Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Seniors Dehors !
  • : " Le bonheur se trouve là où nous le plaçons: mais nous ne le plaçons jamais là où nous nous trouvons. La véritable crise de notre temps n'est sans doute pas l'absence de ce bonheur qui est insaisissable mais la tentation de renoncer à le poursuivre ; abandonner cette quête, c'est déserter la vie." Maria Carnero de Cunhal
  • Contact

Recherche

11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 13:31

Pulvar.jpg

Petit best of des inepties haineuses débitées par l’intello en minijupe :

On a déjà expliqué à Anne Hidalgo la vérité sur la collaboration, le PS, le FN et le PC : en fait, les collabos n’étaient pas forcément du côté de la droite… Comment peut-on faire preuve d’autant de mépris envers le petit peuple sans avoir jamais ouvert de livre d’Histoire ?

« Quarante ans de xénophobie plus tard. »

Avant de qualifier une partie de la droite de xénophobe, Audrey Pulvar devrait déjà accepter de discuter des problématiques liées à l’immigration. La gauche et les élites médiatiques refusant depuis les années de Mitterrand et de SOS Racisme, d’aborder ces réels problèmes qui touchent les Français les plus humbles quotidiennement, la xénophobie ne peut que se développer. En refusant d’admettre les problèmes, on les exacerbe ! Et même ceux qui ne sont pas xénophobes seront toujours considérés comme tels par les gens comme Audrey, s’ils osent débattre sur ce sujet, ou simplement avouer leur patriotisme.

« Les idées les plus détestables. »

Bel exemple de la rhétorique de notre gôche française totalitaire. Il n’est point besoin de débattre si les idées des opposants sont, par essence, détestables. Une méthode de débat d’idée empruntée à Hitler et Mussolini.

« On s’indigne bien sûr de la façon honteuse dont, pendant des années, des figures de la “droite républicaine” rendirent audible la haine crasse du Front national. De dérapage en dérapage. »

Taxer quelqu’un d’antirépublicain, de cocufieur de Marianne, quand on est employée sans raison par un banquier pour diriger un organe de presse, quelques semaines avant que ce même banquier ne remporte un juteux appel d’offres de la part du ministère de son conjoint, il faut oser !

Quel culot, quand on mélange à ce point les genres, quand on souille quotidiennement la démocratie de part ses rapports ambiguës entre pouvoir politique et journalisme. Les Français ne s’intéressent plus à la politique parce qu’ils voient que les journalistes, les financiers et les politiques vivent en autarcie dans le même petit monde étriqué, qu’ils ne couchent plus qu’entre eux, qu’ils agissent en oligarques, partageant le pouvoir en enfumant la populace par de beaux discours.

 

« De quoi le sarkozysme sera-t-il le nom dans les manuels scolaires ? D’une stratégie irresponsable, à courte vue électoraliste, qui abîma durablement le pays, y enracinant les idées les plus dangereuses« .

Elle est sérieuse ? Encore la même rengaine, les « idées dangereuses » ? On s’attendait à ce qu’elle aborde « les heures les plus sombres de notre histoire ». Même au PS, plus personne ne parle comme ça, Audrey ! Depuis que Zemmour, Sarkozy, Le Pen, Valls et quelques autres ont enfin dit tout haut ce que pensent la majorité des Français tout bas… Il est plus facile de juger le droit à la sécurité comme une idée « dangereuse » quand on vit dans les beaux quartiers du 16e arrondissement parisien.

Qui est irresponsable miss Pulvar ? Ceux qui portent plainte pour limiter la liberté d’expression et tuer des médias indépendants ? Ceux qui affichent clairement la sournoise mixité entre les microcosmes politiques et médiatiques ? Ceux qui tiennent un discours teinté d’angélisme pendant que le peuple souffre de l’insécurité ? Ceux qui chassent les homophobes, racistes, misogynes, fachistes, dérapages… faisant de la limitation de la liberté d’expression leur cheval de bataille, à la place de la sécurité, de l’éducation ou de la création d’emplois ?

http://24heuresactu.com le 04/10/2012

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages