallu la visite du Président à la Paillade pour que la presse nationale découvre que les "petits Pierre" ont déserté vers le sud et que les mères de la Mosson et de Celleneuve étaient déjà venues réclamer plus de mixité sociale sous les fenêtres de Philippe Saurel. Rien n'a changé et si le duo Nicollin Delafosse déplace le Stade vers l'Avenue de la Mer : (enjeu stratégique déjà sous Georges Frêche pour un Tramway indésirable vers les plages,) les problèmes resteront à ciel ouvert et à fleur de peau entre Perpignan, Béziers, Nimes et Marseille sur des trafics bien établis qui pèsent sur l'insécurité dont le Maire actuel se veut le plus résolu des adversaires ( prenant bien soin de renvoyer comme ses collègues la responsabilité vers l'Etat protecteur qui n'a rien fait et joue la carte de la décentralisation des pouvoirs) .

Un autre regard pourrait être porté, plus optimiste, plus bienveillant , moins amer et moins critique, mais il suffit de lire le courrier des lecteurs des quotidiens régionaux et nationaux consacrés à cette ville sans compter les réseaux sociaux très attentifs au quotidien et au bien être de ses habitants, pour mesurer que la tâche est immense et que comme je le notais plus haut, que cette Surdoué n'a pas encore trouvé les élus qu'elle mérite peut-être. La faute à son entrisme et à son chauvinisme dans le sport et son manque d'ouverture face à la ville rose qui lui a ravi son destin et dont elle a beaucoup de mal à se relever . 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages